oxfamimage

Partenariat sud

21 septembre 2012

Quelle alimentation pour les réfugiés sahraouis ?

En se réfugiant dans des camps en Algérie près de Tindouf, la population sahraouie a dû modifier considérablement son mode de vie, surtout au niveau de l’habitation et de l’alimentation.

Les besoins de base des réfugiés sont pris en charge par le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations unies (HCR), qui ciblent leur aide sur l’alimentation, l’habitat ou la santé. En outre, la Direction générale de la Commission européenne pour l’Aide humanitaire et la Protection civile (ECHO) vient également en aide aux réfugiés via le financement de projets mis en œuvre par des ONG.

Améliorer le régime alimentaire

En passant d’une vie traditionnelle de nomade à l’incertitude qui règne dans les camps de réfugiés, le mode de vie de la population sahraouie a été profondément bouleversé. Cette évolution a provoqué des changements radicaux dans leur alimentation qui peuvent avoir des conséquences à long terme sur la santé. En effet, le nomadisme s’accompagnait d’un régime alimentaire principalement carnivore et d’une consommation très faible d’hydrates de carbone (pâtes, farine,..). Or, le panier de base distribué par le PAM est composé presque exclusivement d’hydrates de carbones.

Face à ce constat, Oxfam a mis en place, en consortium avec l’ONG espagnole Mundubat, des distributions alimentaires pour compléter le panier de base du PAM. Chaque mois, entre 1,5 et 2 kg de produits frais sont distribués à chaque bénéficiaire. Le choix de ces produits est le fruit d’une étude des habitudes alimentaires sahraouies et se base sur des produits utilisés quotidiennement dans le cadre de leur style de vie nomade. Au moins 1 kg de pommes de terre et d’oignons sont ainsi distribués chaque mois, ces produits constituant les éléments de base pour la préparation des plats traditionnels. En outre, des distributions supplémentaires de viande de chameau et de dattes sont également organisées pendant le mois de Ramadan.

Une nette amélioration du niveau de santé de la population sahraouie a pu être constatée depuis le début de ces distributions régulières de produits frais, notamment dans le cas de certaines épidémies de grippe par exemple, la vitamine C que contiennent les oranges distribuées aidant au renforcement des défenses.

Reconnaissance de la vulnérabilité

Le passage vers un régime plus riche en hydrates de carbones s’est aussi accompagné d’une augmentation à long terme de certaines pathologies comme l’intolérance au gluten (maladie cœliaque). Afin de pallier ces carences, les personnes cœliaques reçoivent une double ration de produits frais mais aussi 15 œufs par mois. La distribution d’œufs s’accompagne d’une distribution de vouchers (tickets alimentaires). Cette nouvelle méthode ciblant les personnes cœliaques et âgées ainsi que les personnes alitées et handicapées a été accueillie positivement par la population bénéficiaire. Outre le complément alimentaire qu’elles reçoivent, il s’agit également d’une reconnaissance de leur vulnérabilité.

Pour en savoir plus

- Consultez notre rubrique consacrée au Sahara occidental
- Contactez Jill De Bruijn, collaboratrice plaidoyer humanitaire au jde(at)oxfamsol.be ou via le 02 501 67 48

Le Service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) est l’un des plus importants bailleurs de fonds d’aide humanitaire au monde. Son mandat n’implique pas seulement le financement d’opération d’aide humanitaire, mais également les activités de préparation aux désastres, tout particulièrement au niveau local. Au travers de son programme de préparation aux désastres (DIPECHO) il assiste les populations vulnérables vivant dans les zones à risque pour réduire l’impact des catastrophes naturelles sur leur vie et leurs moyens de subsistance.
 
 

Actions et projets

 

Partenaires