République démocratique du Congo

La RDC est la deuxième nation d'Afrique en superficie et la quatrième en nombre d'habitants : 77,3 millions de personnes, dont 46% ont moins de 15 ans, et qui parlent des centaines de langues différentes. S’y ajoutent d’abondantes richesses naturelles et un immense potentiel économique, mais le pays figure pourtant parmi les douze derniers du classement mondial de l’Indice de développement humain. Plus de deux décennies de conflits, qui ont fait au moins 5 millions de morts, ont engendré l’une des plus graves crises humanitaires au monde

  • “En tant que mère, il est vraiment important d'avoir de l'eau propre dans le camp. Nous n'utilisons pas seulement l'eau pour la cuisson, nous l'utilisons aussi pour nous laver et nettoyer nos casseroles. Nous avons aussi des douches et des toilettes ici que nous pouvons utiliser. Si je n'avais pas réussi à atteindre ce camp, nous serions morts.”

    Karo, bénéficiaire des installations d’eau potable d'Oxfam dans le camp pour personnes déplacées, dans l'Est du Congo.

    Lees meer over
    République démocratique du Congo
    Alimentation
  • Joséphine Nabunane, agricultrice à l’Est du Congo et mère de 10 enfants, a du mal à vendre sa production de café à cause des conflits qui minent la région. Mais les choses sont déjà plus faciles depuis qu’elle a rejoint la coopérative Muungano. « Avant, nous risquions notre vie pour vendre notre café. »  raconte Joséphine, « Maintenant ce n’est plus nécessaire et nous obtenons un meilleur prix. » Elle peut maintenant travailler à un meilleur avenir pour ses enfants.

    Lees meer over
    République démocratique du Congo
    Alimentation
  • A l’Est de la RD Congo, la région du Kivu est particulièrement instable depuis des années. Fumila a dû abandonner sa maison avec sa famille pour fuir les violences, comme des milliers d’autres familles. Elle s’est ainsi retrouvée dans le camp de déplacés de Mweso, à 40 kilomètres de chez elle. Oxfam lui a distribué de la nourriture, des semences et des outils. « Nous sommes 8 dans la famille, on travaille tous ensemble dans le champ », explique Fumila. « Quand les choux et les salades auront poussé, je pourrai nourrir mes enfants et en revendre. » Un premier pas vers l’autonomie.

    Lees meer over
    République démocratique du Congo
    Alimentation, Conflits et catastrophes
  • La République Démocratique du Congo compte plus de 3,8 millions de personnes déplacées qui ont fui leur maison face aux violences : au Kasaï, au Tanganyika, en Ituri, dans les Kivus... C’est la plus grande crise de déplacés de toute l’Afrique.

  • Plus de 3 millions de personnes sont confrontées à une grave insécurité alimentaire, et dans les communautés les plus vulnérables, le taux de malnutrition aiguë dépasse largement le seuil d’urgence de 10 %.

Le défi en République démocratique du Congo

La RDC fait face à de nombreux défis, à la fois économiques, comme le faible niveau des infrastructures publiques, et sécuritaire : le pays compte 3,8 millions de déplacés internes qui ont fui les violences récurrentes depuis des décennies et vivent dans des conditions particulièrement précaires. De nombreux groupes armés continuent d’y être actifs et le viol et le pillage demeurent de redoutables armes de guerre.

Instabilité politique et économique

2017 aura été marquée par une aggravation de l’instabilité politique avec un nouveau report des élections nationales et la prolongation du mandat du président actuel. L'espace d'expression de la société civile et des opposants politiques est largement réprimé, avec une multiplication des arrestations préventives.

En parallèle les insuffisances dans les secteurs de la santé et de l’éducation et les défaillances des secteurs des transports routiers, de l’électricité et de l’eau, affectent l’activité économique et le bien-être de la population. Cette crise économique s'accompagne d'une forte augmentation du prix des denrées de base.

Situation d’urgence

Cette situation politique et économique a un impact important au niveau sécuritaire et humanitaire. De nombreux groupes armés continuent d’être actifs et les déplacés internes fuyant les violences récurrentes vivent dans des conditions particulièrement précaires. L’année écoulée a ainsi vu une recrudescence et une intensification des conflits et des tensions intercommunautaires, affectant aussi des zones auparavant considérées comme stables. Face à la détérioration de la situation dans le pays et notamment dans les régions du Kasaï, du Tanganyika et du Sud-Kivu, l’Onu a déclaré une situation d’urgence de la plus grave catégorie.

Faites un don

  • Au Kasaï, ce qui a commencé comme un conflit coutumier en août 2016 avec le soulèvement violent d'une milice locale, s'est rapidement répandu, atteignant des proportions dramatiques en termes d’ampleur et de brutalité.
  • Au Tanganyika, les tensions intercommunautaires sous-latentes et des opérations militaires violentes se sont rapidement intensifiées depuis la mi-2016, à la suite de la réapparition d'un ancien conflit intercommunautaire entre les Pygmées et les Luba.
  • Le Nord-Kivu et le Sud-Kivu continuent de faire face à des affrontements entre groupes armés de différentes ethnies et les efforts visant à les neutraliser. Au Nord Kivu, les tensions intercommunautaires sont en hausse.

Déplacements et faim

En conséquence ? Des civils pris au piège et des déplacements de populations de masse. Avec 3,8 millions de déplacés, la RDC fait maintenant face à la plus grande crise de déplacés de toute l’Afrique. Et l'insécurité a un impact dévastateur sur la capacité des populations à accéder à la nourriture. Trois saisons agricoles complètes ont été manquées par les agriculteurs déplacées par les violences, entraînant de graves pénuries alimentaires. Plus de 3 millions de personnes sont confrontées à une grave insécurité alimentaire. De nombreuses familles doivent survivre avec un seul repas par jour.

De plus, l'accès humanitaire est un vrai défi logistique : le faible développement des infrastructures et des routes rend certaines zones difficiles ou impossibles à atteindre, notamment pendant la saison des pluies. Et l'insécurité sur les axes principaux force les humanitaires à emprunter des routes plus longues pour atteindre les bénéficiaires.

Que fait Oxfam en République démocratique du Congo?

Dès sa création en 1964, Oxfam-Solidarité a noué des liens privilégiés avec de nombreux partenaires congolais. Ces sept dernières années, 16 projets (projets d’aide d’urgence, de réhabilitation en sécurité alimentaire et projets de développement structurel) ont été soutenus dans les territoires d’Uvira, Fizi, Mwenga, Kabare et Kalehe au Sud-Kivu ainsi que Masisi, Rutshuru, Béni et Lubero au Nord-Kivu.

Renforcer nos organisations partenaires

En termes de développement à long terme, l’objectif général que s’est fixé Oxfam-Solidarité pour les prochaines années en RDC est de contribuer à l’amélioration durable des conditions socio-économiques des petits producteurs, via la promotion d’une agriculture familiale compétitive et le soutien aux mécanismes de résilience. La résilience consiste à mettre en place des stratégies qui permettent de résister aux chocs prévisibles, de faire face aux pertes qui en découlent et de s’adapter aux nouvelles conditions. Oxfam-Solidarité intégrera à l'avenir davantage les problématiques du changement climatique et de la réduction des risques des catastrophes dans ses programmes. 

Á travers des formations, le renforcement des capacités des structures locales et l’organisation des différentes filières, Oxfam-Solidarité privilégie une approche constructive, basée sur le long terme. Par exemple, les actions d’Oxfam-Solidarité concernant la sécurité alimentaire sont accompagnées de formations sur les bonnes pratiques agricoles. Oxfam-Solidarité appuie aussi la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus (e.g. saponification, moulins communautaires) qui redynamisent l’économie locale.

Oxfam-Solidarité travaille systématiquement en collaboration avec des ONG locales et renforce les capacités de ses partenaires, convaincue que les communautés locales et la société civile sont les mieux à même de comprendre les besoins et aspirations des populations.

Les "foires au choix", une approche innovante

À moyen terme, Oxfam-Solidarité contribue à améliorer l’accès aux intrants agricoles des ménages vulnérables et permet la relance agricole d’une région. A l’inverse des distributions directes de semences, le système innovant des « foires au choix » permet aux bénéficiaires de choisir les intrants qui répondent le mieux à leurs besoins parmi un assortiment varié de semences dont la qualité a été contrôlée au préalable.

Le soutien aux organisations de producteurs et aux structures coopératives est au cœur du programme de développement d’Oxfam-Solidarité. Ainsi, en ce qui concerne par exemple la filière du café, le programme actuel vise l’amélioration des revenus et des conditions de vie des caféiculteurs à travers une production écologiquement durable d’arabica haut de gamme. En s’imposant le respect des normes internationales, les producteurs s’offrent un meilleur accès aux marchés du commerce équitable plus rémunérateurs. Oxfam-Solidarité fait également partie de l’alliance Agricongo qui travaille au renforcement de l’agriculture paysanne et organise, en collaboration avec des ONG belges, des ateliers à destination des leaders paysans.

Paix et sécurité

En matière d'aide humanitaire, Oxfam-Solidarité met en œuvre des stratégies à court terme pour permettre aux ménages les plus vulnérables de subvenir à leurs besoins, via par exemple le système « argent contre un travail » (« cash for work ») mis en œuvre pour réaliser des travaux d’intérêt communautaire (creusement d’étangs piscicoles, réhabilitation de tronçons de desserte agricole, etc.). Ces programmes de cash-for-work, mais aussi la distribution de coupons alimentaires ou d’argent liquide aux familles les plus vulnérables, permettent aux personnes qui ont fui les violences d’acheter la nourriture et les produits de première nécessité dont ils ont le plus besoin, tout en faisant marcher le commerce local.

Enfin nous tentons tant que possible de protéger les personnes les plus vulnérables en formant des personnes de référence (aux droits des déplacées, à comment réagir en cas de violences) qui sensibilisent les autres et dirigent les personnes vulnérables vers les structures de prises en charges psychosociales ou médiales les mieux à même de les aider.

Dans le cadre de son plaidoyer au niveau international, en Belgique et en RDC, Oxfam traite de la protection des populations civiles, des conséquences humanitaires des offensives militaires au Kivu ainsi que, à plus long terme, de la nécessité de trouver une solution à la présence de nombreux groupes armés et de réformer le secteur de la sécurité. Malgré ce contexte de violence récurrente, la population congolaise ne perd pas espoir et continue à vouloir prendre son destin en main. Oxfam plaide dans ce cadre pour un accès sûr aux moyens de subsistance pour les communautés les plus vulnérables, et plus d'opportunités de travail dans un contexte très difficile. La paix et la sécurité sont en effet des conditions indispensables au développement.

Les projets d'Oxfam en RD Congo reçoivent des financement de l'Union Européenne, de la Coopération Belge au développement, de l'Agence Wallonne de l'air et du climat et d'Orange.

      https://www.ets-awac.be/static/images/etswap/bl_awac.png    Orange

In dit land werkt Oxfam aan de volgende thema's met deze partners: