Explosion à Beyrouth : notre action sur le terrain

17/08/2020

Le 4 août, la capitale libanaise Beyrouth était ravagée par une explosion dévastatrice. Cette catastrophe a coûté la vie à 200 personnes. 300.000 autres se sont retrouvées à la rue par suite de la destruction de leur habitation. Cette tragédie est un coup dur supplémentaire pour les Libanais.e.s. Oxfam distribue de la nourriture, de l’eau et des kits d’hygiène ; et installe des abris temporaires pour les victimes. 

L’explosion de 2750 tonne de nitrate d’ammonium stockées dans le port a ravagé la ville. L’équipe d’Oxfam au Liban décrit une ville en ruine : en une fraction de seconde, une journée paisible a tourné au cauchemar. 

Crise après crise pour les Libanais.e.s

Cette explosion est une catastrophe pour le pays, déjà confronté à une crise économique sans précédent et à une dette monumentale. La monnaie locale a perdu 80 % de sa valeur depuis octobre. La pauvreté gagne du terrain et le taux de chômage atteint 33 %. Le Liban importe la majeure partie de sa nourriture et peine de plus en plus à payer la facture. 

La pandémie de coronavirus impacte aussi fortement l’économie et le nombre d’infections est en augmentation constante depuis l’explosion. Avec 300 nouveaux cas par jour, c’est une augmentation de près de 40 % qui est constatée. Les hôpitaux doivent donc gérer à la fois les personnes touchées par le virus et celles blessées par l’explosion.

Les réfugié.e.s durement touché.e.s

Le Liban accueille le plus grand nombre de réfugié.e.s par habitant.e.s au monde : 1 personne sur 4. 1,5 million de Syrien.ne.s ont passé la frontière pour échapper aux combats depuis le début de la guerre en 2011. Ces personnes vivent dans des conditions très difficiles, sans accès à de l’eau propre et avec un manque criant d’infrastructures de soins. Les camps surpeuplés et peu sûrs accueillent aussi 30.000 réfugié.e.s palestinien.ne.s. 

De nombreuses personnes réfugiées habitent également les quartiers de Karantina et Nabaa, à Beyrouth. Des quartiers particulièrement touchés par l’explosion. Ces personnes étaient déjà très vulnérables avant l’explosion. La plupart n’avait plus la possibilité de travailler à cause du coronavirus. Elles se retrouvent désormais sans abri. 

« Nous n’avons pas d’argent pour réparer »

« Au moment de l’explosion, une tempête de verre cassé nous a frappés », raconte Fatima (55). La nuit, elle se réveille en sueur, avec des cauchemars de maison qui s’écroule. « Nous n’avons pas d’argent pour réparer », continue Fatima. « Nous sommes à bout. D’abord la faim, puis notre argent qui ne vaut plus rien, et maintenant ça ? »

Aidez le Liban à se reconstruire

L’aide d’Oxfam à Beyrouth 

Avec nos partenaires sur le terrain, nous distribuons de l’eau et de la nourriture et fournissons des abris temporaires aux personnes qui ont perdu leur habitation. Nous fournissons également une aide financière aux familles les plus vulnérables. Pour lutter contre la transmission du coronavirus, nous distribuons des kits d’hygiène contenant notamment du savon, du désinfectant et des masques buccaux. 

« Les gens dont l’habitation a été partiellement ou totalement détruite n’ont pas les moyens de reconstruire. Des produits essentiels comme la farine et les médicaments ne vont pas tarder à manquer : le port est détruit et c’était le point d’entrée principal. L’effort à fournir pour se remettre sur pied devra être colossal », selon notre collègue Bachir Ayoub, responsable de plaidoyer pour Oxfam au Liban.

Le Liban a besoin de votre aide

Grâce à la générosité de ses donateurs, Oxfam et ses partenaires libanais ont déjà pu mettre en place une réponse d’urgence à la suite de l’explosion. Mais le Liban était déjà durement éprouvé par la pandémie et une crise économique sans précédent avant cette catastrophe.

Oxfam est présente dans le pays depuis de nombreuses années. Avec nos associations partenaires, nous venons en aide aux communautés libanaises vulnérables ; ainsi qu’aux très nombreux.ses réfugié.e.s syrien.ne.s et palestien.ne.s présent.e.s sur le territoire.

Aujourd’hui plus que jamais, ces hommes et femmes ont besoin de votre soutien :

  • Avec un don de 25 euros, vous fournissez de l’eau potable à une famille durant un mois.
  • Avec un don de 50 euros (déductible fiscalement), vous fournissez des colis alimentaires à une famille durant un mois.
  • Avec un don de 100 euros (déductible fiscalement), vous installez un abri temporaire pour 4 personnes.

Je fais un don pour le Liban

Merci d’avance pour votre générosité !

Le gouvernement a décidé d’augmenter la réduction fiscale de 45 à 60 % pour les dons effectués en 2020 à des ONG comme Oxfam. Un don de 100 euros ne vous « coûte » donc que 40 euros, le reste étant remboursé via les impôts.