Le Yémen enlisé dans la guerre depuis 6 ans

22/03/2021

Depuis 2015, avec nos partenaires dans le pays, nous avons soutenu plus de 3 millions de personnes. La population paie en effet chaque jour un prix élevé. Elle est confrontée à la faim, à la soif et aux maladies. Et la pandémie de Covid-19 est venue compliquer cette situation humanitaire déjà catastrophique.

Une situation humanitaire catastrophique au Yémen

Il est difficile de décrire le quotidien des Yéménites depuis près de 6 ans. Les chiffres permettent de donner une idée de celle-ci, mais leur démesure leur fait perdre leur réalité. Pourtant, derrière chaque chiffre, c’est la vie d’une femme, d’un homme, d’un enfant, qui est en danger :

  • Le conflit armé a coûté la vie à plus de 130 000 personnes, dont 12 366 civils présumés morts.
  • Plus de 13,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë et risque de famine.
  • 3 millions de femmes et de filles sont exposées à des risques directs de violences basées sur le genre.

Face à une telle situation, la pandémie du coronavirus fait peser une toute nouvelle menace sur la population yéménite. Alors que 50% de la population n’a pas accès à de l’eau potable, le geste barrière le plus « simple » et le plus essentiel, se laver les mains, leur est impossible.

L’accès à l’eau au Yémen, un défi quotidien

Près de 18 millions de Yéménites – soit la moitié de la population ! - n’ont pas accès à l’eau potable. Avec nos partenaires, nous réhabilitons les systèmes de distribution partout où cela est possible. Comme dans la ville de Al Dhale, privée d’eau potable depuis 9 ans, où 5.000 familles ont désormais à nouveau accès à cette denrée vitale grâce à l’action d’Oxfam.

« Avant ce projet, nous nous privions de tout juste pour pouvoir acheter de l’eau. Maintenant que nous avons accès à l’eau, nous pouvons à nouveau acheter des légumes, des médicaments et d’autres choses. Comme il ne faut plus parcourir de longues distances pour remplir les jerrycans, nous avons aussi plus de temps pour nous occuper de nos enfants ou de nos bêtes. » Haneen, camp de réfugié.e.s d’Al-Dhale.

L’énergie solaire pour alimenter les hôpitaux en électricité

Aujourd’hui, à peine 50% des centres de santé du Yémen sont encore ouverts. Et ceux-ci doivent faire face à des défis quotidiens, comme l’alimentation électrique. L’installation de panneaux solaires par Oxfam dans plusieurs centres de santé du pays a déjà bénéficié à plus de 208.000 personnes.

« Une grande part des actes médicaux dépend d’un accès à l’électricité. Les stérilisateurs, les équipements de blocs opératoires, les couveuses, etc. Les générateurs sont une solution, mais il est très difficile de se procurer du carburant. Les panneaux solaires permettent d’alimenter l’hôpital en électricité de manière fiable. » Khaled Nasr, directeur de l’hôpital Isra, Badschil.

Prévenir la propagation des maladies dans les camps de réfugié.e.s

Près de 4 millions de Yéménites ont dû trouver refuge dans divers camps à travers le pays à cause des combats. Les conditions de vie dans ces camps sont particulièrement propices à la propagation de maladies comme le choléra, dont on dénombre 50 nouveaux cas chaque heure.

L’arrivé du coronavirus en avril a fait peser une menace supplémentaire sur les réfugié.e.s. Des milliers de kits d’hygiène ont déjà été distribués dans le pays, et des volontaires sont formés afin de diffuser des conseils de prévention.

« Les gens sont au courant pour le coronavirus, et beaucoup sont terrifiés. Vous n’imaginez pas à quel point certains sont désespérés. Mon travail consiste à leur apprendre comment se protéger. J’essaye de les rassurer et de leur dire que tout ira bien. Mais cette situation a d’autres conséquences dramatiques, sur la faim par exemple. Les gens ne peuvent plus aller au marché, ou ne trouvent plus de petits boulots pour gagner un peu d’argent et acheter à manger. » Hakeem, volontaire dans le camp d’Al-Qaflah.

L’action d’Oxfam au Yémen

Depuis juillet 2015, en lien avec ses partenaires sur le terrain, Oxfam a soutenu plus de 3 millions de personnes, jusque dans les régions les plus reculées du Yémen. 

Mais les besoins sont immenses. Aujourd’hui, 24,1 millions de yéménites ont besoin d’une aide humanitaire, soit plus du 80% de la population totale du pays. Seul un cessez-le-feu et une solution politique au conflit permettront aux Yéménites de voir leur vie durablement s’améliorer.

En attendant, l’aide humanitaire reste plus que jamais nécessaire. Avec votre soutien, nous pourrons continuer à aider encore plus de ces hommes, femmes et enfants victimes de ce conflit meurtrier.

Je soutiens les Yéménites