Commission indépendante : un rapport porteur d’espoir

12/06/2019

C’est aujourd’hui que la commission indépendante publie son rapport final. Elle a mené une enquête sur les pratiques et la culture interne de la confédération Oxfam.

Février 2018. Oxfam fait les gros titres des journaux. En cause, des faits d’abus sexuels commis en Haïti en 2011, dans le contexte de notre aide d’urgence à la suite du tremblement de terre.

Ces inconduites, commises par d’anciens collaborateurs d’Oxfam Grande-Bretagne, étaient totalement répréhensibles, et allaient à l’encontre des valeurs défendues par Oxfam.

Un plan d'action mondial

Oxfam s’est immédiatement attelée à la mise en place d’un plan d’action étendu. Son objectif, apporter des solutions pour prévenir et réagir aux inconduites au sein de l’organisation.
 
Parmi les points de ce plan figurait la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Durant près d’un an, elle est allée à la rencontre de collaborateur.trices de la confédération Oxfam, à travers le monde entier. Aujourd’hui, la commission publie son rapport définitif sur independentcommission.org. Parallèlement, nos collègues d’Oxfam Grande-Bretagne ont apporté leur soutien à la Charity Commission. Cet organisme britannique a mené une autre enquête sur leur culture interne en matière de protection et de prévention.

Une enquête indépendante : un souhait d’Oxfam

C’est Oxfam elle-même qui a émis le désir d’une enquête totalement indépendante. Notre organisation prend donc les recommandations du rapport très à cœur. Nous souhaitons apprendre de nos erreurs.
 
Le rapport contient des vérités difficiles à entendre. Elles doivent nous aider à apporter le changement que nous voulons voir dans notre organisation. Des progrès ont déjà été réalisés au cours de l’année écoulée, mais ce rapport nous pousse à aller encore plus loin.
Nous ne tolérerons jamais que des collaborateurs.trices abusent de leur position pour nuire aux personnes que nous sommes censés aider.

Des recommandations pour aller plus loin

Le rapport apporte des recommandations supplémentaires sur la manière dont Oxfam peut s’attaquer à toute forme d’intimidation, d’abus ou d’exploitation sexuelle. Nous souscrivons à ces recommandations, et agirons en fonction de celles-ci.

Cette transition a déjà été amorcée l’année dernière, sur base du plan d’action international. La commission relève d’ailleurs les progrès déjà enregistrés par Oxfam dans l’amélioration de nos directives et procédures. Elle reconnait également les avancées obtenues dans la mise en place d’une culture positive au sein d’une organisation aussi grande, diverse et internationale que la nôtre. Néanmoins, le rapport souligne de façon claire que le travail est loin d’être terminé.

Winnie Byanyima, directrice d'Oxfam International :

« Je me sens encouragée lorsque la commission dit qu’Oxfam, en plus des changements déjà apportés, dispose du potentiel pour devenir une organisation responsable, qui protège les gens pour qui elle travaille. J’ai pleinement confiance dans notre capacité à nous investir encore davantage en termes de responsabilité et de transparence. Nous pouvons jouer un rôle de meneur dans l’évolution de tout le secteur, et la commission reconnaît ce potentiel. »

De nouvelles actions

Nous avons enclenché de nombreux changements au cours des 15 derniers mois, dans le cadre du plan d’action international. Et nous continuerons à adapter notre culture et à améliorer nos mesures internes de protection.
 
  • Création d’un fonds mondial pour l’intégrité. Il permettra d’investir afin de renforcer la capacité des organisations sociales locales de première ligne.
  • Renforcement des mesures de protection dans 13 lieux à risque, au bénéfice des communautés locales et, plus largement, du secteur humanitaire.
  • Nomination d’un Chief Ethics Officer, dont le rôle est de veiller à ce que les valeurs et normes éthiques d’Oxfam restent inscrites au cœur de notre ADN ; et soient respectées par toutes et tous
  • Nomination d’un nouveau collaborateur international, dont le rôle sera de diriger le processus de transformation culturel – ancré dans des principes féministes – à travers toute la confédération. 
     

Bilan positif pour Oxfam en Belgique 

Avant le rapport de la commission, il y a eu celui – l’année dernière – de l’examen indépendant mené à la demande d’Alexander De Croo, alors ministre de la Coopération au développement. Cet examen avait conclu que la direction, les collaborateurs et les bénévoles d'Oxfam-en-Belgique étaient résolument attentifs à l'intégrité dans leurs actions.
 
Nous avons malgré tout introduit en Belgique une série de mesures internes complémentaire. Elles visent à renforcer encore cette intégrité et à garantir l’élimination de toute forme d’abus au sein de l’organisation.
 
Une organisation où tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé
 
Winnie Byanyima: 
« Nous menons des campagnes pour la justice, et nous avons donc le devoir de vivre selon les valeurs pour lesquelles nous luttons, et que nous attendons des autres. La commission apporte une contribution précieuse à Oxfam. Elle nous permet de devenir une organisation au sein de laquelle tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé. Nous ferons tout pour atteindre cet objectif. »
 
Vous avez des questions ? Envie de réagir ? Contactez notre collègue Myriam par mail, ou par téléphone au 02 501 67 88