Amazonie : la forêt brûle aussi en Bolivie

Amazonie
23/09/2019

Les incendies qui ravagent l’Amazonie ne touchent pas que le Brésil. Ils se propagent notamment en Bolivie où les pompiers luttent toujours contre les flammes. Dans ce pays, 2.1 millions d’hectares – l’équivalent de 2/3 du territoire belge ! – sont déjà partis en fumée depuis mai dernier, une catastrophe climatique et humanitaire.

Les feux ont rapidement dégénéré en incendies incontrôlables depuis le mois d’août en raison de la sécheresse inhabituelle de cet été. Les populations indigènes ont perdu leur lieu de vie. Des milliers d’animaux dont dépendent les paysan.ne.s pour vivre sont morts calcinés. Celles et ceux dont les récoltes ont brûlé n’ont plus de quoi se nourrir et de nombreuses personnes sont privées d’eau potable.

C’est le cas des communautés paysannes qui vivent dans la Chiquitania, cette forêt tropicale à la biodiversité exceptionnelle où Oxfam et son partenaire en Bolivie apportent eau et nourriture.

Ce que fait Oxfam sur place

« Depuis fin août, nous avons apporté 40 citernes d’eau potable et de quoi nourrir 11 communautés affectées par les incendies dans la municipalité de San Ignacio » raconte Carlos Aguilar, directeur d’Oxfam en Bolivie.

À l'heure actuelle, 2.000 familles ont besoin d'aide urgente dans 9 municipalités. Dans les prochains jours, nous allons:

  • Apporter de l'eau potable et de l'aide alimentaire d'urgence à 1.000 familles.
  • Installer des toilettes et sensibiliser les sinistré.e.s aux règles d'hygiène pour éviter la propagation de maladies.
  • Aider les paysan.ne.s les plus affecté.e.s à produire suffisamment de nourriture pour leurs familles.

Aidez-nous à les aider

Bolivie

"La forêt, c’est notre vie, c’est aussi le futur de nos enfants. Ce qui se passe en ce moment est épouvantable, pas seulement pour moi et pour ma famille, mais aussi pour le reste du monde. Sans la nature qui nous entoure, nous ne sommes rien dans ce monde", témoigne Ronald Picolomini, un habitant de San Ignacio qui s’est improvisé pompier pour préserver son village des flammes.

Agrobusiness contre agriculture paysanne

Cette catastrophe révèle les effets dévastateurs de l’agriculture industrielle et de l’élevage de bétail extensif en Amazonie. Le déboisement a constamment augmenté ces 30 dernières années en Bolivie. Il est passé de 150.000 hectares par an dans les années 1990 à quasi 350.000 en 2017. L’abattage des arbres accélère le réchauffement climatique car le CO2 qu’ils absorbent normalement reste dans l’atmosphère.

fires Amazonia

Des défis humanitaires et environnementaux urgents

Les Bolivien.ne.s vont aussi devoir s'adapter à un manque d’eau que le réchauffement climatique va aggraver avec la disparition des neiges dans les Andes et la déforestation. Cette déforestation a un impact sur la régulation des températures : une végétation dense et humide favorise des températures plus basses, alors que les sols nus et secs enregistrent des températures plus élevées.

Oxfam et ses partenaires se concentrent aujourd’hui sur l’urgence causée par les incendies. Mais le combat contre la déforestation massive et l’agrobusiness se poursuivra à travers notre programme en Bolivie.

Soutenez notre action en Amazonie !

Faites un don

Photos Juan Gabriel Estellano © /Oxfam