Crise climatique : combattre la malnutrition des enfants au Guatemala

14/01/2020

Les effets catastrophiques de la crise climatique se font sentir partout sur la planète. Au Guatemala, les habitant.e.s du Corredor Seco connaissent une sixième année de sécheresse consécutive. Leurs garde-mangers sont presque vides. Oxfam est présente sur le terrain pour aider les familles à lutter contre la malnutrition des enfants.

Soutenez Oxfam

6 années de sécheresse ont détruit les récoltes au Honduras, El Salvador, Nicaragua et Guatemala. Dans ce dernier pays, près de 80 % des récoltes de maïs et de haricots ont été perdues.

L’année dernière, 1,3 million de personnes ont eu besoin d’une aide alimentaire au Guatemala. 550 000 d’entre elles dans le Corredor Seco, la région la plus sèche du pays et donc la plus vulnérable aux conséquences du changement climatique.

Malnutrition chronique des enfants

Au cours des 4 dernières années, Oxfam et son partenaire ASEDECHI ont examiné plus de 18.000 enfants de moins de 5 ans dans des cliniques de la région du Corredor Seco. Lorsqu’une malnutrition est détectée, la famille de l’enfant reçoit immédiatement 5 colis de farine enrichie. Les enfants sont ensuite suivis de près, d’abord dans un centre de revalidation et ensuite à domicile.

Ces efforts sont essentiels car la malnutrition ne fait malheureusement qu’augmenter au Guatemala. 46,5 % des enfants en souffrent de manière chronique. C’est le taux le plus haut en Amérique latine et le 6ème au niveau mondial.

« Ma fille est tombée malade »

Josefa Jerónimo García vit dans le village de Naranjo avec son mari et ses 5 filles. La plus âgée, Isabel, a souffert de malnutrition.

« La sécheresse persistait et il n’y avait pas de travail. Nous n’avions pas de revenus. Ma fille est tombée malade, mais je ne savais pas que c’était dû à la malnutrition. On nous l’a appris à l’hôpital », explique Josefa.

Isabel a dû passer trois semaines en revalidation, durant lesquelles elle n’a pas pu aller à l’école. « Heureusement, sa santé s’est remise grâce à cette hospitalisation », poursuit Josefa. « Je suis si contente que ma famille aille mieux. »

Dans le village de Josefa, 32 familles ont ainsi obtenu une aide alimentaire sous forme de colis de légumes : épinards, blettes, betteraves rouges et oignons. Elles ont aussi reçu un petit coup de pouce financier pour couvrir d’autres besoins alimentaires.

Des méthodes agricoles adaptées aux sols plus secs

C’est à Caparrosa que nous rencontrons Lucas Aldana, papa de 7 enfants : 5 garçons et 2 filles. Cet agriculteur cultive du maïs, des haricots noirs, du manioc et des patates douces.

Cette année cependant la récolte est particulièrement maigre. « Nous avons travaillé dur mais ça n’a servi à rien. Il n’a pas plu depuis 25 jours. Sans aide nous ne nous en sortirons pas », se désole Lucas.

Un de ses fils a souffert de malnutrition il y a quelques années. « Nous n’avions rien à manger. Il était tellement maigre… », se remémore Lucas, dont la famille a alors reçu de l’aide d’Oxfam. « J’ai suivi des formations pour apprendre à cultiver sur des sols toujours plus secs. J’ai aussi installé un petit système d’irrigation afin que les cultures ne se dessèchent pas totalement. »

Il s’agit là de quelques exemples de soutien apporter par Oxfam et ses organisations partenaires afin d’aider des familles comme celle de Lucas et Josefa. Cette aide peut aussi prendre la forme de distributions d’outils agricoles et de semences.

©Pablo Tosco/OXFAM

Thema: 
Land: