Justice de genre

Les femmes représentent 70% de la population mondiale qui doit vivre avec moins d’un dollar par jour. A travers le monde, Oxfam aide les femmes et filles à défendre leurs droits et à lutter contre les discriminations liées au genre. Parce que l’égalité de genre, nous avons tous à y gagner, femmes comme hommes.

  • Pendant des années, Katia a été maltraitée par son mari. Elle a fini par entrer en contact avec Amifanic, une organisation partenaire d’Oxfam qui défend les droits des femmes au Nicaragua. « Amifanic m’a rendu confiance en moi et en mes semblables,» raconte Katia. « Ils ont eu de la patience, ont écouté mon histoire et m’ont comprise. » Avec l’aide d’Amifanic, Katia a déposé une plainte auprès du tribunal sur base d’une nouvelle loi contre la violence faite aux femmes.

    Lees meer over
    Nicaragua
    Justice de genre
  • « Les investisseurs étrangers doivent se rendre compte que les citoyens ont le droit de faire des choix au niveau local » constate Vansy Senyavong, responsable de MHP. Située au Laos, cette organisation partenaire d’Oxfam forme les femmes indigènes en leadership et renforce leurs capacités pour qu’elles puissent améliorer leur qualité de vie. « Je voudrais que nos communautés se transforment elles-mêmes en petites entreprises. Sinon nous courrons le risque que ces communautés se transforment tout simplement en main d’œuvre pour les entreprises étrangères. » Grâce à ces formations, les femmes peuvent prendre leur vie en main et trouver des solutions durables à la pauvreté à laquelle elles sont confrontées.

    Lees meer over
    Justice de genre
  • CAMKID, une organisation partenaire d’Oxfam, apporte son soutien à des groupes communautaires en offrant par exemple aux ouvrières de plantations une source alternative de revenus à travers la culture de fruits et légumes à petite échelle. « Grâce au potager commun, nous gagnons de l’argent en plus et pouvons payer les frais scolaires de nos enfants et acheter du matériel de cuisine. » raconte Jorthor, mère de 6 filles et de 3 garçons. « Cultiver des légumes est une source de revenu stable. »

    Lees meer over
    Justice de genre
  • L'enseignement primaire est une priorité: 70,7% des filles sont scolarisées pour 89,5% des garçons. Les filles décrochent souvent plus tôt.

  • En moyenne, les femmes ne représentent que 20% des propriétaires terrien.ne.s. Dans les pays en voie de développement, ce chiffre tombe à 10%.

Égalité des genres : le défi

Proportionnellement, la pauvreté représente un risque plus grand pour les femmes que les hommes. Elles sont en effet surreprésentées dans les populations les plus pauvres à travers le monde. Et pendant ce temps 9 milliardaires sur 10 sont des hommes. Cela peut et doit changer. En plus, respecter les droits de la femme, cela a aussi des conséquences positives sur la sécurité alimentaire, l’environnement et même le risque de conflits.

A travers le monde, les femmes doivent faire face à de nombreuses discriminations, comme par exemple :

  • Les femmes sont plus souvent confrontées à des violences sexuelles ou physiques que les hommes;
  • Elles ont un accès réduit à la terre ou à la propriété;
  • Pour un même travail, les femmes sont souvent moins bien payées que les hommes;
  • Les filles restent moins longtemps à l’école que les garçons.

Le rapport de force entre hommes et femmes est inégal et empêche les femmes de s’épanouir, de réaliser leur potentiel et de faire entendre leurs voix.

Un travail des femmes invisible

Saviez-vous que 60% des travailleurs qui vivent dans la pauvreté sont des femmes ?

Et pourtant les femmes travaillent en moyenne plus d’heures que les hommes – parfois même le double. En cause ?

  • Beaucoup de femmes travaillent dans le secteur informel, par exemple en tant que vendeuse dans la rue ou femme de ménage. Elles sont généralement engagées sans contrat et sans aucune forme de protection juridique. 
  • Une partie essentielle du travail des femmes est peu ou pas reconnu. Par exemples les soins et l’éducation aux enfants, l’accompagnement des personnes âgées ou les tâches ménagères : du travail non rémunéré et non valorisé qui tombe de manière disproportionnée sur les épaules des femmes.

Le rôle essentiel des femmes dans la lutte contre la faim

Dans le secteur agricole, le fossé entre hommes et femmes est particulièrement fort. Les hommes possèdent la grande majorité des terrains agricoles, ils ont le monopole des marchés et peuvent plus facilement obtenir un prêt. Pourtant, nous pourrions diminuer la faim dans le monde de 17% si les femmes bénéficiaient des mêmes droits que les hommes.

Violences faites aux femmes

Aujourd’hui encore, à travers le monde :

  • 1 femme sur 3 fait face à la violence, au viol ou à la maltraitance à un moment donné dans sa vie.
  • La moitié des femmes assassinées le sont par leur propre (ex)partenaire.
  • La violence conjugale et le viol constituent un risque plus élevé pour les femmes entre 15 et 44 ans que le cancer, les accidents de voiture, la guerre ou le paludisme.

De plus, les femmes et les jeunes filles sont souvent en première ligne lors des situations de crise humanitaire et de conflit. Ainsi la violence sexuelle est utilisée comme arme de guerre dans de nombreux conflits et parfois même comme stratégie militaire pour humilier les hommes et les femmes, déchirer les familles et démoraliser les communautés.

Les hommes au pouvoir

Combattre la discrimination à l’égard des femmes, cela requiert avant tout une approche structurelle : aux  niveaux des gouvernements et des organisations internationales. Ceux-ci sont encore trop souvent constitués d’une majorité d’hommes et entretiennent ainsi le rapport de force actuel. Seulement 1 haut fonctionnaire sur 4 est une femme. Mais ce n’est pas une fatalité.

Pour cela, il faut de nouvelles formes de gouvernance qui mettent fin aux discriminations liées au sexe, à l’origine ethnique ou à l’orientation sexuelle. Oxfam s’engage ainsi par exemple en Belgique auprès du Conseil consultatif Genre et Développement qui conseille le service public fédéral belge en matière de genre et de développement et qui s’assure que les femmes soient prises en compte dans leurs politiques.

Que fait Oxfam pour l'égalité des genres?

Oxfam inscrit la justice de genre, l’égalité des droits pour les femmes et  les hommes, au cœur de toutes nos actions de campagnes, d’urgences ou projets de développement. Car les femmes sont un moteur essentiel de développement

Oxfam et ses organisations partenaires aident les femmes à s'opposer à la violence et à l'oppression, et à revendiquer leur juste place dans la société.

L’égalité de genre c’est l’égalité des droits et des  femmes et des hommes. Égalité ne veut pas dire que les femmes et les hommes doivent devenir les mêmes, mais que leurs droits, responsabilités et opportunités ne doivent pas dépendre du fait qu’ils sont nés hommes ou femmes. D’autres facteurs de discrimination peuvent aussi s’y ajouter tels que la classe sociale, l’ethnicité, l’âge, la sexualité et la culture.

Dans les pays pauvres comme riches, Oxfam lutte pour un changement durable des mentalités. Car c’est un pas essentiel pour faire de l’égalité des droits entre hommes et femmes une évidence.

“Si nous ne donnons pas les mêmes chances aux femmes qu’aux hommes alors nous ne nous attaquons qu’à la moitié des problèmes auxquels le monde fait face. Nous devons sortir de cette impasse.” Teresa Mugadza, féministe et activiste des droits humains zimbabwéenne 

Droits et leadership

L’égalité de genre est possible. Pour y parvenir, Oxfam renforce des groupements de femmes à travers le monde entier.  Soutenues, elles se sentent à même de revendiquer leurs propres droits, parviennent à se renforcer les unes les autres et à affirmer leur leadership, social, politique et économique. C’est essentiel, car l’autonomisation est l’un des principaux moteurs du développement humain.

Oxfam et ses partenaires locaux organisent au Mali, Burkina Faso et au Mozambique des ateliers de travail sur le rapport entre les hommes et les femmes au sein de leurs projets de développement. Au cours de ces ateliers, nous soulignons les effets positifs de l’égalité de genre et les différents procédés qui peuvent stimuler cette égalité. Ce processus appelé Gender Action Learning permet de renforcer la reconnaissance du rôle de la femme au sein de sa communauté.

Renforcer les agricultrices

Les femmes agricultrices ont un rôle essentiel dans la lutte contre la faim. Leur travail crucial dans la culture à petite échelle ou vivrière, destinée à  la consommation de leur propre famille, est peu reconnu et valorisé.

Oxfam apporte un soutien spécifique aux agricultrices et éleveuses qui sont victimes d’une double discrimination : d’abord en tant que femmes au sein de leur communauté, mais aussi en tant qu’agricultrices à petite échelle face aux entreprises agroalimentaires.

C’est pourquoi oxfam les aide à s’organiser entre elles, tout en s’assurant qu’elles bénéficient, individuellement et collectivement, d’un accès plus large à la propriété et aux ressources de production.

Protection en cas d’urgences

Pendant les crises humanitaires - guerres ou catastrophes naturelles - Oxfam se concentre sur la protection des plus vulnérables. Oxfam leur apporte de l’aide humanitaire en priorité et organise des systèmes de protection au niveau communautaire, d’autant que les violences de genre sont généralement très présentes durant les périodes de chaos.

Nous installons par exemple des éclairages supplémentaires près des installations sanitaires et prévoyons des produits d’hygiène féminine dans les kits d’hygiène. Nous accordons une attention particulière aux femmes qui doivent s’occuper seules de leur famille.

Les femmes seules et cheffes de familles ont en effet souvent moins de ressources et il est particulièrement difficile pour elles de se relever ou de subvenir à leurs besoins. Nous accordons donc une attention particulière à ces femmes et nous nous assurons que leurs voix sont entendues par leur communauté dans le processus de reconstruction.

Mettre fin aux violences

A travers la campagne mondiale, « Enough », Oxfam lutte contre les croyances et pratiques discriminatoires qui justifient la violence contre les femmes. Il est nécessaire de continuer à améliorer les législations et les politiques. Oxfam lutte pour des lois et règlementations qui s’attaquent aux discriminations et continuera à le faire tant que cela est nécessaire.

Mais il faut aussi s’atteler à transformer les sociétés de manière profonde et durable. Cela exige un grand changement dans les mentalités en ce qui concerne les rapports de force entre les femmes et les hommes.

Au sein de notre organisation

Oxfam-Solidarité s’engage aussi en interne dans la prévention et la protection du harcèlement, des abus et autres comportements sexuels répréhensibles. Protéger les femmes est une mission et une responsabilité qui nous concerne tous. Et Oxfam-en-Belgique prend profondément en compte l’intégrité dans ses actions, comme en témoignent les conclusions du screening commandé par le ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo en mai 2018.

Cet engagement, nous le mettons en œuvre en œuvre à notre siège à Bruxelles mais aussi dans le monde entier. C’est pourquoi la directrice générale d’Oxfam International, Winnie Byanyima a annoncé en février un plan d’action  en 10 points.  Ecoutez le message qu'elle a exprimé à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars 2018 ici:

 

Florineldi Ochoa Morales de Lopez

Je voudrais être un exemple pour mes enfants et pour les autres femmes.

Florineldi Ochoa Morales de Lopez, bénéficiaire d’AMES

Lees meer over
AMES
Justice de genre
Guatemala