2015 : une année cauchemardesque pour le peuple syrien

07/03/2016

Cela fait désormais 5 ans que le conflit en Syrie a débuté. Pourquoi ne met-on pas fin à ce cauchemar pour le Syriens ?

Un fragile cessez-le-feu est entré en vigueur à la fin février en Syrie. La population commence à peine à se relever de ce qui fut la pire année du conflit, qui dure depuis 5 ans déjà. Les parties au conflit syrien ont continué à semer la destruction, à bloquer l’aide humanitaire et à maintenir des villes entières en état de siège.

Mettez la pression pour une solution

Syrie 2015 : les chiffres

2015 aura été la pire année pour les Syriens depuis le début du conflit :

  • Il y a eu une forte escalade des violences, notamment avec les frappes aériennes russes qui, selon l’ONU, ont fait 2.300 morts environ rien qu’en novembre.
  • Au moins 50.000 personnes supplémentaires ont été tuées.
  • 1,5 million de personnes supplémentaires ont besoin d’aide humanitaire.
  • Près d’1 million de personnes ont été chassées de chez elles par les violences.
  • Le nombre de personnes vivant dans des zones assiégées a doublé et atteint maintenant 500.000.
  • 200.000 habitations ont été partiellement ou complètement détruites, soit une augmentation de 20% par rapport à 2014.
  • 400.000 enfants supplémentaires ne sont pas scolarisés, amenant à un total à plus de 2 millions.
  • Les attaques contre les établissements de santé ont augmenté de 44 %.

La pression diplomatique pour une solution

La pression diplomatique pour une solution

Un fragile cessez-le-feu entré en vigueur à la fin février a ramené un peu l’espoir à la population syrienne. La Russie, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni doivent à présent préserver cette lueur d’espoir.

Mais en réalité, ces pays mettent plutôt « de l’huile sur le feu » : ils ont, à des degrés divers, affaibli leurs propres engagements par des actions militaires directes, des soutiens militaires et politiques à leurs alliés respectifs et des pressions diplomatiques inappropriés.

Liesbeth Goossens, responsable du plaidoyer humanitaire pour Oxfam-Solidarité :
« L’année écoulée a été la plus horrible pour la population syrienne. Si la poursuite des terribles violences doit être principalement imputée aux parties au conflit, la responsabilité de préserver l’espoir, au lieu d’attiser les violences, incombe également à leurs soutiens internationaux. Ils doivent choisir : mettre fin à cette catastrophe ou continuer à l’aggraver ? Nous avons vu l’effet des frappes aériennes. Il est à présent temps de voir l’effet des pressions diplomatiques pour ramener la paix en Syrie. »

Comment agir ?

  1. Mettez vous aussi la pression sur la communauté internationale

    Etes-vous #WithSyria?

  2. Découvrez les témoignages des réfugiés syriens

    A Bruxelles, Gand ou Anvers

  3. Faites un don pour les réfugiés syriens

    Faites un don


Lisez le résumé du rapport (FR) et le rapport complet (ANG) « De l’huile sur le feu »