3 ans après le séisme, Oxfam toujours aux côtés des Népalais

25/04/2018

Le 25 avril 2015, un grave tremblement de terre de magnitude 7,6 frappait le Népal. 9.000 personnes perdaient la vie et plus de 850.000 maisons étaient endommagées ou complètement détruites. Oxfam a fait partie des ONGs présentes sur place dès le départ. Nos équipes ont travaillé dans 7 des 14 districts les plus touchés. Par exemple dans la province de Sindhupalchowk, où elles ont pu venir en aide à Muna Tamang Giri, 27 ans.

Accoucher en plein tremblement de terre

Lors du tremblement de terre du 25 avril, Muna était enceinte de 9 mois. « 10 jours après, on m'a emmené à l'hôpital pour accoucher, mais il y a eu un deuxième tremblement de terre ce soir-là. Tout le monde s'est enfui de l’hôpital, en nous laissant seuls. » Par chance, l'accouchement s'est bien passé.

Les équipes d’Oxfam lui ont apporté une première aide d’urgence pour survivre : des couvertures pour bébé bien chaudes, des vêtements, un kit d’hygiène, un seau et d'autres ustensiles. Son fils Rajesh (à sa droite) va aujourd’hui sur ses 3 ans.

L’action d’Oxfam : de l’aide d’urgence...

Dès les premiers jours et semaines qui ont suivi le tremblement de terre, Oxfam a distribué de la nourriture, de l'eau potable et des kits d’hygiène pour éviter la propagation des maladies. Nous avons aussi installé des abris temporaires pour ceux qui avaient perdu leur maison. Grâce à l'aide de sherpas, nous avons pu accéder même aux zones rurales particulièrement difficiles d’accès.

Nos experts ont construit des réservoirs d'eau (citernes) et des installations sanitaires (toilettes, robinets) dans les camps temporaires où se réfugiaient des centaines de milliers de personnes qui avaient perdues leur maison ou avaient peur des répliques. Nous avons aussi distribué des semences de riz et des outils agricoles aux agriculteurs et agricultrices.

… à la reconstruction durable

Une fois l’urgence passée, les équipes Oxfam se sont lancées dans la construction d’abris solides et étanches mais aussi dans l’organisation de formations pour que des personnes vulnérables, dont beaucoup de femmes, puisses devenir charpentier.e.s et maçon.ne.s spécialisé.e.s en construction de maisons résistantes aux tremblements de terre. Enfin un autre grand focus d’Oxfam a été la réhabilitation des réservoirs d'eau endommagés par la catastrophe, pour garantir ou améliorer l’accès à l’eau potable.

« L’accès à l’eau potable a changé notre vie »

Ainsi, cinq mois après le séisme, Oxfam et ses partenaires locaux ont réhabilité le système d'approvisionnement en eau de la communauté de Muna. Avant le tremblement de terre, il lui fallait pas moins de 5 heures par jour pour aller chercher de l’eau. Et avec les secousses, cette source s’est asséchée et la zone devenait tout simplement invivable. « Je n’arrivais pas à m'imaginer continuer à vivre ici... La vie aurait été vraiment difficile... Même pour une personne seule, vous avez besoin d'eau et en tant que mère, j'ai besoin de plus d'eau. »

Oxfam a installé un robinet d’eau potable directement dans la communauté. « L'accès à l'eau potable a changé nos vies. C'est beaucoup plus facile maintenant. Le temps [de la collecte] est économisé et l'eau potable et les pratiques d'hygiène se sont vraiment améliorées. C’est un soulagement. »

Se remettre sur pieds

En plus de la reconstruction des dégâts matériels, une autre priorité d’Oxfam a été de relancer l’économie dans les communautés touchées. Nous avons mis en place des programmes «argent contre travail» qui fournissent des emplois à court terme dans la reconstruction et qui ont bénéficié à 15.000 familles vulnérables. Nous avons également organisé des activités de soutien spécifique en collaboration avec 5 organisations de femmes.

Par exemple, Oxfam  a soutenu un programme d'agriculture coordonné par un groupe de femmes dont Muna fait partie. Car l’accès à l’eau réhabilité par Oxfam dans sa communauté ouvre aussi d’autres opportunités : cultiver leur propre nourriture. «  Il y a un nouveau programme d'Oxfam qui soutient la culture maraîchère. Nous avons un groupe de femmes et Oxfam nous a fourni un moulin à mil et une machine à éplucher le maïs. » explique Muna. « Maintenant, nous cultivons notre propre ail, nos oignons, tomates et autres légumes, nous n'avons donc pas besoin de les acheter. C’est chouette et je suis très heureuse. »

Quelques chiffres

  • 7/14 : Oxfam a apporté de l’aide dans 7 des 14 districts les plus touchés : Gorkha, Nuwakot, Dhading, Sindhupalchowk, Katmandou, Lalitpur et Bhaktapur.
  • Plus de 600.000 personnes ont bénéficié de la réponse humanitaire d'Oxfam.
  • 400.000 personnes ont pu avoir accès à l'eau potable, à l’hygiène, à de la nourriture et à un abri
  • 58.000 kits d'hygiène ont été distribués
  • 15.000 familles ont pu relancer leurs entreprises perdues
  • 17.000 agriculteurs ont reçu des semences de riz