4 questions sur la taxe sur les transactions financières

06/06/2016

Il y a 4 ans les politiciens européens entamaient des négociations pour une taxe sur les transactions financières (ou taxe Robin des Bois). Lors de l’ECOFIN du 17 juin, les négociateurs veulent trouver un accord final ... mais la Belgique bloque les négociations. Agissons maintenant !

Envie aussi de demander au Premier ministre Charles Michel et au ministre des finances Johan Van Overtveldt de défendre une taxe sur les transactions financières ambitieuse pendant la réunion du 17 juin?

C’est possible ! Envoyez-lui un mail et dites ainsi à Charles Michel et Johan Van Overtveldt pourquoi la taxe sur les transactions financières doit voir le jour. Plus les ministres recevront d’emails, plus la pression sur leurs épaules montera. Vous pouvez envoyer des emails jusqu’au jeudi soir, 16 juin.

Envoyez un e-mail

1. Pourquoi la taxe sur les transactions financières est-elle importante?

La taxe sur les transactions financières, c’est un petit impôt (entre 0,1 et 0,01% selon les cas) prélevé sur les transactions que font les banques. Par exemple, cela permettrait de taxer la vente d'actions ou d'autres produits financiers.

La taxe sur les transactions financières pourrait rapporter des milliards d'euros (rien qu’en Belgique : 1,6 milliard!). Cet argent pourrait être utilisé pour lutter contre la pauvreté et le changement climatique.

2. Pourquoi la Belgique tente de bloquer les négociations?

Pendant de nombreuses années, la Belgique était l’un des plus grands partisans de la taxe sur les transactions financières. Mais depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), la position du gouvernement a complètement changé sous la pression du puissant lobby bancaire.

Le gouvernement belge propose maintenant que cette taxe soit appliquée uniquement à un nombre limité de produits financiers, réduisant ainsi les rendements de cette taxe.

3. En quoi la taxe sur les transactions financières apporte-t-elle plus d’équité dans la fiscalité ?

Le secteur bancaire est l’un des secteurs qui fait le plus de bénéfices au monde, et pourtant il est très peu imposé. Une petite contribution supplémentaire (de 0,01 à 0,1%) n’est vraiment pas trop demander. Une taxe sur les transactions financières bien conçue et efficace peut être une source importante de revenus pour combattre la pauvreté, les inégalités et le changement climatique.

La crise financière et économique de 2008, mais aussi les scandales plus récents comme celui des Panama Papers, montrent que les banques jouent un rôle à la fois crucial et néfaste dans le système financier mondial. Une taxe sur les transactions financières permettrait de mieux réglementer les banques et d’assurer plus de transparence dans le commerce des produits financiers.

4. Que puis-je faire pour soutenir une bonne taxe sur les transactions financières?

Des négociations politiques sur la taxe sur les transactions financières sont en cours depuis 4 ans déjà. Il est grand temps de la mettre en place !

Vous êtes d’accord ? Faites savoir au Premier ministre Charles Michel et au ministre des finances Johan Van Overtveldt que vous soutenez la taxe sur les transactions financières en leur envoyant un email.

Envoyez un e-mail

Thème: 

Union européenne

Cette publication a été réalisée avec le soutien de l'Union européenne. Le contenu de cette publication relève de la seule responsabilité d'Oxfam-Solidarité et ne reflète pas nécessairement le point de vue officiel de l’Union européenne.