6 moments-clés dans la lutte d’Oxfam pour la justice climatique

24/02/2021

Nous nous battons pour la justice climatique depuis bientôt 15 ans. Malgré un parcours semé d’embûches nous avons connu de nombreux succès, grâce à votre soutien. Voici notre top 6.

1. Changement climatique : nous avons recentré le débat sur les gens

Lorsque nous avons commencé à travailler sur le climat en 2008, tout le monde voyait le changement climatique comme une question exclusivement écologique, avec l'environnement au centre de toutes les discussions. Nous avons déplacé l'attention sur l'impact humain de la crise climatique - et nous l'avons qualifiée de grave violation des droits humains.

Depuis, de nombreuses institutions nous ont emboîté le pas, comme le journal britannique The Guardian qui a décidé en 2019 de ne plus illustrer la crise climatique avec des ours polaires mais uniquement avec des personnes. Pour souligner l'urgence, les journalistes ne parlent plus de "changement climatique" mais de "crise climatique", un débat toujours en cours dans les rédactions belges.

2. 100 milliards de dollars promis aux pays pauvres

Nous en avons fait notre cheval de bataille : celui des financements climat fournis par les pays riches aux économies les moins avancées. Lors de la COP de 2009 à Copenhague, nous avons fait pression sur les pays riches pour qu’ils aident financièrement les pays pauvres à faire face au dérèglement climatique.

Et nous avons réussi : les pays riches ont promis de soutenir les pays pauvres à hauteur de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Bien que ce montant n’a pas (encore) été atteint, nous scrutons ce chiffre de près chaque année et faisons pression pour que les promesses de 2009 soient tenues.

3. Les géants de l’agro-alimentaire se sont engagés à limiter leurs émissions de CO2

La crise climatique aggrave la faim dans le monde. Elle affecte la production agricole et augmente le prix des aliments, mettant ainsi en péril la sécurité alimentaire de millions de personnes.

Au fil des ans, nous avons donc aussi fait pression sur le secteur privé pour qu’il prenne ses responsabilités, notamment sur les géants de l’agro-alimentaire. En 2014, 230.000 personnes ont signé la pétition lancée dans le cadre de notre campagne "La face cachée des marques". Notre action a incité les multinationales General Mills et Kellogg à s’engager à réduire leurs émissions de C02, bientôt imitées par Mars, Nestlé et Danone.

4. La responsabilité des plus riches désormais prouvée

Tous nos rapports l’ont démontré : les pays riches portent la plus grande responsabilité dans la crise climatique. Ils sont donc tenus à davantage d’obligations dans la lutte contre le réchauffement. En 2015, nous avons prouvé que les personnes les plus riches du monde sont responsables de la majorité des émissions de CO2. Notre tout dernier rapport publié en décembre 2020 va encore plus loin en démontrant que le 1% le plus riche de la planète émet plus de deux fois plus de CO2 que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Nous ne pouvons pas encore parler de véritable succès sur ce point puisque les pays pauvres sont toujours bien plus vulnérables que les pays riches face aux conséquences de la crise climatique. Mais nos chiffres ont été massivement relayés par les médias du monde en entier (et même par Greta Thunberg) et ont contribué à éveiller les consciences de millions de personnes.

5. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour le climat

En 2018, la mobilisation pour le climat a atteint des sommets inégalés en Belgique. Les jeunes ont pris la tête de la grève étudiante pour le climat et ont très vite été rejoints par des milliers d’autres personnes. Tou.te.s avaient une revendication commune : exiger du monde politique qu’il se bouge pour le climat. La mobilisation a atteint son pic le 2 décembre 2018 lorsque 75.000 personnes sont descendues dans la rue. Oxfam a rejoint le mouvement en 2008 et poursuit son travail de plaidoyer pour que le climat reste en tête des agendas belge et européen. 

6. L’État français condamné pour inaction climatique, au tour de la Belgique !

Le 3 février 2021, le tribunal administratif de Paris a reconnu la responsabilité de l’État français dans la crise climatique et a jugé illégal le non-respect de ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Oxfam faisait partie des 4 ONG requérantes dans ce procès communément appelé « l’Affaire du Siècle ». Chez nous, l'organisation "L'Affaire Climat" a intenté une action en justice contre les quatre autorités belges responsables du climat en 2014. Le procès se déroulera entre le 16 et le 26 mars 2021.

Organisez une action et soutenez l'Affaire Climat