Ebola : « Un meilleur équilibre prévention, confinement et traitement est nécessaire »

enfants
26/11/2014

Déjà plus de 14.400 personnes ont contracté le virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Oxfam a déjà pu aider 860.000 personnes via des programmes de prévention et entend appuyer 3,2 millions de personnes. Aidez-nous à lutter contre l’épidémie ! Nous ne sommes pas médecins, mais nous savons sauver des vies.

L’épidémie de fièvre Ebola est d’une ampleur sans précédent. Rompre la chaîne de transmission est essentiel pour parvenir à enrayer la propagation du virus. Nous intervenons en Sierra Leone, au Liberia et intensifions nos programmes de prévention au Sénégal, en Gambie et en Guinée. Au Mali, nous préparons une intervention pour renforcer les mesures d’hygiène et d’assainissement dans les écoles.

« Cela nous fait du bien que quelqu’un nous parle d’Ebola »

Oxfam fournit de l’eau potable et du matériel d’assainissement aux centres de traitement d’Ebola ainsi qu’à d’autres centres de santé et aide aussi à la réhabilitation de nouveaux centres de traitement. Nous organisons des formations pour le personnel soignant et pour les équipes chargées d’enterrer les corps, et nous leur distribuons des équipements de protection (masques, gants..). Nous distribuons aussi des kits d’hygiènes aux populations (savon, désinfectant…) et installons des robinets pour qu’elles puissent se laver les mains.

Un autre aspect de notre travail : sensibiliser les populations aux mesures à prendre pour éviter la contagion. Ceci via des émissions de radio, des affiches et un système de SMS, ainsi que par un programme de volontaires qui vont à la rencontre de leur communauté. « Cela nous fait du bien que quelqu’un nous parle d’Ebola. C’est la première fois. Ils disent que c’est un virus. Ils nous disent aussi de ne pas toucher le corps des morts, de ne pas les laver même s’il s’agit de notre mari. », témoigne Moriba Bangura, habitante du district de Congo Town, à Freetown, après avoir parlé avec du personnel de santé communautaire formé par Oxfam.

« Poursuivre les opérations à plein régime »

Le 24 novembre, l’ONU a annoncé que son objectif d’endiguer l’épidémie d’Ebola d’ici au 1er décembre ne sera pas atteint. Vincent Koch, responsable de la réponse d’Oxfam à l’épidémie d’Ebola, déclare : « L’ONU et les États doivent publier un plan d’action clair et précis pour que nous puissions adapter les opérations à l’évolution de l’épidémie, par nature changeante. Il faut poursuivre les opérations à plein régime, en mettant l’accent sur le traitement des patients, mais aussi sur la prévention pour arrêter la propagation du virus. Nous savons, du fait de nos activités en Sierra Leone, qu’un meilleur équilibre entre la prévention, le confinement et le traitement est nécessaire pour endiguer l’épidémie. »

Au-delà de la réponse immédiate à la crise, un soutien de long terme devra être apporté, notamment pour renforcer les systèmes de santé de ces Etats fragilisés par des années de guerre et de dictature.