Accords d’Oslo : les jeunes Palestiniennes et Palestiniens subissent les conséquences de 25 ans d’échec

13/09/2018

Vingt-cinq ans après la signature des accords d’Oslo entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine, il ne reste à la jeune génération palestinienne qu’une liste de promesses non tenues, la négation systématique de leurs droits et le désespoir, affirme aujourd’hui Oxfam.

L'action d'Oxfam dans les Territoires Palestiniens occupés

Sans possibilités et sans espoir

Pour Chris Eijkemans, directeur d’Oxfam pour les Territoires palestiniens occupés (TPO) et Israël : « Plus de la moitié de la population des TPO a grandi dans les conditions qui ont découlé des Accords d’Oslo, privée en définitive de liberté et de possibilités, sans qu’aucune mesure ne soit prise pour réparer les injustices causées. Les jeunes Palestiniennes et Palestiniens ont été privés de leur pouvoir d’action et de leurs droits, et laissés sans espoir face à l’avenir. L’accord provisoire qui promettait de mettre fin à l’occupation, d’apporter la stabilité à la région et de frayer un chemin vers la paix est dans une impasse. Au lieu de la paix, le peuple palestinien vit avec 760 km de murs, des restrictions de circulation, moins de droits, moins de terres, des familles séparées, davantage de colonies illégales, des violences perpétrées par les colons et plus de contrôle que jamais d’Israël sur leurs terres et leurs ressources. »

Rajab, 23 ans, Gaza : « Mon père m’a dit que c’était mieux avant Oslo : les gens trouvaient du travail, les emplois étaient décents, il y avait toujours de l’électricité, on pouvait circuler librement, et on avait même un aéroport d’où on pouvait prendre un vol pour n’importe quelle destination. Les choses se sont détériorées après ma naissance... après Oslo. »

Chômage et pauvreté

43,4 % des jeunes Palestiniennes et Palestiniens âgés de 15 à 29 ans sont sans emploi - soit le taux de chômage le plus élevé de la région - et 1,44 million d’entre eux a cessé de chercher du travail ou de faire des études. Un tiers souhaiterait quitter leur pays et 73 % estiment ne pas avoir de perspectives d’avenir. Le processus d’Oslo a favorisé le maintien et même le durcissement de l’occupation, source de pauvreté et d’injustices, et ce sont les jeunes Palestiniennes et Palestiniens qui en souffrent le plus.

Malgré les 30 milliards de dollars d’aide internationale injectés dans les Territoires palestiniens occupés depuis la signature de la Déclaration de principes en 1993, les Territoires ont régressé sur les plans économique et social. Le Fonds monétaire international (FMI) estime que sans les restrictions imposées par l’occupation, le PIB par habitant serait 37 % plus élevé.

L'action d'Oxfam dans les Territoires Palestiniens occupés

Sous-représentation politique

Les enfants et les jeunes de moins de 29 ans représentent plus de la moitié de la population des Territoires palestiniens occupés, et pourtant ces jeunes ont le sentiment que leurs voix et leurs préoccupations ne sont pas entendues, qu’ils n’ont pas voix au chapitre dans les décisions politiques, à quelque niveau que ce soit, et qu’ils font face à une grave sous-représentation politique. La génération née depuis la signature des accords n’a pas encore connu une seule élection parlementaire.

Contactez-nous

Presse francophone
Esther Favre-Félix
0485/57.78.01
efa@oxfamsol.be

Presse néerlandophone
Leen Speetjens
0484/10.17.87
lsp@oxfamsol.be

Suivez-nous

Globo
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à globo@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.