Aider les paysans népalais avant la mousson

24/06/2015

Deux mois après le séisme qui a frappé le Népal, Oxfam est déjà venue en aide à 270.000 personnes, en leur apportant des abris, de la nourriture et des installations sanitaires. Nous distribuons maintenant des semences de riz pour que les paysans puissent les planter avant la mousson.

Le 25 avril, un séisme d’une magnitude de 7.8 causait 8.700 morts et plus de 22.000 blessés au Népal. Plus de 8 millions de personnes ont été touchées par la catastrophe. Jusqu’à présent, Oxfam a déjà pu venir en aide à 270.000 personnes, et compte en atteindre 400.000 dans la première phase de son action d’urgence. 

Course contre-la-montre

Avec l’arrivée de la mousson, il est aussi urgent d’aider les paysans népalais à s’occuper de leurs rizières à temps. En effet, les deux-tiers des Népalais vivent de l’agriculture. Avec la mousson, les familles qui ne parviennent pas à planter leurs semences avant la fin juin ne pourront pas récolter de riz avant fin 2016 : elles y perdent en nourriture mais aussi en monnaie d’échange et moyens de subsistance. Jusqu’à présent, Oxfam a déjà distribué des semences de riz à près de 16.000 paysans dans les districts de Nuwakot, Sindhupalchok et Dhading.

Dhan Khumari Adhikari (photo) vit sur une colline qui domine la petite ville de Tripureshwor, dans le disctrict de Dhading. Près de 4.000 habitants y vivent presque exclusivement de leurs champs de riz et de maïs. Lors du tremblement de terre, 19 personnes y sont mortes, 12 gravement blessées et près de 60% des habitations détruites.  

Un « souffle »

Au moment du séisme, Dhan était en train de nourrir son buffle. Ses deux enfants étaient en train de jouer devant sa maison. Elle a d’abord senti comme un « souffle ». Tout à coup, le sol s’est mis à trembler sous les pieds et les maisons alentours ont commencé à osciller violemment et à s’effondrer.

Sa maison est toujours debout. Mais en entrant à l’intérieur, on remarque que ses deux étages se sont effondrés comme un château de cartes. « Nous avions eu tellement de difficultés pour construire cette maison », raconte-t-elle. « Et maintenant nous n’arrivons même pas à envisager de la réparer ou de la reconstruire. Notre situation financière ne le permet pas.» Après avoir campé pendant deux semaines sous une bâche, Dhan et sa famille se sont installées dans l’étable à côté de leur ancienne maison.

Continuer à aller de l’avant

En plus de la destruction de leur maison, le tremblement de terre a aussi coûté à Dhan et à son mari la quasi-totalité des semences qu’ils avaient amassées pour la prochaine saison. Grâce à un partenariat entre Oxfam et la SFACF (Small Farmer Agricultural Cooperative Federation) de Dhading, plus de 900 familles de Tripureshwor ont reçu 20kg de semences de riz chacune. Ces semences vont leur permettre de produire 600 kg de riz, qu’ils vont pouvoir manger et vendre l’année qui vient.

Des semences précieuses pour Dhan, qui n’a plus que deux semaines pour les planter à temps. Même si elle a du mal à envisager vraiment son futur à ce stade, Dhan reprend petit à petit le cours de sa vie. « Nous avons recommencé nos tâches quotidiennes », explique-t-elle. « Si nous arrêtons de travailler, nous n’aurons plus rien à manger dans le futur. Nous devons continuer à aller de l’avant ».