Burkina Faso : Que fait Oxfam ?

Oxfam travaille au Burkina Faso depuis les années 70 dans les domaines de la sécurité alimentaire, du genre, du suivi des politiques, de l'éducation, de l'aide à la jeunesse et de l’action humanitaire. En 40 ans, Oxfam a collaboré avec plus de cinquante organisations partenaires pour qu'elles puissent participer pleinement au développement de leur pays. Dans les années à venir, Oxfam s'efforcera d’améliorer encore cette collaboration, notamment en termes d'efficacité et de durabilité.

Une politique économique durable et équitable

Oxfam travaille pour combattre la pauvreté au Burkina Faso en collaboration avec les communautés, les organisations sociales, les autorités et les entreprises minières. Les revenus de l'exploitation des mines doivent contribuer au développement durable du pays. Par ailleurs, les Burkinabè doivent aussi oser réclamer eux-mêmes leur part de ces ressources. C’est pourquoi les partenaires d'Oxfam aident la population à mieux connaître ses droits, à participer à la vie politique et à exercer son influence. Les autorités burkinabè promettent déjà de lever un impôt équitable et d’améliorer grâce à ses rentrées l'accès aux services sociaux de base. Le parlement national comme les organisations et communautés locales sont informés des budgets nationaux et locaux. Ils peuvent ainsi exercer un contrôle l'un sur l'autre.

Ressources durables pour la population rurale

Afin de soutenir l'agriculture familiale, nous mettons en place des programmes avec des organisations paysannes ainsi qu'avec des entreprises fabriquant des produits agricoles. Nous dirigeons également nos efforts pour un changement dans la politique agricole burkinabè en matière de production, de transformation, de commercialisation et d'accès à la terre. Nous accordons en outre une attention particulière aux femmes et aux jeunes parmi les paysans, dans le but de leur faciliter l'accès aux moyens de production et au matériel agricole. Cela permet aux petits paysans d'améliorer leurs moyens de subsistance de manière structurelle.

Protéger les plus vulnérables du changement climatique : la campagne CULTIVONS.

Nous voulons améliorer la résilience des familles vulnérables qui sont régulièrement confrontées aux effets du changement climatique – que ce soit des sécheresses extrêmes ou des pluies diluviennes – de manière à ce qu'elles puissent diversifier leurs sources de revenus et ainsi mieux se préparer aux variations climatiques. Oxfam collabore donc avec des partenaires locaux pour apporter aux familles les informations et le soutien nécessaires concernant l'utilisation de plantes résistantes aux fortes pluies, la création d'un petit élevage bovin et la préparation de réserves de nourriture. Cette approche permet de diminuer et de prévenir la malnutrition.

À l'échelle locale et nationale, il est nécessaire que le Burkina Faso développe une politique de prévention, d'anticipation et de gestion des risques, qui prenne en compte une analyse de la situation alimentaire. Lors d'une catastrophe, les autorités doivent faire tout le nécessaire pour mettre en place une aide rapide et efficace. Un système rapide d'alerte nationale est indispensable. Oxfam encourage les organisations locales et les populations rurales à collecter ensemble les informations nécessaires et à se tenir prêtes en cas de catastrophe.

Enseignement pour tous

Au Burkina Faso, Oxfam s'engage aussi pour un meilleur accès à l'enseignement et aux formations professionnelles. Nous soutenons des organisations de la société civile dans leurs campagnes pour la défense de leurs intérêts afin que les autorités prennent conscience de l'urgence de la situation. Les autorités doivent mettre des moyens financiers suffisants à disposition des communautés locales et mettre fin à la privatisation de l'enseignement.

Les conditions de vie des jeunes et des femmes s'améliorent considérablement lorsque ceux-ci prennent conscience de leurs droits et parviennent à faire appliquer les principes légaux qui leur sont favorables. Un bon système d’enseignement est incontournable pour le respect des droits et l’amélioration du contrôle et de l’utilisation des moyens disponibles.

La crise alimentaire au Sahel

En 2012 la région du Sahel a été une fois de plus le théâtre d’une crise alimentaire de grande ampleur qui a touché plus de 18 millions de personnes, suite à la sécheresse, aux mauvaises récoltes et à la flambée des prix des denrées alimentaires. Grâce à une intervention précoce de nombreuses vies ont pu être épargnées et des familles ont pu éviter le pire en conservant leurs moyens de subsistance. Oxfam a joué un rôle important dans cette action, en fournissant une aide d’urgence à plus d’un million de personnes. 600.000 sympathisants du monde entier ont également tiré la sonnette d’alarme et forcé ainsi la communauté internationale à agir.

Mais en plus de répondre aux besoins les plus urgents, il faut également s’attaquer aux causes profondes de cette crise alimentaire. Même quand les récoltes sont bonnes, 230.000 enfants meurent des conséquences de la malnutrition chaque année dans la Sahel. Oxfam concentre son action sur le soutien aux petits paysans. Elle vient en aide aux familles les plus pauvres via des programmes de protection sociale qui leurs permettent d’augmenter leurs revenus et via des techniques de constitution de stocks alimentaires. Ce ne sont là que deux exemples des actions qui permettent d’améliorer la résilience des communautés, ce qui leur permettra de mieux faire face à des crises futures.

Les projets d'Oxfam au Burkina Faso reçoivent des financement de la Coopération Belge au développement, de la ville de Meise et de la Province du Brabant Flamand.