Cisjordanie : de plus en plus de destructions par l’armée israélienne

05/04/2016

Dans la zone C de Cisjordanie, sous contrôle israélien, il est virtuellement impossible d’obtenir un permis de bâtir. Maisons, étables, serres, sont détruites administrativement par les autorités israéliennes. Et certaines de ces constructions ont été payées par le gouvernement belge. 

Permis de bâtir rejetés

La zone C recouvre 61% de la Cisjordanie et elle est sous contrôle israélien total (administratif comme militaire).180.000 palestiniens y vivent.

Bien que des colonies israéliennes illégales s’y multiplient à vue d’œil, 98% des demandes de permis de bâtir introduites par les populations palestiniennes autochtones sont refusées par les autorités israéliennes. Les Palestiniens qui décident de construire sans autorisation risquent la destruction de leur propriété par les autorités israéliennes.

De plus en plus de destructions

Depuis septembre 2015, au moins 364 constructions palestiniennes ont été détruites, entrainant le déplacement de 1.758 palestiniens, dont 895 enfants. Depuis le début de l’année 2016, l’ampleur des destructions s’est encore aggravée  :

  • Au cours des 6 premières semaines de l’année 2016, 293 habitations palestiniennes ont été détruites. Pendant toute l’année 2015,  447 habitations avaient été détruites.
  • Entre 2015 et 2016, le nombre de bâtiments détruits chaque semaine est passé de 9 à 49.
  • Depuis début  2016, au moins 400 palestiniens ont été forcés de quitter leur domicile. Un chiffre égal à la moitié des déplacements forcés durant l’entière année 2015.

Des constructions belges et européennes détruites

Les constructions faites dans le cadre de projets de coopération au développement sont également visées. Depuis septembre 2015, 128 constructions financées par des pays européens ont ainsi été détruites. En 2016, des constructions d’une valeur de 275.491 euros ont ainsi été rasées.

Protéger les citoyens, demander des compensations

Depuis des années, Oxfam suit de très près les conditions de vies des populations palestiniennes vivant dans la Zone C. Vivre sous la menace constante de destructions a des conséquences désastreuses pour le bien-être de ces communautés palestiniennes.

Oxfam appelle la Belgique et les autres pays de l’Union européenne à assurer la protection des citoyens palestiniens vivant en Zone C, ainsi qu’à exiger des compensations de la part des autorités israéliennes à hauteur de la valeur des projets européens qui ont été détruits.