Climat : avis de gros temps sur Paris Climat 2015

14/12/2014
Lima, Pérou - La multiplication des événements climatiques extrêmes continue de laisser de marbre les négociateurs de l’ONU sur le climat. L’accord trouvé sur des éléments annexes à Lima ne ferme pas la porte à un accord plus large à Paris mais il ne donne aucun signe que l’ambition nécessaire sera au rendez-vous.
« Les négociateurs ont évité le naufrage sur les côtes péruviennes, mais un avis de gros temps est annoncé sur la route de Paris climat 2015 », affirme Brigitte Gloire, responsable plaidoyer sur le changement climat chez Oxfam-Solidarité, depuis Lima, . « La faiblesse des résultats de Lima est un appel à continuer la mobilisation. Les gouvernements ne mettront pas en œuvre les solutions nécessaires sans que des voix ne se fassent entendre. La mobilisation doit redoubler en 2015 pour s’opposer aux intérêts particuliers qui profitent du statu quo ».
Le ‘Lima Call for Climate Action’ comprend un premier jet pour l’Accord de Paris qui ne règle néanmoins aucune des questions politiques sur la table depuis des années. De plus, il permet à tous les pays de déterminer leur propre niveau d’ambition sur les réductions d’émissions qui doivent être annoncées en 2015, indépendamment de leur responsabilité,  sans même prévoir de mécanisme pour évaluer si ces annonces sont adéquates et permettront d’éviter des dérèglements climatiques catastrophiques. Dans le même temps, rien de concret n’a été annoncé sur la nécessaire réduction des émissions à court terme.
 
Au-delà des $10 milliards annoncés pour le Fonds Vert pour le Climat à la veille du sommet, le texte ne propose que de vagues engagements à soutenir les populations sur la ligne de front du changement climatique. La prévisibilité des flux financiers à venir, nécessaire à la mise en œuvre des projets sur le terrain, reste totalement absente. Aucun des plus gros émetteurs n’a réellement fait preuve de flexibilité et d’ambition
« Lima devait dégager la route de Paris sur la question des financements mais ne nous apporte aucune réponse sur la façon dont les pays développés vont mobiliser les financements nécessaires pour répondre aux impacts actuels du changement climatique », affirme Brigitte Gloire. « On attend des pays les plus vulnérables qu’ils signent un nouvel accord à Paris alors même qu’il n’ont aucune garantie sur la tenue des engagements pris à Copenhague, il y a déjà 5 ans ».
Le résultat de Lima ne nous éloigne pas d’une trajectoire d’augmentation de la température d'au moins 3 degrés. A ce niveau, le coût de l’inaction est énorme en termes de vies humaines, d’augmentation de la pauvreté ou de menaces sur la sécurité alimentaire.
« Nous attendions un changement de cap à Lima mais les négociateurs ont préféré continuer d’avancer vers l’œil du cyclone »,  affirme Brigitte Gloire. « Il appartient désormais à la Présidence française de naviguer dans ces eaux troubles en vue de Paris. Mais même dans l’hypothèse optimiste que l’accord le plus ambitieux encore sur la table soit signé l’année prochaine, notre travail ne fera que commencer en décembre prochain ».
La contribution belge
 
La contribution Belge au Fonds Vert pour le Climat a été annoncée, mardi, de justesse quelques heures avant la date butoir. Elle a permis à la Belgique de ne pas perdre la face.
 
Elle s’élève à 51,6 millions d'euros, dont 50 millions venant du Gouvernement fédéral, 1 million du Gouvernement Wallon et 600.000 du Gouvernement bruxellois. Seule, la région flamande n’a pas daigné contribuer.
Brigitte Gloire: "Notre gouvernement et les délégués Belges ont entendu les cris des Philippins «  Pas de pitié, de la solidarité ! ». Mais ils doivent à présent, prouver que cette annonce n’est pas un « one shot » et décider aussi vite que possible comment garantir à long terme la crédibilité de notre pays sur la scène internationale."
Cela est d’autant plus vrai que cette contribution n’est ni « nouvelle », ni « additionnelle » comme l’exige la convention climat. Elle provient majoritairement du budget de la coopération au développement, déjà largement raboté.
 
Oxfam suivra donc attentivement, dans les prochaines semaines, non seulement les discussions préparatoires à l’accord de Paris mais aussi les prochains travaux de la Commission Nationale Climat qui rassemble les autorités fédérales et régionales.
 
 
Extra
Brigitte Gloire, responsable plaidoyer sur le changement climat chez Oxfam-Solidarité, depuis Lima: 0494588606
Thème: 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.