Comment des barques sauvent des vies au Soudan du Sud

25/04/2017

Faire de la barque en Afrique centrale ? Oui, ça ressemble à des vacances de l'extrême et pourtant, ces petits bateaux en bois sont d'une importance cruciale pour beaucoup de Soudanais du Sud.

« Ce travail est très dur mais tellement gratifiant. Il faut un corps robuste et de la volonté. » Avec ses six années d’expériences en tant que navigateur sur ces frêles barques, Jal Banyiei a retrouvé une source de revenus pour lui et sa famille. Lui-même réfugié, Jal est devenu l’un des navigateurs qui collaborent avec Oxfam pour assurer un transport sûr dans les marécages du Soudan du Sud. 

Fuir en barque

« J’ai grandi à Leer et j’ai travaillé là en tant que navigateur jusqu’à ce que la guerre éclate en 2015. J’ai emmené ma famille dans ma barque pour fuir les violences. »

Jal a fui vers Nyal, un marais parsemé de petites iles. «  Il y avait beaucoup de personnes comme moi, en quête d’un lieu sûr. Les personnes en fuite n’ont plus rien. Même plus assez pour payer un bateau qui les emmèneraient vers une ile. Je sais ce que l’on ressent dans ces cas-là, quand on fuit les violences. C’est pour ça que je n’ai pas pu rester sans rien faire face à la détresse de tous ces gens. Donc j’ai décidé de les aider de la seule manière que je connaissais… Ma barque. »

Jal s’est alors mis à emmener des dizaines de réfugiés dans sa barque, sans rien attendre en retour mais lui-même n’en pouvait plus à un moment : « Je ne gagnais plus assez d’argent pour nourrir ma famille, ni pour acheter des médicaments ou envoyer mes enfants à l’école. »  

De l’aide pour les héros

Grâce à un système de coupons, Oxfam donne un coup de pouce à des héros comme Jal. « Ce système aide tout le monde : les réfugiés peuvent les utiliser pour m’envoyer chercher de la nourriture s’il y a une distribution. S’il y a une urgence médicale, ils peuvent aussi utiliser le coupon pour que je transporte la personne malade. Nous sommes parés pour aider les gens au plus vite. Et ils savent qu’ils peuvent nous faire confiance car on se connait déjà. »

Jal peut avancer

« L’argent que me rapportent les coupons me permet de subvenir aux besoins de ma famille. J’ai assez d’argent pour la nourriture, les médicaments et l’éducation de mes enfants. Je peux même mettre un peu d’argent de côté, histoire de pouvoir faire face à une nouvelle crise. Cela fait des années que je ne pouvais plus faire cela. »
 

Marta aussi navigue en barque

« Beaucoup de navigateurs à Nyal sont en fait des navigatrices. Et ce, depuis des années. Nous avons gagné le respect de la communauté grâce à cela. Certaines personnes étaient plutôt sceptiques au début parce qu’elles pensaient que nous n’étions pas assez fortes pour manier une barque. Mais nous leur avons prouvé le contraire. »

Marta a 5 enfants et est née à Nyal. Cela fait plus de 10 ans qu’elle utilise sa barque pour naviguer entre les iles et pour pêcher. Quand Oxfam a lancé un appel pour trouver des canotiers, le nom de Marta est revenu sur toutes les lèvres.

« Nous avons reçu une formation »

« Nous avons reçu une formation pour localiser et aider les personnes en danger. Dans le même temps, on nous a aussi appris comment fonctionne le système de coupons. C’est très simple en fait et cela me met en contact avec des gens que je n’aurais jamais rencontrés. Et c’est même une occasion de découvrir des endroits où je n’étais pas encore allée. »

« Cela demande pas mal d’eforts et de temps pour atteindre certains endroits, surtout si le niveau de l’eau est assez bas. Mais les personnes que j’aide sont souvent très indulgentes. Parfois aussi, la barque est trop chargée et des personnes tombent à l’eau. Mais ce sont les risques du métier et nous prévenons toujours avant d’embarquer. »
 

Oxfam au Soudan du Sud

De nouvelles personnes arrivent chaque jour à Nyal. Elles font partie des 1,6 millions de personnes qui ont fui les violences dans la région. Oxfam est présente sur place et fournit de l’eau potable et des kits d’hygiène aux réfugiés et aux déplacés. Nous essayons d’abord de venir en aide aux personnes les plus vulnérables. Nous leur donnons par exemple les coupons pour les barques avec lesquels des femmes, des enfants ou des jeunes peuvent se déplacer en toute sécurité. De plus, des personnes comme Jal ou Marta retrouvent des moyens de subsistance.

Il reste bien sûr des risques et la situation sur place est très instable mais via ces moyens innovants, Oxfam parvient à atteindre de nombreuses familles avec de l’aide humanitaire. Avec votre soutien, nous pouvons en aider encore davantage.

Faites un don