Comment nous avons changé le monde tous ensemble en 2017

20/12/2017

Avoir les moyens de repartir de l’avant : c’est le besoin de millions d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde.

Et grâce à votre soutien, ils ont été très nombreux à pouvoir le faire lors de l’année écoulée. Avoir les moyens de se nourrir et de survivre au Soudan du Sud ou en Somalie. Avoir les moyens de se construire un avenir pour eux et leurs familles, comme en RD Congo, au Honduras et au Mozambique. Avoir les moyens de s’attaquer aux racines de la pauvreté, entre autres à New York ou à Bruxelles.

Voici comment nous avons changé le monde tous ensemble en 2017 :

1. De la nourriture et de l’eau potable pour les habitants du Soudan du Sud

20 millions de personnes au Nigeria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen risquaient de mourir de faim l’an dernier. La Belgique a répondu massivement à notre appel d’urgence. Rien qu’au Soudan du Sud, Oxfam a pu aider 500.000 personnes en fournissant de la nourriture, de l’eau potable et des kits d’hygiène. Nous avons aussi distribué des animaux de petit élevage, des semences et des outils agricoles, pour que les familles puissent à nouveau avoir une source de revenus. 

Découvrez aussi ce qu’Oxfam fait au Nigeria, en Somalie ou Yémen.
 

2. Un pas plus loin vers une fiscalité plus juste

Cette année, nous avons intensivement mené campagne pour plus de justice fiscale… Avec succès ! L’Union européenne a ainsi posé les bases d’une véritable lutte contre l’évasion fiscale. Sous la pression d’Oxfam et de l’opinion publique, l’UE a établi une liste noire et une liste grise des paradis fiscaux, soit plus que ce qui était initialement attendu.

Voilà comment nous arrivons à peser sur les décisions politiques européennes

3. RD Congo : distribuer de l’argent pour acheter de la nourriture locale

Des groupes armés se battent pour le contrôle de la province congolaise d’Ituri. Beaucoup d’habitants se retrouvent obligés de fuir leur village. Nous travaillons avec les communautés qui les accueillent ainsi qu’avec 3.300 familles qui ont fui la violence. Nous distribuons des bons alimentaires ainsi que de l’argent liquide au total à plus de 20.000 personnes.      

Regardez la vidéo qui explique pourquoi distribuer de l’argent liquide est parfois une meilleure solution
 

4. Migration : tous humains

Lu dans le journal : les Belges sont plus favorables aux migrants qu’il y a 15 ans. C’est aussi ce que nous avons pu constater vu le nombre de dons de vêtements pour notre action au Parc Maximilien à Bruxelles. Merci ! Dans le hub humanitaire, les migrants ont accès à des soins médicaux, des couvertures et des vêtements chauds ainsi qu’à des conseils juridiques. Oxfam s’occupe de la collecte et de la distribution de vêtements et d’accessoires d’hiver.

Que fait Oxfam pour les migrants partout dans le monde ?

5. Quand l’innovation permet de cultiver du fourrage dans le désert

En Algérie, l’innovation ne passe pas inaperçue : grâce à l’hydroponie les réfugiés dans le désert algérien peuvent faire pousser du fourrage pour le bétail en à peine 7 jours. De quoi produire plus de lait et plus de viande, ce qui représente beaucoup pour ces hommes, femmes et enfants. Les réfugiés sahraouis vivent depuis plus de 40 ans des camps dans le sud de l’Algérie, l’un des endroits les plus arides de la planète.

Pourquoi le fourrage change-t-il la vie des réfugiés sahraouis ?
 

6. Honduras : les investisseurs européens se retirent du projet Agua Zarca

Berta Cáceres avait été assassinée il y a un an parce qu’elle s’opposait à la construction de la centrale Agua Zarca, au Honduras. Le projet menaçait de détruire les terres sacrées du peuple Lenca et de chasser ses habitants de la région. Via une pétition, Oxfam a appelé les investisseurs à se retirer du projet et ça a marché.

Oxfam prolonge le combat de Berta