Conférence des donateurs à Beira : Après les cyclones Idai et Kenneth, le Mozambique cherche 2,9 milliards d’euros pour se reconstruire.

31/05/2019

La Conférence internationale des donateurs de Beira s’est ouverte aujourd’hui au Mozambique. La commission chargée par le gouvernement mozambicain d’évaluer les dégâts matériels et le coût d’une reconstruction du pays après le passage des cyclones Idai et Kenneth au mois de mars et au mois d’avril derniers estime qu’une enveloppe de 2,9 milliards d’euros sera nécessaire pour financer la réparation de nombreuses infrastructures détruites ou endommagées comme des écoles, des hôpitaux, des routes mais aussi la relance de secteurs prioritaires de l’économie comme l’agriculture.

Malgré le passage de deux cyclones dévastateurs au Mozambique en moins de deux mois, touchant 1,8 million de personnes et laissant 750 000 sinistré.e.s dans le besoin d'assistance humanitaire, l'appel aux bailleurs de fonds émis par les Nations Unies reste financé à moins de 40% à l'heure actuelle.

L’appel de fonds prévoit d’allouer moins de 1% du montant total aux femmes et aux filles

Une évaluation conjointe des besoins supervisée par le gouvernement du Mozambique et les Nations Unies a mis en évidence les vulnérabilités criantes des femmes au lendemain de la double catastrophe. Cependant, il est prévu que seulement 0,17% des fonds, soit 4,5 millions d'euros, soient investis dans des programmes bénéficiant aux femmes et aux filles. Oxfam, Save the Children et Care appellent d'une seule voix les donateurs à atteindre ou dépasser cet objectif. Cette somme d’argent est nécessaire pour aider les femmes et les filles à accéder à l'éducation, à la santé et à d'autres ressources - et les protéger contre des risques tels que la violence à caractère sexiste.

La crise humanitaire qui a suivi le passage de deux cyclones en l'espace de six semaines accroît les risques auxquels sont confrontées les femmes et les filles au Mozambique et pourrait aggraver les inégalités entre les sexes dans un pays qui, même avant la catastrophe, figurait parmi les 20 pays les moins bien classés dans ce domaine selon l'indice d'inégalité de genre du PNUD.

Par exemple, les femmes sont souvent contraintes de parcourir de longues distances dans des conditions dangereuses pour aller chercher de l'eau, ce qui leur laisse encore moins de temps pour gagner un revenu et les expose à un risque accru de violence à caractère sexiste. Oxfam, Care et Save the Children demandent de donner la priorité aux besoins distincts des femmes et des filles à chaque aspect de la réponse humanitaire.

Rotafina Donco, directrice d'Oxfam Mozambique, a déclaré: "Les femmes et les filles ont des besoins spécifiques et font face à des risques uniques pendant et après une urgence. Les femmes contribuent énormément à la société mozambicaine, surtout en cette période de crise. Nous devons saisir cette occasion pour nous assurer qu'elles soient protégées, qu'elles disposent des outils nécessaires pour aider leurs familles et leurs communautés à se rétablir et que leur rôle essentiel dans la reconstruction de notre pays soit reconnu. Nous ne pouvons pas simplement parler d'appui aux femmes et aux filles - nous devons le voir financé et mis en pratique tous les jours."

Appel aux dons

En Belgique, l'appel aux dons lancé par Oxfam-Solidarité en mars a déjà récolté 113,000 € afin de faire face à l’urgence dans ce pays. Face à l’ampleur des dégâts et au cumul de deux désastres en moins de deux mois, Oxfam lance à nouveau un appel à la générosité du public. Les dons sont possibles via le compte en banque BE37 0000 0000 2828 avec en communication « IDAI » ou via www.oxfamsol.be/fr/idai.

Pays: 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.