Conférence des Nations Unies sur le climat à Lima

Elisabeth Tamara, 10 ans, devant le Nevado Huascaran - le point culminant du Pérou. Cette partie du pays est déjà touchée par la fonte des glaciers.
01/12/2014

Ce 1er décembre la conférence le sommet climatique COP20 commence à Lima, Pérou. Les participants doivent y prendre des sérieux engagements envers le changement climatique, car les impacts sont déjà perceptibles partout dans le monde. Cela est particulièrement vrai au pays du Sud.

Voilà pourquoi, il est nécessaire d’agir au niveau mondial sur le changement climatique. En septembre, plus de 650 000 personnes à travers le monde sont descendues dans les rues et ont pris part à la plus grande mobilisation publique sur les changements climatiques - appelant les dirigeants politiques à s’engager. Les décideurs de tous les pays, qui se réunissent aujourd'hui au Pérou, ont maintenant la possibilité de signaler clairement leur intention d’agir concrètement sur le front des changements climatiques.

La 20ème Conférence des Parties (COP) de la CCNUCC (Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) qui se tient à Lima, est une étape importante pour sécuriser cet ambitieux accord mondial sur le climat dont nous avons tous besoin. Voici les principales réponses aux questions que vous vous posez à propos des ces négociations sur le climat.

Où et quand?

La conférence se déroule du 1er au 12 Décembre 2014 à Lima, Pérou.

Qui participe ?

Les représentants des 196 "parties" ou pays, du traité CCNUCC de 1992. Ce groupe comprend tous les pays membres de l'ONU (appelées Etats), des groupes de pays tels que l'Union Européenne et d'autres entités comme par exemple, le Saint-Siège (représentant du Vatican).

Qu’est-ce qui se passe durant le sommet ?

La COP20 est la 20° réunion mondiale de l'ensemble des "parties" de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (la CCNUCC). Les délégations discuteront principalement des contours et du contenu du prochain accord mondial pour le climat avant les négociations finales qui auront lieu à la  Conférence des Parties de Paris fin 2015.

Ce sommet climatique à Lima est aussi le lieu pour débattre des problèmes actuels liés aux financements climatiques. Les pays développés ont promis de mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour aider les pays les plus pauvres du monde à faire face aux effets du changement climatique. Cependant, à l'heure actuelle, le Fonds vert pour le climat (le système prévu pour gérer une grande partie de cet argent) est très loin de cet objectif puisque les promesses de financement s'élèvent aujourd'hui à 10 milliards de dollars.

Quel rôle joue la Belgique dans le sommet climatique ?

Minée par des désaccords internes, la Belgique ne s’est pas encore engagée pour alimenter le Fonds vert pour le Climat. C'est aussi le cas pour l'Australie, l’Autriche, l’Irlande ou encore le Canada.

« En l'absence de décision sur le partage des efforts entre les régions et le fédéral, la Belgique a, une fois de plus, fait piètre figure », déplore Brigitte Gloire, responsable du plaidoyer Climat pour Oxfam-Solidarité. Il faut que les différents niveaux de pouvoir parviennent à s'entendre avant la conférence de Lima. »

Pourquoi ce sommet est-il si importante?

Le réchauffement climatique menace la production alimentaire mondiale et contribue à l'augmentation de la faim. Et la situation ne fera que s’aggraver en l'absence de mesures sérieuses de nos gouvernements. D’ici 2050, 50 millions de personnes supplémentaires (l'équivalent de la population de l'Espagne) souffriront de la faim à cause des changements climatiques.

Nous avons besoin d'engagements sérieux et ambitieux aussi bien au niveau des financements climatiques (pour aider les efforts d'adaptation et faire face aux effets actuels) qu'au niveau des objectifs d'atténuation (la réduction des émissions et, par conséquent, des impacts du changement climatique) à Paris, l'année prochaine.

Quelle est l’importance du Pérou en tant que pays hôte?

Les habitants du Pérou ressentent de plus en plus les effets des changements climatiques. À l'heure actuelle, plus de 80% de la production des aliments de base au Pérou est extrêmement vulnérable à la sécheresse. La production agricole dans l'ensemble de la région andine pourrait chuter de 12 à 50% dans les prochaines décennies en raison du réchauffement climatique.

Lima, où converge tous les regards, a maintenant l’opportunité de mettre les témoignages de ses habitants affectées, au centre des négociations. Des témoignages comme celle de Virginia Ñuñonca, éleveuse dans la région de l’altiplano au Pérou, qui constate déjà les effets du changement climatique.

Que puissons-nous y faire ?

Pour pouvoir mieux faire face aux conséquences des changements climatiques, nous devons repenser notre manière de financer la lutte contre les changements climatiques. Nous devons nous assurer que les dirigeants de tous les pays sont vraiment prêts à agir pour le climat. La Belgique doit maintenant faire savoir quel sera le montant de sa contribution au Fonds Vert pour le Climat.

Faites donc entendre votre voix! Tweetez auprès de Paul Furlan, Ministre de l'énergie de la région wallonne, de Carlo Di Antonio, Ministre de l'environnement de la région wallonne, et auprès de la Ministre Fédérale, Marie-Christine Marghem, qui représentera la Belgique durant ce sommet climatique.

 .@Paul_Furlan @McMarghem, la Belgique va-t-elle enfin apporter des financements au #GreenClimateFund à Lima? http://ctt.ec/n6eD1+ #COP20