Crowdfunding pour les productrices de lait de Bittou = mission accomplie !

16/06/2016

Bonne nouvelle ! Nous avons récolté les fonds nécessaires pour la mini-laiterie de Bittou, via notre première action de crowdfunding. Et ce, en moins de 2 semaines. Un énorme merci !

242 personnes ont contribué à ce crowdfunding d’Oxfam. Grâce à elle, les productrices de lait de Bittou vont pouvoir réaliser leur plan de modernisation de la mini-laiterie.

Où va l’argent du crowdfunding ?

Ensemble, nous avons rassemblé 14.280 euros : assez d’argent pour que les productrices de lait puissent acheter 2 nouvelles machines pour la mini-laiterie de Bittou, au Burkina Faso. 

Et ce n’est pas tout ! Nous avons aussi couvert les investissements supplémentaires que nous avions prévus en cas de succès de l’action : des sachets pour le conditionnement du lait (1.524,49 euros) ainsi que de l’alimentation pour le bétail (1.905,61 euros).

Soutenez aussi une deuxième laiterie au Burkina Faso.

Que se passe-t-il avec l’argent en surplus ?

Nous avons atteint le montant ciblé le 16 juin. 

  • Vous avez fait un don pour le crowdfunding après le 16 juin ? Vous voulez que votre argent serve tout de même à soutenir les producteurs et productrices de lait au Burkina Faso ? C’est possible. Nous allons soutenir la modernisation d’une autre mini-laiterie, à Fada. Les agriculteurs familiaux du Burkina Faso sont nombreux à connaitre les mêmes difficultés qu’à Bittou et la mini-laiterie de Fada fait partie de l’UMPL-B, l’un de nos partenaires au Burkina Faso. 
    La page du crowdfunding sur crofun.com restera active jusqu’au 30 juin, comme prévu.
  • Vous avez fait un don pour le crowdfunding après le 16 juin et vous désirez récupérer votre argent ? C’est également possible. Nous pouvons vous le reverser. Envoyez-nous un e-mail via fundraising@oxfamsol.be et nous nous en chargerons.

A qui profite cette action ?

Aux productrices membres de la mini-laiterie de Bittou et de Fada.

« Avant notre coopération avec la laiterie, on transportait notre lait sur nos têtes pour le vendre, explique Fatoumata Diallo, 50 ans, productrice de lait. On pouvait passer la journée à tourner sans trouver d’acheteur, ce qui nous fatiguait et nous faisait perdre beaucoup de temps. »

Entretemps, cela fait 18 ans que Fatoumata est membre de la mini-laiterie de Bittou. « Ma coopération avec la laiterie me permet d’écouler mon lait sans problème, le marché est garanti et le revenu aussi. J’ai décidé de coopérer avec L’Union nationale des Mini-laiteries et Producteurs de Lait du Burkina (UMPL-B) pour avoir plus de force et de visibilité. Et pour bénéficier  de formations : sur l’hygiène de la traite, l’entretien du parc, sur le rationnement, la période de vaccination et sur la fauche et la conservation du fourrage. »

A quoi vont servir les machines ?

« La pasteurisation tue les microbes et prolonge la durée de conservation du lait », ajoute Fatoumata Diallo. « L’emballage permet aussi de conserver le lait plus longtemps et attire la clientèle. »

« Notre travail, c’est de collecter le lait et d’en contrôler la qualité », insiste Mariam Diaby. Cela fait déjà 26 ans qu’elle travaille à la mini-laiterie de Bittou. « Nous pasteurisons le lait et le transformons en différents produits : yaourts, beurre, degue, fromage, gapal (ndlr : deux desserts locaux. »

Les productrices de lait de Bittou vont bientôt pouvoir mieux conserver leur lait, grâce à l’apport de ces nouvelles infrastructures. Elles pourront ainsi :

Encore un grand merci à tous d’avoir soutenu les productrices de lait de Bittou.

Vous leur permettez de construire un avenir meilleur.