Dans l’UE, seuls les plus pauvres réduisent leurs émissions : celles-ci augmentent chez les 10 % les plus riches

08/12/2020

Alors que les dirigeants européens se réunissent cette semaine pour convenir d’un nouvel objectif de réduction des émissions pour 2030, une nouvelle analyse d’Oxfam révèle que les réductions d’émissions de l’UE depuis 1990 n’ont été obtenues que parmi les citoyens européens à revenu faible et moyen, alors que les émissions totales des 10 % les plus riches ont augmenté.

Le rapport de cette étude montre que la lutte contre les inégalités en matière d’émissions de CO2 est un point essentiel pour atteindre le nouvel objectif climatique de l’UE pour 2030, que les dirigeants européens vont étudier dans le courant de la semaine.

Le rapport intitulé « Combattre les inégalités des émissions de CO2 dans l’Union européenne » s’appuie sur des recherches menées avec l’Institut de l’environnement de Stockholm, portant sur les émissions liées à la consommation de la population, selon différentes catégories de revenus, entre 1990 et 2015. Au cours de cette période de 25 ans, où les émissions liées à la consommation ont diminué de 12 % tandis que les inégalités économiques se sont creusées dans l’UE, le rapport indique que :

  • Les 10 % des citoyens européens les plus riches sont responsables de plus d’un quart (27 %) des émissions de l’UE, soit la même quantité que la moitié la plus pauvre de la population de l’UE réunie. Les 40 % d’Européens classés dans la tranche de revenu intermédiaire sont quant à eux responsables de 46 % des émissions et les 1 % les plus riches de 7 % des émissions.
  • La moitié la plus pauvre de la population européenne a réduit ses émissions de près d’un quart (24 %), et celle « à revenu moyen », de 13 %. En revanche, les 10 % des Européens les plus riches ont augmenté leurs émissions de 3 %, et cette augmentation atteint 5 % chez les 1 % les plus nantis.
  • Pour rester sur la bonne voie et maintenir le réchauffement planétaire en deçà de 1,5 °C, l’empreinte carbone des 10 % d’Européens les plus riches devrait être divisée par dix d’ici 2030, et celle du 1 % les plus riches devrait être 30 fois moins élevée qu’aujourd’hui. Quant à l’empreinte carbone des 50 % les plus pauvres, elle doit être réduite de moitié. 

Comme l’affirme Tim Gore, responsable des politiques climat chez Oxfam et co-auteur de ce rapport : « Dans l’UE, ce sont les Européens les plus pauvres qui ont réduit leurs émissions de CO2, alors que les mieux lotis n’en ont fait qu’à leur tête. Mais maintenant, chacun doit mettre du sien pour parvenir aux réductions plus importantes qui seront nécessaires au cours de la prochaine décennie. »

« Les inégalités en matière d’émissions de CO2 risquent de faire dérailler les objectifs climatiques de l’Europe si les dirigeants européens n’adoptent pas une approche commune pour réduire les émissions et lutter contre les inégalités. Les manifestations des Gilets jaunes en France montrent à quel point les politiques climatiques peuvent s’enliser si elles ne reposent pas sur des principes d’équité et de justice », explique-t-il.

La Belgique doit prendre ses responsabilités

Le rapport révèle ainsi de fortes inégalités en matière d’émissions à l’intérieur des États membres de l’UE, mais aussi entre ces pays. Les émissions belges de CO2 sont d’ailleurs épinglées dans le rapport, qui relève que :

  • Les 10 % de Belges les plus riches sont responsables d'autant d'émissions que l'ensemble de la population de la Hongrie, de la Suède, de la Finlande ou du Danemark.
  • De plus, les émissions par habitant des 10 % de Belges les plus riches sont les deuxièmes plus élevées de l'UE, seules les émissions des 10 % les plus riches du Luxembourg sont plus élevées.
  • Les émissions moyennes par habitant en 2015 sont 40 fois plus élevées (que l'objectif d’atteindre une empreinte carbone de 2,1 tonnes de C02 par habitant par an pour 2030) pour le 1% le plus riche en Belgique, près de 20 fois plus élevées pour les 10% les plus riches, ce qui signifie, par exemple, que les plus riches doivent réduire leur empreinte carbone de 95% en moins de dix ans (et le 1% le plus riche de 97%).

Oxfam recommande donc à la Belgique de soutenir la proposition climatique la plus ambitieuse (soit une baisse de 60 % des émissions de CO2 d'ici à 2030) lors du sommet européen de cette semaine.

D’où l’importance absolue selon Oxfam de tenir compte des inégalités des émissions de CO2 lors de l'élaboration de mesures concrètes : les épaules les plus fortes devront fournir le plus gros effort, selon Oxfam." Un objectif climatique ambitieux pour 2030, associé à un Pacte vert pour l’Europe équitable, aidera l’Europe et la Belgique à rebondir après la crise de la COVID-19, grâce à des économies plus durables et plus résilientes qui fonctionnent pour tous", conclut Tim Gore.

En 2020, et avec seulement 1 °C de réchauffement planétaire, la crise climatique a provoqué des inondations et des vagues de chaleur dans toute l’Europe, des ouragans meurtriers en Amérique centrale, d’énormes essaims de criquets pèlerins qui ont dévasté les cultures en Afrique de l’Est et des incendies de forêt sans précédent en Australie et aux États-Unis. Personne n’est à l’abri de ces phénomènes, mais ce sont les populations les plus pauvres et les plus marginalisées qui sont les plus durement touchées.

Notes aux rédactions :

  • Le rapport « Combattre les inégalités des émissions de CO2 dans l’Union européenne » sera disponible en téléchargement dès mardi et une version pdf peut être obtenue sur demande dès aujourd’hui, sous embargo jusqu’au 8/12 à 0h01.
  • Le rapport est basé sur des estimations des émissions liées à la consommation de combustibles fossiles, c’est-à-dire des « émissions consommées » dans un pays, ce qui inclut les émissions intégrées dans les importations et exclut les émissions intégrées dans les exportations. L’UE est un importateur net d’émissions, avec des émissions liées à la consommation légèrement plus élevées que celles liées à la production.
  • Les émissions liées à la consommation de chaque pays ont été réparties entre les ménages sur la base des derniers ensembles de données disponibles sur la distribution des revenus et d’un rapport fonctionnel entre les émissions et les revenus. De nombreuses études signalent en effet que les émissions augmentent proportionnellement au revenu au-dessus d’un seuil minimal d’émissions et jusqu’à un plafond maximal d’émissions. Les chiffres fournis à l’échelle européenne rassemblent les données issues de plusieurs catégories de revenus dans les 27 États membres (Royaume-Uni exclu). Le rapport de recherche contient des informations plus détaillées sur la méthodologie utilisée.
  • Le 1 % des Européens les plus riches (un sous-ensemble des 10 % les plus riches) ont un revenu supérieur à 89 000 € par an (en 2015) ; les 10 % les plus riches disposent d’un revenu supérieur à 41 000 € par an, les 40 % de la frange intermédiaire ont un revenu compris entre 20 000 et 40 999 € par an, et la moitié la plus pauvre des Européens, un revenu allant jusqu’à 19 999 € par an.
  • Lors de la prochaine réunion du Conseil européen (10 et 11 décembre), les dirigeants européens vont examiner une proposition d’objectif de réduction des émissions territoriales de 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Selon les estimations d’Oxfam, des réductions de plus de 65 % sont nécessaires pour que l’Europe contribue à sa juste part des réductions mondiales nécessaires pour avoir une chance de pouvoir limiter le réchauffement de la planète à 1,5 ºC, objectif fixé par l’Accord de Paris. L’UE n’abrite que 7 % de la population mondiale, mais elle est à l’origine de 15 % des émissions mondiales liées à la consommation.
  • L’Institut de l’environnement de Stockholm est un organisme international de recherche et d’analyse des politiques, à but non lucratif, qui se penche sur les problèmes de l’environnement et du développement.
Thème: 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.