Discours social versus pratiques fiscales : le double jeu des entreprises américaines

12/04/2018

Enjeux climatiques, migration ou mariage homosexuel, certaines des plus grandes entreprises des Etats-Unis ont affiché en 2017 des positions progressistes face aux politiques de Donald Trump. Néanmoins, selon une nouvelle analyse d’Oxfam, ces mêmes entreprises utilisent essentiellement leurs capacités de lobby pour réduire la facture de leurs impôts. 

Apple, Exxon, JP Morgan, Nike ou encore Pfizer ont dénoncé les politiques et la rhétorique du président américain Donald Trump pendant la première année de son mandat. Mais selon une nouvelle analyse d’Oxfam, 70 entreprises issues de 7 secteurs différents ont surtout choisi d’axer leurs actions de lobbying sur la diminution des impôts qu’elles doivent payer.

Investir plus pour contribuer moins  

L'analyse d'Oxfam publiée aujourd'hui compare la rhétorique publique de 70 entreprises sur la fiscalité, le changement climatique, la diversité et l'inclusion avec leurs activités réelles de lobbying : ensemble, elles ont dépensé plus de 280 millions de dollars pour faire pression sur le Congrès à près de 3.000 occasions en 2017. Ce travail de lobby a bien porté sur le changement climatique à 19 reprises, 138 fois sur la diversité et l'inclusion sociale mais pas moins de 552 fois sur les impôts. Cela se traduit par un lobbying estimé à 1,5 million de dollars pour les questions climatiques, près de 11 millions de dollars pour les questions de diversité et d'inclusion et près de 44 millions de dollars pour les matières fiscales.

« Les entreprises américaines font du lobby depuis années pour une réduction fiscale unique des fonds placés dans des paradis fiscaux, et ce lobby a porté ses fruits », explique Johan Langerock. « Tout comme la Belgique, les Etats-Unis ont décidé de participer à cette ’course vers le bas’. L’impôt sur les sociétés aux États-Unis passe de 35% à 21%. Une tendance dangereuse qui met la pression sur les autres pays et surtout les pays en développement qui dépendent fortement de cet impôt et qui devront s’aligner. »

Les entreprises peuvent réduire les inégalités

L'écart entre les riches et les pauvres augmente d'année en année, tandis que les entreprises bénéficient de nouvelles réductions d'impôts. Il s’agit d’un système injuste car lorsque les impôts des entreprises chutent, les gouvernements compensent souvent cela en réduisant les dépenses sociales ou en augmentant les taxes régressives telles que la TVA. Ce qui touche les personnes les plus vulnérables de manière disproportionnée.

« Il est encourageant en soi de voir ces grandes entreprises se prononcer sur ces questions sociales, » conclut Johan Langerock. « Le secteur privé peut jouer un rôle important dans la réduction de la pauvreté et des inégalités à travers le monde. Mais si elles utilisent essentiellement leur influence et leurs ressources pour éviter de payer leurs impôts, cela a des conséquences négatives pour nous tous. Les mots comptent, mais les actions parlent encore plus fort. »

Thème: 

Contactez-nous

Presse francophone
Esther Favre-Félix
0485/57.78.01
efa@oxfamsol.be

Presse néerlandophone
Leen Speetjens
0484/10.17.87
lsp@oxfamsol.be

Suivez-nous

Globo
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à globo@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.