Ebola gagne du terrain au Congo

19/08/2019

Cela fait 10 mois que l’épidémie d’Ebola a été officiellement déclarée dans l’est de la République démocratique du Congo. Plus de 2.700 cas ont été relevés, et 1.800 personnes sont décédées des suites de la maladie. Ces dernières semaines, 3 cas ont été confirmés à Goma, ville de deux millions d’habitants. Ce qui fait craindre le pire…

Faites un don pour soutenir la lutte contre Ebola

Le virus Ebola aux portes de Goma

Comme l’explique Corinne N’Daw, directrice Oxfam pour le Congo : « Nous espérons que ces nouveaux cas à Goma seront rapidement contenus. Le virus pourrait en effet s’étendre rapidement dans une ville qui compte 2 millions d’habitants. »

Cette épidémie s’inscrit dans un cadre particulièrement complexe, comme l’explique Corinne N’Daw : « Les violences incessantes dans la région d’Ituri détruisent les vies de milliers de personnes, les empêchant d’accéder à des services essentiels, comme les soins de santé. Et ces violences, bien entendu, rendent très difficile une réponse humanitaire étendue face à Ebola. »

Ebola : une crise au sein d’une plus large crise

Les violences dans l’est de la RD Congo n’entraînent pas beaucoup de réaction de la part des autorités ou de la communauté internationale. Quand des équipes de santé arrivent dans ces régions pour lutter contre l’épidémie, elles se retrouvent donc face à des populations qui n’ont plus aucune confiance envers les autorités.


Les églises sont des lieux idéaux pour diffuser l’information. Les communautés s’y rassemblent régulièrement, et quand un responsable local prend la parole, il est écouté. (Nord-Kivu, 2018)

Corinne N’Daw résume bien le découragement des Congolais.e.s de l’est : « Ebola suscite l’attention de la communauté internationale, et à juste titre. Les nouveaux cas à Goma montrent à quel point c’est nécessaire. Mais la crise que vit la région est bien plus complexe, et largement ignorée. Il est vital d’injecter des fonds afin d’aider les millions de Congolais.e.s déplacé.e.s à cause des violences. »

La mission d’Oxfam : regagner le confiance pour combattre la maladie

Les équipes de santé sont souvent accompagnées de policiers ou d’autres forces de sécurité. Cela fait naître encore plus d’inquiétude au sein des populations, pour qui la présence d’hommes armés est rarement synonyme de bonnes nouvelles. La maladie est alors parfois vue comme un simple prétexte pour prendre le contrôle de villages ou de régions.

Il est crucial de (re)construire une relation de confiance avec les communautés menacées par l’épidémie. Car aussi efficaces que soient les traitements, si les gens n’ont pas confiance en eux ou en les organisations qui les distribuent, la situation ne pourra pas s’améliorer.


« Nous sommes bien placés pour diffuser l’information auprès des communautés. Nous connaissons les gens, et ils nous connaissent. » Louise, membre du comité de protection dans le district de Mangina (Nord-Kivu, 2018)

Corinne N’Daw : « Il est indispensable de former et de soutenir encore plus de personnel local. Cela doit être une priorité dans le financement (de la lutte contre Ebola). Les travailleurs locaux doivent pouvoir acquérir les compétences et le matériel nécessaire pour faire leur job. Avoir du personnel local est aussi crucial afin de construite la confiance des communautés affectées. »

Contre Ebola, des moyens encore plus importants sont vitaux

Oxfam est déjà venue en aide à 600.000 personnes dans le cadre de l’épidémie d’Ebola en Ituri et dans le Kivu. Pour cela, nous avons travaillé main dans la main avec les communautés locales et leurs chefs traditionnels.


Enrayer l'épidémie d'ébola passe aussi par des gestes simples, commme se laver régulièrement les mains. Oxfam installe donc des points d'eau chlorés en de nombreux endroits publics.

Mais les récents cas détectés à Goma, ainsi que la situation générale dans la région, nécessitent des moyens bien plus importants. Oxfam souhaite étendre son travail auprès des communautés. Nous avons aussi besoin de moyen pour leur apporter des ressources essentielles : eau potable, nourriture, matériel médical, sanitaires. Autant à court terme, afin de prévenir l’extension de l’épidémie, mais aussi à long terme, afin d’aider les communautés à se remettre.
 

Faites un don pour soutenir la lutte contre Ebola