Ebola : « Nous faisons partie de la solution à cette crise »

21/10/2014

Le nombre de cas d’Ebola s’élève à près de 9.000, et le virus a déjà tué plus de 4.500 personnes. Le nombre de nouveaux cas double environ tous les 20 jours. Oxfam se concentre sur la prévention et a lancé un appel de 27 millions d’euros afin de tripler le volume de sa réponse.

David Watako travaille pour Oxfam au Liberia. Il raconte : « Vivre au Liberia en ce moment, c’est vivre avec une angoisse constante. En tant qu’ingénieur en eau et assainissement, je sens que nous faisons partie de la solution à cette crise. Il faut sauver des vies en apportant de l’eau potable aux centre de traitement de l’Ebola et aux centres communautaires, et en diffusant de vraies informations. Et c’est exactement ce qu’Oxfam fait au Liberia. Nous devons trouver tous les moyens possibles de lutter contre la maladie, aujourd’hui plus que jamais - les enjeux sont trop importants. »

Venir en aide à 3,2 millions personnes

Oxfam a déjà porté assistance à plus d’un demi-million de personnes grâce à des programmes de prévention et nous intensifions notre action pour venir en aide à 3,2 millions de personnes. Nous intervenons dans six districts en Sierra Leone et augmentons nos programmes de prévention au Liberia, au Sénégal, en Gambie et en Guinée.

Oxfam fournit de l’eau potable et du matériel d’assainissement aux centres de traitement d’Ebola et aux centres communautaires de santé et aidons aussi à construire de nouveaux centres de traitement. Nous formons le personnel en première ligne, en particulier les travailleurs de santé communautaire et les équipes chargées d’enterrer les corps, et nous leur distribuons des équipements de protection (masques, gants..).

Au niveau de la population, nous installons des stations de lavage des mains et distribuons des kits d’hygiènes (savon, désinfectant…). Nous les sensibilisons aussi aux mesures de protection à respecter par l’intermédiaire de la radio, d’affiches et de SMS.

Un soutien militaire exceptionnellement nécessaire

Il est extrêmement rare qu’Oxfam réclame un soutien logistique militaire dans le cadre d’une urgence humanitaire. Pourtant dans cette course contre la montre, l’expertise logistique et la capacité de réponse et de déploiement rapide à grande échelle de l’armée sont vitales. Cela comprend la construction de centres de traitement, la mise en place de ponts aériens, ainsi qu’une aide en génie civil et en logistique. De tels efforts militaires devraient être placés sous l’autorité d’une coordination civile.

Les centres de traitement ont également besoin de plus de médecins et de personnel soignant, alors que dans le même temps les financements, aujourd’hui insuffisants, de la réponse humanitaire doivent être augmentés.