Etre réfugié et intolérant au gluten

18/01/2017

Suite à un conflit enlisé et oublié, des milliers de réfugiés sahraouis vivent dans le désert algérien depuis plus de 40 ans. Depuis toutes ces années, ils dépendent des distributions alimentaires humanitaires. Mais être intolérant au gluten prive certains réfugiés de 9 à 10kg des rations distribuées.

Situés dans un lieu désertique et isolé, les camps de réfugiés sahraouis n’offrent presque pas de possibilités de développement ou d’emploi, ce qui rend les réfugiés complètement dépendants de l’aide internationale.

Paniers alimentaires de produits secs

Depuis 1986, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies  leur distribue quasiment le même panier de produits secs chaque mois, assurant le minimum nutritionnel en termes de calories : farine de blé, orge, riz, huile, légumineuses…

produits secs Sahrawi's

Oxfam travaille à diversifier ce régime alimentaire, notamment à travers des distributions de fruits et légumes frais, dans le cadre d’un projet financé par l’Union européenne.Dans le cadre de ce même projet, Oxfam prête aussi une attention particulière aux personnes les plus vulnérables parmi les réfugiés, et notamment les personnes présentant une grave intolérance au gluten (maladie coeliaque), qui sont nombreuses parmi les Sahraouis.

Privés de 9 à 10 kg de la ration distribuée

Salma coeliaque
Depuis plusieurs années, Salma, 12 ans (photo), souffre de maux de ventres, parfois accompagnés de diarrhées et de vomissements.

« Il y a une semaine, nous sommes allés à l’hôpital » raconte Salma. Le verdict est tombé lorsqu’elle était en échange dans une famille d’accueil espagnole. « Ils nous ont dit qu’elle était très probablement coeliaque ! » raconte sa mère. 

Etre intolérant au gluten est particulièrement dur pour ces réfugiés car la farine de blé et l’orge (qui contient aussi du gluten) sont des composantes essentielles du panier distribué par le PAM : en terme de volume, ces deux ingrédients représentent ainsi 9 à 10 kilos (!) sur les 17 kg  du total du panier distribué.

Pas d’alternative disponible

Le régime alimentaire des réfugiés céliaques est donc encore plus réduit. « Je mange toujours la même chose. » raconte Bdeidu Jalili Lehbib, 32 ans. Et tenter de le compléter soi-même relève de l’impossible. « Il n’y a pas moyen de trouver à acheter des aliments que je tolère dans les camps. » explique Khadija Mohamad Bachir, 27 ans.

Et quand bien même certains produits arrivent jusqu’aux camps, ils ne présentent généralement pas d’étiquette détaillant leurs composants ce qui fait que les cœliaques ne savent pas s’ils peuvent en consommer. « Du coup, j’essaye de réduire ma consommation quotidienne pour faire durer plus longtemps la nourriture que j’arrive à manger. »explique Khadija Mohamad Bachir, 27 ans.

Des distributions de farine sans gluten

produits frais sont distribués par Oxfam
Suite à une enquête auprès de la population, Oxfam a donc commencé à distribuer chaque mois 2kg de farine sans gluten à 700 personnes atteintes de la maladie cœliaque. Cette farine leur permet de notamment de faire leur propre pain. En plus d’être un aliment de base dans la cuisine Sahraouie, le pain a une importance culturelle et les familles réfugiées le préparent généralement elles-mêmes.

des produits frais sont distribués par Oxfam

En savoir plus sur la crise des réfugiés sahraouis.

Un programme rendu possible par un financement de l’Union européenne.

Afbeeldingsresultaat

Thème: