Félicitations ! Voilà comment nous avons poussé l’EU à mettre en place une liste grise des paradis fiscaux

05/12/2017

Cette année, nous avons intensivement mené campagne pour une fiscalité plus équitable. Et avec succès ! Grâce à la pression d’Oxfam et de l’opinion publique, l’Union Européenne a aujourd’hui une liste de paradis fiscaux plus stricte que prévu.

Lutter contre la pauvreté à travers le monde, ce n’est pas simplement apporter de l’aide humanitaire à après une catastrophe ou mettre en place des programmes de coopération au développement. Oxfam travaille aussi en coulisses pour s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté. Parce que la pauvreté commence souvent par des lois et des politiques qui nuisent aux personnes les plus vulnérables.

Voilà comment on met la pression sur des processus politiques complexes

L’Union Européenne a publié aujourd’hui sa liste tant attendue de paradis fiscaux. L’Europe a en effet une liste de critères officiels pour définir quel pays est un paradis fiscal. Mais de nombreux paradis fiscaux ont fait tout un travail de lobby pour éviter d’être mis sur cette liste malgré tout. On voyait donc venir de loin que cette liste risquait fort de ne pas être très révolutionnaire.

C’est pourquoi nous sommes passés à la vitesse supérieure dans notre campagne A Egalité : Oxfam a publié un rapport très critique sur cette liste. L’UE ne respecte en effet pas ses propres critères quand il s’agit de ses pays membres. Oxfam a donc fait l’exercice et selon les critères européens, l’Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg et Malte devraient figurer sur la liste noire des paradis fiscaux.

Une réussite : une liste noire et une liste grise de paradis fiscaux

Le rapport d’Oxfam a reçu beaucoup d’attention médiatique au niveau belge et européen. Nous avons aussi organisé un stunt médiatique pour attirer encore plus l’attention des médias.

Grâce à toute l’attention dans les médias et dans les milieux politiques, l’UE a aussi publié une liste grise à côté de sa liste noire : cette liste grise contient les noms de pays qui ont jusqu’à la fin 2018 pour se réformer sous peine de tomber dans la liste noire. On y trouve des pays comme la Suisse les Bermudes ou les Iles Caïmans.

Evidemment, du côté d’Oxfam, nous allons continuer à suivre ça de près ! Et nous pourrons compter sur votre soutien pour cela ?

Et encore des bonnes nouvelles…

La Belgique va désormais se tenir aux engagements pris au niveau européen pour lutter contre l’évasion fiscale au niveau international. Cela parait évident mais il a en fait fallu une forte pression publique et politique, ce pour quoi nous avons travaillé dur. Nos experts, Johan Langerock et Maaike Vanmeerhaeghe, sont passés à la RTBF radio et télé, sur la VRT, Canal Z, entre autres médias, pour expliquer l’impact de l’évasion fiscale sur les pays en développement. 

Nos rapports et autres notes d’information au sujet de l’évasion fiscale ont été soumis aux décideurs politiques et aux journalistes. Parce que nous nous rendons bien compte de l’impact qu’une fiscalité plus juste peut avoir pour les personnes les plus pauvres. Les engagements de la Belgique pour plus de justice fiscale sont encore trop faibles pour avoir un véritable impact, c’est pourquoi nous continuons à peser de tout notre poids pour sensibiliser le grand public et pousser les dirigeants à agir.

Vous avez déjà signé notre pétition pour plus de transparence fiscale ?

Pourquoi nous menons campagne contre l’évasion fiscale ?

Les pays en développement voient tous les ans 100 milliards de dollars leur échapper à cause de l’évasion fiscale des multinationales. Rendez-vous compte de tout ce qui pourrait être réalisé avec cet argent ! Construire des hôpitaux, payer des pensions, former des professeurs… Les services publics sont les armes les plus puissantes pour contrer la pauvreté et les inégalités extrêmes. C’est pourquoi Oxfam mène campagne depuis 2014 contre les inégalités extrêmes et pour plus de justice fiscale.

Thème: