Gaza, 100 jours après le début du conflit

16/10/2014

Grâce à vos dons, Oxfam a pu fournir de l’eau potable, de la nourriture et une aide médicale urgente à plus de 320.000 personnes au niveau de sa confédération internationale. Mais les dégâts restent considérables et la reconstruction est compliquée par le blocus israélien.

Encore 100.000 personnes sans-abris

50 jours de bombardements intensifs ont gravement endommagé les infrastructures et les dégâts sont estimés à plusieurs milliards de dollars. Plus de 100.000 personnes sont encore sans abri à Gaza et des centaines de milliers d’autres n’ont toujours pas accès à l’eau courante. Plus de 200 écoles ont été endommagées ou détruites par les bombardements et des douzaines d’autres se sont transformées en abris de fortune.

Pour Nesma 10 ans, c’est le seul endroit où aller pour elle et sa famille dont la maison a été complètement détruite. « Maintenant, toute ma vie tourne autour de l’école. Nous n’avons plus de maison et je n’en peux plus de ne voir que des salles de classes et des tableaux noirs, » explique-t-elle.

Une aide médicale d’urgence

Oxfam a fourni de l’eau potable et de l’aide médicale dans ces écoles-refuges. Au total, nous avons pu apporter de l’eau potable à 295.000 personnes ainsi qu’une aide alimentaire à 323.294 personnes (bons ou colis). Oxfam-Solidarité travaille spécifiquement avec nos partenaires UHWC et PMRS. Un partenariat rendu possible par un financement de la coopération Belge au développement. Oxfam soutient une clinique mobile (de notre partenaire PMRS) qui opère dans des zones reculées ainsi que l’un des plus grands hôpitaux de Gaza (de notre partenaire UHWC), qui ont fourni des soins de santé d’urgence à 50.000 personnes depuis le début des violences. Après 100 jours d’aide d’urgence, Oxfam-Solidarité clôt son appel aux dons.

Le blocus complique la reconstruction

L’étendue des destructions est telle qu’il faudra des années pour tout reconstruire ; une tâche rendue encore plus difficile par le blocus israélien qui dure depuis sept ans, et qui restreint les entrées et sorties des marchandises et des personnes. L’entrée de matériel de construction dans la bande de Gaza est donc limitée alors que ce matériel est indispensable pour remettre les maisons sur pied.

A Gaza, 89.000 nouveaux logements sont nécessaires tout comme 226 nouvelles écoles. Ceci représente environ 700.000 camions de matériel. Lors du premier semestre 2014, en moyenne, seuls 1.100 camions ont franchi la frontière tous les mois. A ce rythme, la reconstruction de Gaza prendra au minimum 50 ans.

Une solution à long terme

Oxfam continue d’exiger un cessez-le-feu permanent, la fin du blocus israélien et une paix durable. Il est grand temps de s’attaquer pour de bon aux racines de cette situation. Oxfam soutient l’argumentaire d’AIDA (Association of International Development Agencies) pour une solution politique à long terme, découvrez leur dernier policy paper ici

 

Partenaire: 
Urgence: