Iles grecques : dénoncer le traitement inhumain des migrants

24/11/2017

Alors que l’hiver approche, plus de 15.000 femmes, hommes et enfants sont bloqués dans les îles de la mer Egée dans des conditions inhumaines. Oxfam appelle à transférer les demandeurs d’asile d’urgence en Grèce continentale.

Conditions inhumaines

Sur les îles Grecques de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros, les migrants sont parqués dans des camps surpeuplés. Des tentes de camping d'été, conçues pour ne pas accueillir plus de deux personnes, peuvent maintenant accueillir jusqu'à sept personnes, à l’approche de l’hiver. Les toilettes débordent d’excréments et d’urine ce qui présente un grave risque sanitaire. A cela s’ajoute des cas de harcèlement et une augmentation de cas de suicide.

De plus ces migrants n’ont pas d’accès suffisant à l’information et à l’aide juridique. Ils sont aussi régulièrement mis sous pression pour accepter un retour forcé dans leur pays d’origine au lieu de leur permettre de déposer leur demande d’asile.

Accords EU-Turquie

En mars 2016, les dirigeants européens concluaient un « accord » avec la Turquie permettant aux autorités grecques de renvoyer vers la Turquie tous les migrants illégaux arrivant de Turquie vers la Grèce. Dans la pratique, des « Hotspots », installé sur ces îles Grecques jouent ici un rôle crucial. Ces « Hotspots » sont censé être des lieux d’identification et d’enregistrement rapides des nouveaux arrivants mais les migrants y sont en pratique détenus pendant de longues durées et dans des conditions indignes, complètement surpeuplées.

Mais même si elle n’arrive pas à gérer ces arrivants dignement sur les îles, la Grèce se refuse à tout prix à en transférer certains vers le contient, de peur de ne pouvoir les renvoyer éventuellement vers la Turquie ensuite. En effet la Turquie ne s’est engagé à accepter de reprendre uniquement les migrants des îles grecques et non pas de la Grèce continentale.

Que demandons-nous ?

Oxfam et 21 autres ONG appellent  l’UE et les autorités grecques à transférer dans les plus courts délais les demandeurs d'asile vers le continent, et à assister le gouvernement grec pour qu’il puisse garantir des conditions d’accueil et de prise en charge correctes et dignes à tous les migrants.

Que fait Oxfam pour ces migrants ?

En plus d’actions de plaidoyer politique auprès des responsables grecques et européens afin qu’ils changent leur approche, Oxfam met en œuvre des programmes de protection à Lesbos qui proposent de l’assistance légale aux migrants et demandeurs d’asile durant les différentes phases de demande d’asile, via l’aide d’organisation partenaires. Oxfam travaille aussi  à Lesbos à faciliter l’accès des migrants à l’information et aux différents services proposés. 

En octobre 2015 et juillet 2016, Oxfam a pu répondre aux besoins urgent de nouveaux arrivants dans le « Hotspot » de Moria et sur le site de Kara Tepe, à Lesbos, en distribuant des vivres, des kits d’hygiène et des installations sanitaires, tout en assurant au mieux la sécurité et la dignité des personnes bloquées là-bas.

 

Thème: