République Centrafricaine

Troisième pays le plus pauvre au monde, la République Centrafricaine traverse actuellement sa plus grave crise humanitaire depuis son indépendance en 1960. La dernière vague de violence s’est déclenchée en décembre 2012 et 25% de la population a dû fuir les violences, trouvant refuge dans les pays voisins ou à l’intérieur même de la République Centrafricaine. Oxfam vient en aide à ces derniers et à ceux qui les accueillent ou qui sont restés chez eux, en installant des latrines, des puits, en distribuant de la nourriture et en les aidant à retrouver des moyens de subsistance.

  • Sadia Bello a 40 ans. Elle a fui les violences avec ses 4 enfants et son mari blessé, qui a rapidement succombé à ses blessures. Un an après leur départ, Sadia rentre dans sa ville, Bria, où elle retrouve sa maison complètement pillée et détruite. Oxfam lui a fourni des semences et des outils afin de cultiver la terre. Sadia peut ainsi produire de la nourriture pour ses enfants et retrouver un revenu en vendant les surplus.

    En lire plus sur
    République Centrafricaine
  • 2,7 millions de Centrafricains ont besoin d’aide humanitaire.

  • 436.000 Centrafricains sont déplacés à l’intérieur du pays, 462.000 réfugiés dans les pays voisins.

Le défi en République Centrafricaine

La République Centrafricaine est un pays extrêmement instable, secoué par les interventions militaires et les coups d’Etat depuis cinquante ans. 62% de la population vit sous le seuil de pauvreté et l’espérance de vie y est de 49 ans. On compte actuellement 436.000 déplacés à l’intérieur du pays, et 462.000 personnes ont fui vers les pays voisins.

La dernière vague de violence s’est déclenchée en décembre 2012, lorsque la coalition rebelle appelée Seleka a organisé un coup d’Etat dans la capitale, Bangui. En conséquence, François Bozizé, alors président, a fui vers la République Démocratique du Congo et Michel Djotodia, membre de la Seleka, s’est auto-proclamé président mais a démissionné depuis (en 2014). Des milices dites anti-Balaka se sont constituées en réponse aux attaques des milices Seleka. Depuis, la violence est devenu le quotidien de la population civile.

En ce moment, sur une population totale de 4,6 millions de personnes, 2,7 millions ont besoin d’aide humanitaire. Ces personnes ont toutes fui vers des villages plus sûrs, qui ont vu leur population tripler dans un laps de temps très court. Ce phénomène a généré des pénuries de nourriture, qui était déjà insuffisante avant l’arrivée des déplacés. Les violences ont empêché les agriculteurs de cultiver leurs champs et les récoltes sont maintenant très faibles. Le prix des denrées alimentaires a augmenté et 90% de la population ne mange qu’une seule fois par jour.

Découvrez ici l'histoire de Jeanne, réfugiée centrafricaine :

Que fait Oxfam en République Centrafricaine

Dans la région de Bria, Oxfam vient en aide aux personnes déplacées à l’intérieur du pays et à ceux qui les accueillent ou qui sont restés chez eux, en installant des latrines, des puits, en distribuant de la nourriture et en les aidant à retrouver des moyens de subsistance.

Bria est la capitale de la préfecture centrafricaine de Haute-Kotto. Avant le début de la dernière crise en 2012, l'accès à l'eau potable y était déjà rare. L’eau impropre à la consommation était source de maladies telles que le choléra et la diarrhée. La situation a empiré pendant les combats et des citernes et des puits ont même été utilisés pour enterrer les corps des victimes des massacres.

Oxfam travaille en République Centrafricaine depuis janvier 2014 et à lancé en août de la même année une réponse d'urgence dans la région de Bria, afin de répondre aux besoins des populations déplacées qui s’y étaient réfugiées : construction de puits, installation de latrines, distributions de nourriture…

Accès à l’eau et à l’alimentation

Depuis le 1er juin 2015, grâce au financement de la coopération Belge au développement, Oxfam continue ce projet qui va bénéficier à 35.000 Centrafricains de la région : des personnes déplacées qui ont fui leurs propres maisons et des habitants qui les accueillent.

Oxfam leurs distribue de la nourriture pour répondre aux besoins les plus urgents, mais leur propose aussi de participer à un projet de relance agricole, pour qu’ils retrouvent un revenu et des moyens de subsistance. Ils peuvent ainsi choisir entre des semences et une formation agricole, un projet de pisciculture ou d’élevage de volailles.

En parallèle, Oxfam continue d’installer des latrines et des puits, notamment dans les villages aux alentours de Bria et dispense des formations en hygiène aux populations. En parallèle, des « comités de protections » ont été mis en place, chargés de détecter et de référencer les problèmes d’insécurité, notamment de violences faites aux femmes.

Les projets d'Oxfam en République Centrafricaine reçoivent des financement de la Coopération Belge au développement.

   

Actu

Il n'y a pas d'actualité pour le moment dans cette section

Communiqués de presse

Aucun communiqué de presse n'est disponible actuellement pour cette section

Rapports

Il n'y a pas de publication actuellement disponible.

 

L’essentiel c’est de travailler le plus rapidement possible avec les communautés à rétablir la stabilité. Ensemble, nous pourrons alors commencer la reconstruction.

Pieter De Schepper, coordinateur humanitaire

En lire plus sur
République Centrafricaine