L’attitude des Etats-Unis à l’Assemblée Mondiale de la Santé éclipse l’appel à faire du vaccin contre le Covid-19 un bien public mondial

19/05/2020

Anna Marriott, experte en santé publique chez Oxfam, a réagi à l’issue de l’Assemblée Mondiale de la Santé ce mardi :

"Nous attendions de l'Assemblée mondiale de la santé qu’elle garantisse que le vaccin soit un bien public mondial accessible à toutes et à tous et pas d’une confiscation des débats par une administration Trump en mal de boucs émissaires pour détourner l’attention de ses propres insuffisances dans la gestion de la pandémie aux États-Unis.

"Nul doute qu’il faudra tirer les leçons de la façon dont les gouvernements et les institutions mondiales ont réagi à la pandémie. Mais appeler à des réformes fondamentales maintenant, alors que l'Organisation mondiale de la santé doit se consacrer entièrement à la coordination de la lutte mondiale contre la pandémie, ne peut que nous mener droit au désastre.

"La résolution adoptée à l'Assemblée mondiale de la santé laisse trop d'obstacles sur la voie d'un vaccin pour tous. Le vaccin contre le covid-19 doit être libre de tout brevet, produit en masse, distribué équitablement et mis gratuitement à la disposition de tous, riches et pauvres. Les dirigeants mondiaux doivent s'engager à faire passer la santé publique avant les profits de l'industrie pharmaceutique".

Notes aux journalistes :

  • La résolution de l'Assemblée mondiale de la santé sur l'accès aux vaccins, aux traitements et aux tests contre le coronavirus soutient l'utilisation des règles commerciales mondiales existantes pour passer outre aux droits de brevet des entreprises dans l'intérêt de la santé publique, et charge l'Organisation mondiale de la santé de proposer des solutions pour accroître les capacités mondiales de fabrication et de distribution de vaccins, de tests et de traitements. 
  • Toutefois, bien qu'elle reconnaisse que les vaccins, les traitements et les tests sont des biens publics mondiaux, elle n'oblige pas les sociétés pharmaceutiques à mettre leurs brevets en commun - un procédé qui permettrait à quiconque en a les moyens de fabriquer ou d'importer des génériques abordables - et elle ne garantit pas que les vaccins, les traitements et les tests seront mis gratuitement à la disposition des personnes.  
  • Après l'adoption unanime de la résolution, les États-Unis se sont officiellement désolidarisés de toute référence à la santé sexuelle et génésique dans la résolution ; des références au droit légal des pays, reconnu au niveau international, de passer outre aux brevets sur les médicaments dans l'intérêt de la santé publique (connu sous le nom de flexibilités ADPIC), et ont clarifié leur propre interprétation étroite de la référence à l'utilisation des mécanismes existants pour mettre en commun les brevets comme étant entièrement volontaire, et limitée dans sa portée et sa durée.
  • Oxfam a lancé une pétition internationale le week-end dernier pour que les vaccins, les traitements et les tests soient mis gratuitement à la disposition de tous dans le monde entier. Cette pétition a été signée par 10 000 citoyens du monde entier à ce jour. Oxfam est également membre du Consortium 12.12, qui collecte des fonds pour 44 pays afin de lutter contre le coronavirus.

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.