Le coût humain des investissements de la Société financière internationale réalisés par le biais d'intermédiaires financiers

Les fonds de l'aide au développement passent de plus en plus souvent par des tiers, tels que des banques ou des fonds d’investissement.

La Société financière internationale (International Finance Corporation ou IFC) est l'une des organisations qui poussent le plus à faire passer les fonds de l'aide au développement à travers des tiers. L'IFC fait partie de la Banque Mondiale, et elle accorde des prêts au secteur privé dans les pays en développement. De 2009 à juin 2013, l'IFC a ainsi octroyé 36 milliards de dollars américains à des intermédiaires en seulement quatre ans.

Quelles sont les conséquences de cette forme indirecte de financement du développement pour les populations ? Les risques ne sont-ils pas simplement trop élevés pour les communautés au vu des faibles protections sociales et environnementales en cas de financement par des tiers ?

Ce rapport met en lumière l'aspect humain qui se trouve derrière la haute finance et les statistiques. Il étudie les effets des financements via des tiers dans des projets au Guatemala, au Honduras, au Laos... Les réformes de ce modèle d'investissement ont-elles été suffisantes pour protéger les communautés ?

Date de publication: 
02/04/2015
Download (1.49 Mo)