Le défi au Vietnam

Malgré une forte diminution de la pauvreté au cours des 20 dernières années, le pays compte encore 13 millions de pauvres, sur une population totale d’environ 90 millions. 5 millions d'entre eux n'ont accès que très rarement à une alimentation de qualité. 

Une croissance qui fait des victimes

Le secteur privé a largement participé à la croissance économique vietnamienne. Or ce développement a entrainé un exode rural de travailleurs qui se trouvent confrontés dans les villes à l’absence de droits, de conditions de vie décentes et sont souvent exclus des soins de santé et de l’accès à l’éducation.

En parallèle, la politique agricole officielle fait la part belle à l'industrie agroalimentaire, ce qui creuse les inégalités en nuisant aux petits producteurs. Par ailleurs, l’augmentation de la compétition régionale et de l’intégration économique, notamment au sein de l’ASEAN, avec l’appui de la Banque Asiatique de Développement, et les besoins croissants du marché vietnamien ont intensifié l’augmentation de pratiques non durables (surexploitation, destruction…).

De plus, l’entrée du Vietnam dans l’OMC a exposé les petits producteurs aux chocs des marchés financiers. Le défi qui se pose actuellement : s’assurer que les bénéfices de la croissance soient réinvestis au profit des travailleurs (notamment des travailleurs migrants) et des petits exploitants. 

La justice foncière, garantie de développement

L’accès à la terre est menacé par des processus d’acquisition des terres peu transparents et par le manque de consultation préalable des communautés. Les agriculteurs doivent avoir des droits fonciers stables et mieux protégés. Ils doivent également être informés et consultés en cas de changement d’utilisation des terres, ce qui requiert un processus équitable.

La société civile a un grand rôle à jouer dans le développement de ces nouvelles politiques. C’est pourquoi il est essentiel de soutenir l’émergence d’initiatives populaires pour leur permettre d’articuler leurs aspirations et de revendiquer leurs droits sociaux et économiques.

Lutter contre le changement climatique

Le changement climatique se fait de plus en plus sentir au Vietnam. Les catastrophes naturelles y sont plus fréquentes et d’autres évènements plus localisés comme des glissements de terrains affectent particulièrement les populations les plus pauvres.

De plus, le Vietnam est très riche en minerais et hydrocarbures : la modernisation des mines et leur exploitation à grande échelle pourraient avoir un impact environnemental très négatif. Or, les besoins en énergie du Vietnam sont en pleine expansion (15 à 20% par an). Cette demande croissante d’énergie est un véritable défi pour le Vietnam mais devrait être une occasion d’investir dans des modèles d’énergie durable tels que l’énergie éolienne ou solaire. 

Un système patriarcal qui perdure

En théorie, hommes et femmes vietnamiens sont égaux en droits. En pratique, on constate toutefois que les stéréotypes ont la vie dure. Le système patriarcal traditionnel est considéré comme la base de toute vie sociale, familiale et communautaire. Les femmes sont ainsi maintenues dans des positions stéréotypées et subordonnées. Les problématiques clé incluent l’avortement sélectif des filles, le trafic d’êtres humains, et les violences dirigées vers les femmes.

Toutefois, le gouvernement a intensifié ses efforts ces dernières années, notamment via l'adoption de deux lois : l'une sur l'égalité des sexes et l'autre contre les violences domestiques. Malheureusement, ces changements juridiques ne se traduisent pas encore en pratique. Les capacités des femmes doivent être renforcées afin qu’elles prennent conscience de leurs droits et les réclament.

Des minorités particulièrement vulnérables

14% de la population vietnamienne fait partie de minorités ethniques, dont 53 sont reconnues officiellement. Vivant dans des zones reculées et difficiles d’accès, et où le niveau d’éducation est faible, ces minorités souffrent de fortes discriminations et de stigmatisation.

Bien que la constitution protège leurs droits en théorie et que le Vietnam ait ratifié quasiment toutes les conventions internationales sur les Droits de l’Homme, le système législatif ne permet pas en pratique une réelle protection contre ces discriminations. L’implémentation de ces lois se heurte aussi à des barrières culturelles et politiques. Il est nécessaire de contrer cette exclusion afin de construire une société plus juste et plus équitable, notamment en permettant à ces minorités de s’exprimer.