Le défi en République Centrafricaine

La République Centrafricaine est un pays extrêmement instable, secoué par les interventions militaires et les coups d’Etat depuis cinquante ans. 62% de la population vit sous le seuil de pauvreté et l’espérance de vie y est de 49 ans. On compte actuellement 436.000 déplacés à l’intérieur du pays, et 462.000 personnes ont fui vers les pays voisins.

La dernière vague de violence s’est déclenchée en décembre 2012, lorsque la coalition rebelle appelée Seleka a organisé un coup d’Etat dans la capitale, Bangui. En conséquence, François Bozizé, alors président, a fui vers la République Démocratique du Congo et Michel Djotodia, membre de la Seleka, s’est auto-proclamé président mais a démissionné depuis (en 2014). Des milices dites anti-Balaka se sont constituées en réponse aux attaques des milices Seleka. Depuis, la violence est devenu le quotidien de la population civile.

En ce moment, sur une population totale de 4,6 millions de personnes, 2,7 millions ont besoin d’aide humanitaire. Ces personnes ont toutes fui vers des villages plus sûrs, qui ont vu leur population tripler dans un laps de temps très court. Ce phénomène a généré des pénuries de nourriture, qui était déjà insuffisante avant l’arrivée des déplacés. Les violences ont empêché les agriculteurs de cultiver leurs champs et les récoltes sont maintenant très faibles. Le prix des denrées alimentaires a augmenté et 90% de la population ne mange qu’une seule fois par jour.

Découvrez ici l'histoire de Jeanne, réfugiée centrafricaine :