Le défi en Territoire palestinien occupé et Israël

Israël occupe la Cisjordanie et la bande de Gaza depuis 1967. Cette occupation, condamnée par la communauté internationale, a provoqué une fragmentation politique et sociale croissante, une forte dépendance à l'aide internationale et une pauvreté profondément enracinée pour les Palestiniens.

L’occupation israélienne comprend à la fois le blocus de Gaza, un mur de séparation avec Israël de 700km, quelques 532 check-points militaires israéliens à l’intérieur de la Cisjordanie, et l’installation de pas moins de 556,000 colons israéliens en Cisjordanie. Ces fortes restrictions de mouvement ont un impact sur la vie et l’économie de toute la population palestinienne.

Un blocus total pour 1,8 millions de gazaouis

A Gaza, le blocus imposé par Israël depuis huit ans sur 1,8 millions de Palestiniens a ravagé l’économie. Gaza affiche un taux de chômage de 40%, et ses exportations sont réduites à moins de 3% de leur volume d’avant le blocus. 80% de la population est tributaire de l’aide internationale.

La quasi impossibilité de quitter Gaza (même pour voir sa famille en Cisjordanie), le stress de vivre sous un tel blocus, ajouté au traumatisme causé par 3 opérations militaires israéliennes au cours des 6 dernières années, fait qu’environ 300.000 jeunes ont besoin urgemment de soutien psychosocial.

En Cisjordanie, 61% du territoire interdit aux palestiniens

En Cisjordanie, les communautés palestiniennes qui vivent en Zone C (c’est-à-dire les 61% de la Cisjordanie sous control israélien total) ne peuvent plus accéder à leurs propres terres. Plus de 98% de leurs demandes de permis de construire (maisons, puits ou étables) sont refusées par les autorités israéliennes.

Ceux qui décident de construire sans autorisation risquent la destruction de leur propriété par les autorités israéliennes. Depuis début 2016, plus de 293 habitations palestiniennes (et d’autres installations telles que des serres ou des étables), ont été détruites. 400 palestiniens ont dû quitter leur maison suite à ces destructions. Durant toute l'année 2015, 447 habitations avaient été détruites.

Des colonies contraires au droit international

Toujours en Zone C, le nombre des colonies israéliennes continue toujours d’augmenter, bien que la communauté internationale ait désigné ces colonies comme une violation du droit international et un obstacle à réalisation de la paix.

Dans le travail d’Oxfam, nous voyons l’impact néfaste de ces colonies sur les conditions de vie des entrepreneurs, des agriculteurs et des communautés pastorales palestiniennes. Les colonies sont une cause importante de la pauvreté palestinienne et de la négation de leurs droits, une chose que nous tentons de résoudre dans notre travail.

En savoir plus : la position d'Oxfam concernant le conflit israélo-palestinien.