L'eau monte dangereusement pour les ministres en charge du climat

Caricature : "On aurait vraiment dû s'occuper du dossier climat quand il était encore sur la table." "Oui, quand la table... n'était pas encore sous l'eau."
11/05/2015

Les 4 ministres belges en charge du climat ont déclaré le changement climatique comme une priorité. Or les mois défilent sans qu’aucune mesure ne soit en vue.

La Belgique a pas moins de 4 ministres en charge du climat. Pourtant, ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la répartition des objectifs climatiques et énergétiques à l'horizon 2020.

La plateforme Justice climatique, dont est membre Oxfam-en-Belgique, interpelle ces 4 ministres : l’eau monte ! Le changement climatique n’attend pas.

Urgence

Chers ministres, nous sommes dans l’urgence. La plateforme justice climatique vous appelle à prendre vos responsabilités et à parvenir à un accord concernant :

  • la répartition des objectifs liés au paquet « Energie climat » entre les régions et le fédéral. Ces objectifs concernent les réductions de gaz à effet de serre, le pourcentage d’énergies renouvelables et les économies d’énergie ;
  • la répartition des recettes liées au marché du carbone intra-européen ;
  • les engagements en termes de financements climatiques.

Le climat, une priorité?

Le climat est considéré comme prioritaire par les 4 gouvernements belges. Dans leurs accords de gouvernement, les ministres en charge du climat ont affirmé leur volonté de se répartir les objectifs climatiques et énergétiques dans les plus brefs délais. Pourtant, les mois passent et aucun accord ne semble en vue pour ces objectifs. 

La Belgique à la traine

Cette répartition aurait déjà dû être clarifiée sous la précédente législature. Il s'agit en effet des objectifs du paquet énergie-climat européen à l'horizon 2020. Alors que la communauté internationale a déjà fixé ses objectifs en la matière et prépare activement l'après 2020, il est grand temps de régulariser cette situation au niveau belge. En effet, ce manque de clarté politique n’est pas sans risques pour nos politiques énergétiques et les perspectives de transition de notre économie vers un modèle bas carbone.

 

Thème: