Les femmes et les filles travaillent 12,5 milliards d’heures par jour gratuitement

16/01/2020

Les femmes et les filles assument chaque jour l’équivalent de 12,5 milliards d’heures de travail de soin non rémunérées, un travail dont la valeur annuelle serait d’au moins 10,8 billions de dollars si elles étaient payées. Des chiffres qui contrastent avec la richesse cumulée par les milliardaires de ce monde.

Oxfam publie à l’occasion du Forum Économique Mondial de Davos (FEM), cette grand-messe qui réunit chaque année l’élite économique et financière mondiale, son rapport sur les inégalités dans le monde. Intitulé « Celles qui comptent », le rapport d’Oxfam montre comment notre modèle économique est sexiste et met des richesses considérables entre les mains d’une élite fortunée, aux dépens des personnes ordinaires, en particulier les femmes et les filles pauvres.

Les milliardaires de ce monde sont plus riches que 4,6 milliards de personnes

Le fossé s’agrandit entre les riches et les pauvres : le nombre de milliardaires a doublé en seulement 10 ans et leur richesse a progressé de 7,4% par an en moyenne. Aujourd’hui, les 2.153 milliardaires que compte le monde se partagent plus de richesses que 60% de la population mondiale.   

À l’autre bout de l’échelle économique, la moitié de la population mondiale survit avec moins de 5,50 dollars par jour tandis que le rythme de réduction de la pauvreté a ralenti de moitié depuis 2013.

Une contribution invisible de 10,8 billions de dollars par an

Dans le monde, les femmes et les filles fournissent chaque jour au moins 12,5 milliards d’heures de travail de soin non rémunéré. Autant d’heures passées à s’occuper des repas, des enfants et des personnes âgées. Ce travail non rémunéré contribue à faire tourner nos économies, nos entreprises et nos sociétés. Un travail dont la valeur atteindrait au moins 10,8 billions de dollars chaque année et qui est principalement réalisé par des femmes qui manquent souvent de temps pour s’instruire et gagner un salaire décent.

Investir dans les services publics

« Les gouvernements doivent investir davantage dans des services publics universels et de qualité », remarque Aurore Guieu, responsable de l’équipe Justice fiscale et Inégalités chez Oxfam-Solidarité. « Des investissements dans l’eau ou les soins de santé permettraient de réduire la charge de travail des femmes et des filles, et d’améliorer leur qualité de vie. Par exemple, l’accès à une meilleure source d’eau pourrait permettre aux femmes de certaines régions du Zimbabwe d’économiser jusqu’à quatre heures de travail par jour ! ».

Pour financer ces services publics, les ultra-riches et les multinationales doivent payer une contribution fiscale équitable. Une imposition de 0,5 % supplémentaire sur la fortune des 1 % les plus riches pendant 10 ans permettrait de créer 117 millions d’emplois dans des secteurs comme l’éducation, la santé et l’accompagnement des seniors. Ce qui allègerait le fardeau qui pèse sur les filles dès la petite enfance, et qui les piège plus tard au bas de l’échelle économique. 

Découvrez notre rapport ici