Les inégalités continuent de s’aggraver, et voilà pourquoi

17/01/2018

Nous publions aujourd’hui un nouveau rapport qui examine les chiffres inquiétants des inégalités à travers le monde. Des chiffres toujours plus effarants, année après année. Les inégalités entre riches et pauvres atteignent des sommets. Mais ce n’est pas une fatalité, et nous pouvons bien y faire quelque chose.

Notre système ne fonctionne pas. Les inégalités continuent de s'aggraver à cause de l'évasion fiscale et de l'exploitation des travailleurs.

Il ressort notamment du nouveau rapport d’Oxfam « Partagez la richesse avec celles et ceux qui la créent » que :

  • le nombre de milliardaires n’a jamais autant augmenté en une seule année que l’année passée : en moyenne, un nouveau milliardaire tous les deux jours !
  • que l’année passée, le monde s’est enrichi globalement (du positif, tout de même !)... 
  • mais que… 82% des nouvelles richesses produites sont parties dans les poches des 1% les plus riches, tandis que les 50% les plus démunis n’ont pas touché un sou de plus.

Une croissance qui profite à tout le monde ?

Apparemment pas. Mais pour les plus riches, nous sommes bien au cœur de l’âge d’or. 

Vous voulez devenir riche ? Dans ce cas vous avez intérêt à posséder de l’argent dès le départ, car ce n’est pas en travaillant dur que vous y parviendrez. Si la richesse et le succès étaient tout simplement le résultat d’un travail acharné, alors les femmes les plus pauvres au monde seraient toutes des millionnaires. Les personnes les plus pauvres travaillent ainsi 14 heures par jour, sans avoir l’assurance de pouvoir nourrir suffisamment leur famille.

Vous aussi, vous trouvez qu’il faut mettre fin à ces égalités extrêmes de toute urgence ?

Signez la pétition

Des inégalités qui touchent les citoyens ordinaires, comme vous et moi :

(mais aussi particulièrement les plus pauvres)

Au Vietnam, des millions de personnes sont obligées de quitter les campagnes vers les zones urbaines afin de trouver un travail plus stable. Lan, 32 ans, en fait partie. Elle coud des centaines de paires de chaussures chaque jour, à 1.500 km de chez elle, pour un salaire qui lui permet à peine de survivre. 

Le mari de Lan souffre de troubles mentaux; il ne peut pas travailler et doit régulièrement se rendre à l’hôpital. Des consultations qui coûtent souvent à Lan près de la moitié du salaire  qu’elle gagne en travaillant dans une usine textile. Et à cela s’ajoutent les frais scolaires de son fils de 12 ans.

« Je veux avoir mes enfants auprès de moi et pouvoir leur donner une bonne éducation. Je veux que mes enfants aient une vie meilleure. » (découvrez le reste de l’histoire de Lan et de sa famille ici)

Mais que pouvons-nous y faire ?

Oxfam a interrogé 70.000 personnes sur la question dans 10 pays différents, et 75% des personnes interrogées voulaient qu’il y ait moins d’inégalités. Pour cela, le premier pas est de s’attaquer à l’évasion fiscale, et ce de toute urgence. Si les grandes entreprises paient leur part équitable d’impôts, cela libère beaucoup d’argent, ouvrant la voie à la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Nous pouvons et nous nous devons changer les choses. Pour cela, il faut mettre en place une économie différente. Une économie qui:

  • ne laisse personne de côté,
  • qui fonctionne pour tout le monde (et non pas uniquement pour quelques hyper-riches et pour les grandes entreprises),
  • qui offre les mêmes chances aux femmes qu’aux hommes.

Cela vous semble utopique ? Mais non : nous savons que c’est possible, et nous avons étudié des cas et des propositions concrètes.

Mettre la pression sur les politiciens  

Les politiciens doivent faire d’autres choix. Et nous, les citoyens, nous pouvons forcer nos dirigeants à prendre d’autres décisions. 

C'est pour cela qu'Oxfam a lancé une pétition pour plus de transparence fiscale, ou plus précisément, pour demander une mesure qui oblige les entreprises à rendre publics leurs « reporting pays par pays ». Cette mesure permettrait de savoir quels sont les bénéfices réalisés par les multinationales dans chaque pays ainsi que le montant des impôts qu’elles y payent. 

Munis de cette pétition, nous nous rendrons chez le Premier Ministre Charles Michel (MR) et chez le Ministre de l’Economique Kris Peeters (CD&V). Leurs positions et leurs décisions peuvent en effet nous aider à combler le fossé entre riches et pauvres et à améliorer la vie de millions de personnes. Chez nous comme dans les pays en voie de développement.

Signez la pétition

Thème: