Les laboratoires pharmaceutiques et les pays riches n’ont livré qu'un septième des doses promises aux pays à revenu faible et intermédiaire

21/10/2021

Une centaine de pays sont suspendus aux promesses non tenues des pays riches et des laboratoires pharmaceutiques qui bloquent les vraies solutions pour assurer un accès égal aux vaccins alors même qu’ils ne parviennent pas à livrer les milliards de doses promises, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par The People’s Vaccine Alliance, dont Oxfam est membre.

Le rapport, « Une dose de réalité », révèle que sur les 1,8 milliard de dons de vaccins anti-covid promis par les pays riches, seulement 261 millions de doses – soit 14% – ont été livrées à ce jour, tandis que les laboratoires pharmaceutiques occidentaux, quant à eux, n'ont livré que 12% des doses qu'ils ont promises à COVAX, l'initiative conçue pour aider les pays à revenu faible ou intermédiaire à avoir accès aux vaccins anti-covid.

Dans le même temps, l'UE en particulier s’obstine à s’opposer à la proposition de lever les brevets sur les vaccins et les technologies liées à la COVID, portée par l’Inde, l’Afrique du Sud et plus de cent pays au sein de l’OMC. Quant aux principaux laboratoires pharmaceutiques, ils refusent de partager leur technologie avec l'Organisation mondiale de la santé pour permettre à ces pays de fabriquer leurs propres vaccins et sauver des vies.

Aurore Guieu, responsable du plaidoyer Inégalités chez Oxfam Belgique a réagi : « Ce n’est pas la charité de façade des pays riches et des laboratoires pharmaceutiques qui va permettre de résoudre les inégalités vaccinales. L’UE et ses Etats membres dont la Belgique doivent arrêter de bloquer les négociations au sein de l’OMC sur la levée des brevets. Il existe des fabricants de traitements et de vaccins anti-Covid sûrs et efficaces en Afrique du Sud, en Inde et au Brésil, reconnus par le programme de préqualification de l'OMS qui assure la qualité des vaccins avant leur mise en circulation sur le marché. On les empêche de sauver des vies. »  

Des effets d’annonce qui peinent à se traduire en faits

Le gouvernement britannique, qui a activement bloqué les demandes de pays comme l'Afrique du Sud et l'Inde de fabriquer leurs propres vaccins, n'a livré que 9,6 millions – moins de 10 % – des 100 millions de doses qu'il avait promis aux pays les plus pauvres. Le Canada a fourni 3,2 millions de doses – soit 8 % – des 40 millions de doses qu’il avait promises. Les États-Unis ont livré de loin le plus grand nombre - près de 177 millions de doses - mais cela ne représente que 16% des 1,1 milliard promis. Quant à la Belgique, elle a livré 948.500 doses – soit 24% des 4 millions de doses auxquelles elle s’était engagée. 

Les laboratoires pharmaceutiques, en plus de faire pression sur les Etats contre la levée des brevets afin de conserver leur monopole, ne respectent pas leur engagement à COVAX. Sur les 994 millions de doses allouées à COVAX par Johnson & Johnson, Moderna, Oxford/AstraZeneca et Pfizer/BioNTech, seulement 120 millions -12%- ont été effectivement livrées, soit quinze fois moins que les 1,8 milliard de doses livrées aux pays riches. Johnson & Johnson et Moderna, en particulier, n'ont pas encore livré la moindre dose des 230 millions promises à COVAX.

Selon Aurore Guieu, « la faiblesse des dons de doses des pays riches et les dysfonctionnements de COVAX ont la même cause profonde : nous avons cédé le contrôle de l'approvisionnement des vaccins et de la gestion de la pandémie à un petit nombre de laboratoires pharmaceutiques, qui donnent la priorité à leurs propres profits. Non seulement ces entreprises ne peuvent matériellement pas produire assez pour assurer une couverture vaccinale mondiale, mais en plus elles limitent artificiellement l'offre et elles accorderont toujours la priorité à leurs clients les plus riches. La seule façon de mettre fin à la pandémie est de partager la technologie et le savoir-faire avec d'autres producteurs qualifiés. »

Lors de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre, le président Biden avait fixé l'objectif de vacciner 70 % des personnes dans tous les pays d'ici septembre 2022. Bien que cet objectif soit pertinent, la People's Vaccine Alliance affirme qu’il n’y a toujours pas de stratégie pour y parvenir.

Maaza Seyoum, de l'Alliance africaine et de la People's Vaccine Alliance Africa, a déclaré : « Partout dans le monde, des agents de santé meurent et les pays qui enregistrent des taux de vaccination plus faibles font face à une forte montée des décès. A l’heure où 99% des habitants des pays à revenu faible ne sont toujours pas vaccinés, il est temps d’accélérer la cadence. Les gouvernements doivent mettre un terme à l’omnipotence des laboratoires pharmaceutiques qui engrangent des profits astronomiques, et commencer à prendre des mesures concrètes qui sauveront des vies. »

Notes aux rédactions

  • Afin d’écarter la pression croissante pour qu’ils partagent leur technologie sans restriction de propriété intellectuelle, les principaux laboratoires pharmaceutiques occidentaux ont constamment exagéré leurs projections de production, affirmant qu'ils suffiraient à vacciner tout le monde tout en livrant l'écrasante majorité de leur stock aux pays riches.
  • À une semaine de la réunion des dirigeants pour le sommet du G20 à Rome et à quelques jours de la réunion des dirigeants et des dirigeantes de l’Union Européenne à Bruxelles pour débattre de la crise sanitaire, la People's Vaccine Alliance - qui compte 77 membres, dont ActionAid, l'Alliance africaine, Global Justice Now, Oxfam et ONUSIDA – leur demande de :

 

  1. Suspendre les droits de propriété intellectuelle sur les vaccins, tests, traitements et autres outils médicaux liés à la COVID en acceptant la dérogation proposée à l'Accord sur les ADPIC de l'Organisation mondiale du commerce.
  2. Utiliser tous les outils juridiques et politiques à leur disposition pour obliger les laboratoires pharmaceutiques à partager les données, le savoir-faire et la technologie liée à la COVID-19 avec le groupe d'accès à la technologie de la COVID-19 de l'OMS et le centre de transfert de technologie d'ARNm d'Afrique du Sud.
  3. Investir dans des centres de fabrication décentralisés dans les pays à faible et moyen revenu pour passer d'un monde de monopoles et de pénurie de vaccins à un monde dans lequel tous les pays sont en mesure d’exercer un contrôle direct sur leurs capacités de production pour répondre à leurs besoins.
  4. Redistribuer immédiatement les vaccins existants de manière équitable dans tous les pays pour atteindre l'objectif de l'OMS de vacciner 40 % des personnes dans tous les pays d'ici la fin de 2021 et 70 % des personnes dans tous les pays à la mi-2022.

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.