Les milliardaires du monde possèdent plus de richesses que 4,6 milliards de personnes

20/01/2020

Un nouveau rapport d’Oxfam publié aujourd’hui, à la veille du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, révèle que les 2.153 milliardaires du monde se partagent plus de richesses que 4,6 milliards de personnes, qui comptent pour 60% de la population mondiale.

Les inégalités explosent dans le monde et la concentration de la richesse continue de s’accentuer : ces dix dernières années, le nombre de milliardaires a doublé et la richesse qu’ils détiennent a augmenté en moyenne de 7,4% par an.

Les milliardaires voient leur richesse croître de façon exponentielle avec peu d'efforts. À l'opposé, au bas du système économique, près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,50 dollars par jour. De plus, le taux de réduction de l’extrême pauvreté a diminué de moitié depuis 2013.

Les femmes et les filles en particulier sont victimes du système économique actuel. Le rapport d’Oxfam « Celles qui comptent » montre que notre modèle économique n’exacerbe pas seulement l’inégalité entre riches et pauvres; il est également sexiste et exploite les femmes et les filles, en particulier celles qui sont pauvres et marginalisées.

Une contribution invisible de 10,8 billions de dollars par an

Dans le monde, chaque jour, les femmes et les filles fournissent au moins 12,5 milliards d’heures de travail de soin non rémunéré. Un travail dont la valeur serait d’au moins 10 800 milliards de dollars (10,8 billions de dollars) chaque année. Ce « moteur caché » de l’économie mondiale contribue au fonctionnement de nos familles, de nos entreprises et de nos sociétés.

Malgré le fait que ce travail soit invisible dans l’économie mondiale, il repose très lourdement sur les épaules des femmes. Elles réalisent, dans le monde, plus des trois quarts de ces tâches, qui incluent notamment la collecte d’eau, la préparation des repas, le nettoyage, et les soins aux enfants et aux personnes âgées.

Dans les pays à faibles revenus, ce travail représente un poids particulièrement lourd, puisque les femmes et les filles qui y vivent dans des communautés rurales consacrent jusqu’à 14 heures par jour à ces activités.

La non valorisation du travail de soin maintient les femmes dans la pauvreté

Pour toutes les femmes, le temps qu'elles consacrent aux tâches de soins est du temps qu'elles ne peuvent pas consacrer à la formation et à des emplois qui pourraient garantir leur indépendance économique et leur participation politique. Par conséquent, 42% des femmes en âge de travailler dans le monde n’occupent pas d’emploi rémunéré du fait de leurs responsabilités en matière de travail de soin non rémunéré (contre 6% des hommes).

En outre, même dans les cas où ce travail est fourni contre salaire, il reste largement dévalorisé. Ainsi, les emplois de travailleuse domestique et d’aide-soignante sont souvent mal payés, offrent peu d’avantages sociaux et imposent des horaires irréguliers. Cependant, ces emplois deviendront encore plus importants à l'avenir, car environ 2,3 milliards de personnes auront besoin de soins en 2030 - soit 200 millions de plus qu’en 2015.

Investir dans les services publics

Aurore Guieu, Responsable de l’équipe Justice fiscale et Inégalités chez Oxfam-Solidarité : « Si nos sociétés veulent sérieusement s'attaquer à cette injustice, nous devons agir d'urgence. Il faut valoriser le travail de soin non rémunéré et les femmes qui le fournissent et il faut contester les normes sexistes afin que la charge de travail soit partagée plus équitablement entre les femmes et les hommes.

Les gouvernements doivent investir davantage dans des services publics universels et de qualité. Des investissements dans l'eau et l'assainissement, les soins aux enfants et aux personnes âgées, et les services de santé permettraient de réduire la charge de travail des femmes et des filles, et d'améliorer leur qualité de vie. Pour financer ces services publics dans le monde, les ultra-riches et les multinationales doivent payer une contribution fiscale équitable.

 

Contact us

Presse francophone
Sotiris Gassialis
0494/13.56.78
sotiris.gassialis@oxfam.org

Presse néerlandophone
Belinda Torres Leclercq
0472/55.34.43
belinda.torres-leclercq@oxfam.org

Follow us

OH-magazine
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à
oh-magazine@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.