Les paradis fiscaux renforcent les inégalités. Comment y mettre fin ?

18/01/2016

Il est temps d’ouvrir les yeux : il y a un réseau mondial de paradis fiscaux, et il permet aux grandes fortunes et aux multinationales d'acquérir une puissance hallucinante. Les pays en développement perdent ainsi 156 milliards d'euros chaque année en recettes fiscales.

62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale (chiffres provenant du nouveau rapport Oxfam, Une économie au service des 1%). Imaginez-vous : 62 personnes, alors que l’an dernier le chiffre était de 80 et il y a cinq ans à peine, de 388.

Mettons fin à ces inégalités

Ces inégalités extrêmes entre riches et pauvres sont complétement hors de contrôle et s’aggravent de jour en jour. Le fossé entre riches et pauvres ne cesse de se creuser, et ce dans presque tous les pays du monde. Les paradis fiscaux sont l’une des causes de cette situation.

Des paradis fiscaux ?

Les grandes fortunes et les multinationales savent précisément dans quel pays ils paieront le moins d’impôts. Dès lors, ils s’arrangent pour ne pas payer d’impôts dans les pays où ils sont actifs ou habitent mais bien dans les pays dans lesquels il faut payer le moins. Là où ils parviennent à conclure des accords avantageux en matière fiscale.

Des chiffres chocs

  • 62 personnes hyper fortunées possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.
  • Les richesses de ces 62 personnes ont augmenté de 44% depuis la crise économique.
  • Lors des 15 dernières années, la moitié de l'augmentation des richesses est allée dans les poches des 1 % les plus riches de la population.
  • La moitié la plus pauvre de la population n'a reçu que 1% de l'augmentation des richesses depuis ces 15 dernières années.

Aidez-nous à mettre fin aux paradis fiscaux.

Signez la pétition

Une fiscalité équitable = chaque enfant à l’école

De nombreux pays passent à côté de recettes fiscales pourtant essentielles parce que cet argent est bloqué dans les paradis fiscaux. Rien qu’en Afrique, la perte fiscale liée aux capitaux privés cachés dans les paradis s’élève à près de 13 milliards d’euros. De quoi couvrir les soins de santé maternelle et infantile qui pourraient sauver 4 millions d’enfants par an. Elle permettrait également d’employer suffisamment d’enseignants pour scolariser tous les enfants africains.

Avec un système fiscal équitable, les pays les plus pauvres pourraient financer :

  • Des soins de santé de qualité
  • Un système de pension ou de sécurité sociale
  • Un enseignement de qualité

Mettons fin aux paradis fiscaux

Il est temps de mettre fin aux paradis fiscaux. Afin de permettre aux pays les plus pauvres de se construire un avenir.

Winnie Byanyima, directrice d’Oxfam International : « Il est complètement inacceptable de voir que la moitié la plus pauvre de la population détient à peine autant que quelques dizaines de personnes qui tiennent dans un bus. Nous ne pouvons pplus fermer les yeux sur les millions de personnes qui souffrent de la faim alors que les moyens nécessaires à les aider sont accaparés par quelques-uns, tout en haut de l’échelle. »

 

Thème: 

Union européenne

Cette publication a été réalisée avec le soutien de l'Union européenne. Le contenu de cette publication relève de la seule responsabilité d'Oxfam-Solidarité et ne reflète pas nécessairement le point de vue officiel de l’Union européenne.