Les professeurs et les élèves témoignent

Pourquoi intégrer les ateliers d'immersion dans vos cours ? Nous avons des dizaines d’arguments à faire valoir, mais quoi de plus convaincants que les témoignages des participants ? Voici donc ce qu'en ont pensé les professeurs et les élèves qui ont vécu l’expérience d’immersion totale, soit dans l’atelier Mondiapolis, soit dans l’atelier Bolivie.

« Avec Oxfam, on peut proposer des solutions ! » 

Mathieu Capon, Professeur de géographie 3e dégrée (secondaire général) – Collège Saint-Stanislas (Mons)

« Je suis venu voir ce que donnait le nouvel atelier Mondiapolis. Et c’est très réussi. Les thèmes sont actuels et peuvent vraiment intéresser les élèves et notamment quand on parle des smartphones. Oxfam est un moyen de proposer des alternatives. Beaucoup de professeurs n’abordent même pas la mondialisation ou le climat, mais ceux qui le font se contentent un peu trop de survoler les thématiques et passent à autre chose. Et la question de ce qu’on peut faire après passe à la trappe… Avec Oxfam, on peut proposer des solutions ! »

 

« Voir ce qui se passe derrière la mondialisation »

Olivier, 16 ans

« C’est intéressant de voir ce qui se passe derrière la mondialisation. Ca fait partie de ces choses au sujet desquelles je ne m’étais jamais posé trop de questions. Et ça fait beaucoup réfléchir. J’ai surtout aimé le débat, où j’étais dans la peau d’un représentant d’une multinationale. C’était vraiment enrichissant. »

 

 

« Les ateliers permettent de rendre les choses plus concrètes »
 
Catherine Boigelot, professeure de sciences économiques 3e degré (transition générale-TG) - Institut de la Sainte-Famille d’Helmet (Schaerbeek)

 

« Les cours d’économie sont souvent trop théoriques ou classiques et là, les ateliers permettent justement de rendre les choses plus concrètes. On sent que la mise en situation - par exemple jouer le rôle d’une personne qui n’a pas assez de moyens pour subvenir aux besoins de sa famille – ça fait vraiment écho chez mes élèves. »


 

« J’ai adoré le jeu de rôle »

Sacha (gauche) et Lilas (droite), 16 ans 

Sacha : 
« La mondialisation, on en a tous entendu parler mais ici il y a des exemples très concrets qui permettent de comprendre mieux comment ça marche. Notamment les fiches sur les multinationales, leurs bénéfices et les conditions de travail, c’est très parlant. »
Lilas : 
« La déco est très chouette parce qu’il s’agit de plein de choses qu’on a tous chez nous et on se rend compte d’où ça vient vraiment. J’ai adoré le jeu de rôle aussi qui permet de comprendre les points de vue de chacun. »

 

 

« On passe du documentaire aux fiches informatives puis au jeu de rôle et au débat »

Nicolas Fostier – prof géographie 

« C’est la première fois que je viens ici et je compte revenir chaque année car le concept d’immersion et de jeu de rôle colle parfaitement avec notre programme et notre façon de voir l’éducation. Chez nous, l’enfant et son environnement sont au centre. On part de leurs questionnements et de leur vie quotidienne pour construire notre enseignement. Ici le cadre participatif, le décor, les thématiques sont parfaits pour nos élèves. En plus, la variété dans les manières de traiter les sujets est très intéressante. On passe du documentaire aux fiches informatives puis au jeu de rôle et au débat. »
 

 

« Nous sommes tous concernés ! » 

Beverly (18 ans) – Sacré Cœur de Nivelles

« Le décor est super bien fait et participer comme ça tous ensemble, c’est mieux que d’être assis en classe. On se met vraiment dans la peau des gens et on commence à comprendre. C’est important parce que ce sont des sujets qui nous touchent tous. Le changement climatique, ça nous concerne. On en parle beaucoup dans la presse et il faut agir. Nous sommes les adultes de demain. Souvent, les gens ne se rendent pas compte et se disent ‘ce n’est pas chez nous donc ce n’est pas notre problème’ mais en venant ici on comprend que nous sommes tous concernés ! »