Mettez fin aux inégalités, exigez une juste part d’impôts

21/01/2019

Le nouveau rapport d’Oxfam « Services publics ou fortunes privées ? »  montre que le fossé entre pauvres et riches ne fait que s’agrandir. Nous voulons changer les choses en réclamant notamment des multinationales qu’elles payent leur juste part d’impôts. De quoi dégager des fonds pour financer les services publics essentiels, comme la santé ou l’éducation.

L’année passée, la richesse globale des milliardaires s’est accrue de plus de 2 milliards d’euros par jour, soit une augmentation de 12% en un an. Pour la moitié la plus pauvre de la population mondiale, c’est l’exact opposé. Leur patrimoine commun a baissé de plus de 400 millions d’euros chaque jour, soit un recul de 11% en un an.

Cette injustice croissante sape la lutte contre la pauvreté. Les super-riches et les multinationales payent peu ou pas d’impôts, pendant que des services publics comme les soins de santé ou l’éducation voient leurs budgets rabotés en permanence. Les premières victimes de cette politique sont les personnes les plus pauvres.

Les riches s’enrichissent, pendant que des millions de personnes à travers le monde n’ont pas accès à des services aussi basiques qu’un hôpital ou une école. Et quand ces services manquent, ce sont les femmes et les filles qui en en subissent le plus les conséquences.  Ce sont en effet elles qui doivent généralement s’occuper des personnes âgées, des malades ou des enfants. De plus, si les parents doivent faire un choix, ce sont les garçons qui sont envoyés à l’école.

10.000 décès par jour

Le nouveau rapport d’Oxfam « Services publics ou fortunes privées ? »  montre que :

  • Chaque jour, 10.000 personnes décèdent parce qu’elles n’ont pas accès à des soins de santé.
  • Aujourd’hui, 262 millions d’enfants ne vont pas à l’école..
  • Chaque année, 16,4 milliards d’heures de travail domestique non rémunéré sont exercées, surtout par des femmes en situation de pauvreté.
  • Un impôt supplémentaire de 0,5% sur le patrimoine du pourcent le plus riche de la planète pour permettre de dégager le montant nécessaire pourrait financer la scolarisation de 262 millions d’enfants et éviter le décès de 3,3 millions de personnes par manque de soin de santé.
  • Les super-riches cachent 6,6 milliards d’euros à l’administration fiscale.
  • À cause de l’évasion fiscale des super-riches et des multinationales, les pays en développement sont privés de 140 milliards d’euros de revenus fiscaux.

Un monde de différence

Quand Chhatiya était enceinte, elle a dû se battre pour obtenir de bons soins médicaux. A la naissance, son bébé n'a pas répondu normalement aux stimuli. Comme le centre de premiers soins ne pouvait pas effectuer d'échographie et n'était pas équipé pour les soins néonataux, elle a dû se rendre dans un hôpital privé. Chhatiya et son mari ont dû payer 63 € pour que leur bébé soit admis. C'est plus que ce que la famille gagne en un mois, ils ont donc dû contracter un emprunt. Après une journée, le bébé se portait mieux et Chhatiya et son mari voulaient rentrer chez eux afin d’éviter de continuer à payer. Au début, l’hôpital ne voulait pas et insistait pour continuer à donner des soins que la famille ne pouvait pas se permettre. Après avoir beaucoup insisté, ils ont finalement été autorisés à rentrer chez eux avec leur bébé.

Ensemble avec Chhatiya, ce sont 60 millions d’autres Indiens qui se retrouvent chaque année dans la pauvreté à cause des coûts élevés des soins de santé. En Inde, les super-riches ne sont presque pas taxés et le pays dispose de l'un des budgets pour la santé les plus bas au monde.

Découvrez le témoignage complet de Chhatiya

Justement, quatre grandes multinationales pharmaceutiques évitent des milliards d’euros d’impôts. L'une de ces quatre multinationales est Johnson & Johnson, société mère de la société belge Janssen Pharmaceutica. Cette dernière a payé à peine 1 à 2% d’impôts en Belgique de 2013 à 2015.

Les inégalités, c’est un choix politique

Une des manières les plus efficaces de lutter contre les inégalités, c’est d’investir dans des services publics. Grâce à des services sociaux de base qui fonctionnent bien et préférablement gratuit, les personnes les plus pauvres peuvent aussi avoir accès à des soins de santé, à l’éducation, à une pension ou à la sécurité sociale. Vu que c’est aux gouvernements de décider des investissements dans les services sociaux de base, ce sont eux qui ont le pouvoir de diminuer les inégalités.

Hélas, la tendance générale est de réduire les investissements dans les services publics sous prétexte de manque de fonds. Dans le même temps, les impôts ne cessent de diminuer pour les super-riches et les multinationales. Les géants de l’industrie pharmaceutique, par exemple, génèrent des milliards d’euros mais ne paient presque pas d’impôts. Si les multinationales payaient leur juste part d’impôts, il y aurait assez d’argent dans les caisses des Etats pour financer les services sociaux de base. C’est pour cela que nous exigeons que Johnson & Johnson, l’une des plus grosses entreprises du secteur pharmaceutique au monde, paie sa juste part d’impôts.

Vous aussi vous trouvez qu’il faut mettre fin aux inégalités extrêmes de toute urgence ?

Signez la pétition

Que pouvons-nous faire ?

Nous pouvons avant tout inciter nos décideurs politiques à adopter des mesures qui donnent les mêmes chances à chacun et ne laisse personne sur le côté. Des mesures via lesquelles on investit dans les services sociaux de base et dans le même temps qui s’appuient sur des impôts justes. Les autorités doivent augmenter les taxes sur les super-riches et sur les multinationales. A côté de cela, nous pouvons aussi pousser les entreprises à jouer leur rôle social en payant leur juste part d’impôts au lieu de cacher leur argent dans les paradis fiscaux.

Signez la pétition pour demander à Johnson & Johnson d’arrêter d’éviter de payer des impôts, de rendre les médicaments plus accessibles et de mettre fin à son lobby politique destiné à augmenter ses bénéfices. Ce n’est qu’en montrant aux géants de l’industrie pharmaceutique que nous, les clients, nous exigeons cela d’eux, qu’ils changeront enfin leurs pratiques. 

Signez la pétition

 

Thème: