Migration : « L’Europe parque des milliers de personnes dans les îles grecques dans des conditions inhumaines »

01/12/2017

Alors que l’hiver approche, les conditions dans lesquelles se retrouvent piégées plus de 15.000 femmes, hommes et enfants dans les îles de la mer Egée sont inhumaines. Depuis la déclaration UE-Turquie (EU-Turkey deals) du 18 mars 2016, la situation ne cesse d’empirer. Oxfam appelle les décideurs européens ainsi que le gouvernement grec à transférer les demandeurs d’asile dans les plus brefs délais en Grèce continentale. La Belgique a également un rôle à jouer.

Depuis l'entrée en vigueur de la déclaration UE-Turquie, les îles grecques de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros ont été transformées en lieux de confinement indéfinis pour les demandeurs d'asile. Selon des données récentes du gouvernement grec du 20 novembre 2017, les îles hébergeaient 15.396 personnes, dont 12.554 dans des infrastructures censées offrir de la place que pour 5.576 personnes – moins que la moitié. De nombreux rapports mettent en lumière les conditions de vie dégradantes et inhumaines.

Durant le mois de décembre, et ce jusqu’à l’arrivée de l’hiver le 21, Oxfam lance l’opération #OpenTheIslands pour sensibiliser les décideurs politiques mais aussi les citoyens à la situation critique dans les îles. Une opération qui s’inscrit dans une optique plus globale appelant l’Union européenne à plus d’humanité.

Assurer protection et assistance

Dans une lettre ouverte envoyée notamment aux ambassadeurs européens en Grèce ainsi que, ce vendredi 1er décembre, au gouvernement belge, Oxfam et 21 autres ONG appellent donc l'Union européenne et les autorités grecques à transférer dans les plus courts délais les 6.700 demandeurs d'asile, qui sont actuellement pris au piège dans les logements surpeuplés des îles grecques, en Grèce continentale, et à accorder de l’assistance au gouvernement grec afin que tous les demandeurs d'asile sur le territoire grec bénéficient de la protection et de l'assistance dont ils ont besoin, y compris l'aide à l'extension de logements adéquats et sûrs et l'accès aux services sur le continent.

Dans les îles, abris de fortune, confinement, mais aussi difficulté d’accès à l'eau ou à la nourriture pour les personnes ayant un handicap physique, cas de harcèlement et augmentation de cas de suicide et d’automutilation sont le lot quotidien de la vie dans les camps.

La Belgique doit prendre ses responsabilités

Laureen Van Assche, responsable de plaidoyer Migration d’Oxfam:

«  La Belgique a joué un rôle actif dans la réalisation de l’accord UE-Turquie et en est l’un des signataires. Elle se doit de prendre ses responsabilités tout comme tous les Etats membres de l’Union pour assurer des conditions dignes aux demandeurs d’asile. Tous doivent mettre des ressources en commun pour pouvoir faire en sorte d’accueillir et de protéger au mieux ces milliers de personnes sur la Grèce continentale. Les droits humains et d’asile doivent être respectés. C’est aussi un rôle d’exemple que l’Europe doit jouer dans le monde entier, sans quoi elle ouvre la porte à tous les excès, comme ceux que l’on a pu récemment voir en Libye. »

Notes aux rédactions

  • Les organisations qui ont co-signé la lettre ouverte aux ambassadeurs européens en Grèce : Advocates Abroad ; Aitima ; Amnesty International ; ARSIS ; CARE ; Caritas Hellas ; Danish Refugee Council ; Greek Council for Refugees ; Greek Forum of Refugees ; Greek Helsinki Monitor ; Help Refugees ; Hellenic League for Human Rights ; Human Rights Watch ; International Rescue Committee ; Jesuit Refugee Service ; Legal Centre Lesvos ; Medecins sans Frontieres ; Norwegian Refugee Council ; Oxfam ; Praksis ; Solidarity Now ; Terre des Hommes.
  •  Consultez les photos prises à Lesbos (contexte détaillé en anglais et en espagnol sous chaque photo).
  • Oxfam se joint à la manifestation du 13 décembre organisée par le CNCD-11.11.11 à 17h à Bruxelles pour exiger une approche humaine de la part de l’Union européenne dans ses politiques liées à la migration.
  • Oxfam met en œuvre des programmes de protection à Lesbos qui proposent de l’assistance légale aux migrants et demandeurs d’asile durant les différentes phases de demande d’asile, via l’aide d’organisation partenaires. Oxfam met également en place un système de protection en impliquant des hommes et de femmes à Lesbos en désignant et formant des personnes qui deviennent des points focaux. Et ce pour faciliter l’accès de toute leur communauté à l’information et aux différents services proposés.
    En octobre 2015 et juillet 2016, Oxfam a pu répondre aux besoins urgent de nouveaux arrivants – migrants ou réfugiés -, dans le “Hotspot” de Moria et sur le site de Kara Tepe, à Lesbos, en distribuant des vivres, des kits d’hygiène, des installations sanitaires tout en Assurant au mieux la sécurité et la dignité des personnes enfermées là-bas.
Thème: 

Contactez-nous

Presse francophone
Esther Favre-Félix
0485/57.78.01
efa@oxfamsol.be

Presse néerlandophone
Leen Speetjens
0484/10.17.87
lsp@oxfamsol.be

Suivez-nous

Globo
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à globo@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.