Migrations : l’UE doit changer de cap

19/10/2016

La réponse de l’Union européenne (UE) aux migrations a pour seul effet de créer plus de problèmes et ajoute inutilement aux souffrances des personnes déplacées et vulnérables. À la veille du sommet européen qui se tiendra cette semaine à Bruxelles, Oxfam appelle les États membres à changer radicalement leur approche de la gestion des migrations. Le concept de la forteresse Europe doit laisser place à une approche humaine reposant sur le droit international et les droits humains.

ACTION - PARC DU CINQUANTENAIRE - JEUDI

Ce jeudi, à 10h, Oxfam mènera une action visuelle à l’entrée du Parc du Cinquantenaire, du côté des institutions européennes (près de Schuman) pour interpeller les dirigeants européens qui se retrouvent jeudi et vendredi pour parler de la politique concernant les migrations.

S'il n 'était pas possible, pour des raisons évidentes, de faire venir jusqu’à Bruxelles les personnes qui sont coincées sur les côtes grecques, Oxfam a tout de même décidé de mettre en avant leur histoire, en faisant venir leurs gilets de sauvetage. Et jeudi, ils arriveront à Bruxelles.

C’est pourquoi nous présenterons une exposition de 50 gilets de sauvetage que portaient des migrants lors de leur traversée de la Turquie vers l’île grecque de Chios.

Ces mêmes gilets de sauvetage ont déjà voyagé jusqu’à New York et d’autres gilets voyageront aussi vers d’autres capitales européennes demain et vendredi.

En pratique

  •     Jeudi 20 octobre, 10h
  •     A l’entrée du Parc du Cinquantenaire, du côté des institutions européennes (près de Schuman), Bruxelles
  •     Des experts seront disponibles pour des interviews en français, anglais ou néerlandais


La forteresse Europe plonge des hommes, des femmes et des enfants dans une situation dégradante et désespérée. Elle laisse en outre croire au reste du monde qu’un tel comportement est acceptable, ce qui a des répercussions bien au-delà des frontières européennes.

Pour Liesbeth Goossens, chargée de plaidoyer politique sur la migration pour Oxfam-Solidarité :

« Fermer les frontières n’empêche personne de partir à la recherche de sécurité, de dignité et d’une vie meilleure, mais cela les oblige à emprunter des voies plus dangereuses. À ce jour, la forteresse Europe n’a pas apporté le soutien nécessaire aux personnes arrivées sur ses rivages. »

Que ce soit en Italie ou en Grèce, en Serbie ou en République de Macédoine, Oxfam constate tous les jours les failles de la réponse européenne aux migrations.

Les besoins médicaux des réfugiés et des autres migrants ne sont pas suffisamment pris en compte. En Italie, toutes les personnes qui débarquent de Libye ont subi des traumatismes lors de leur traversée. Pourtant, elles trouvent difficilement une assistance médicale, même dans les cas les plus graves. En Grèce, les services de santé, d’éducation et d’accompagnement psychosocial, ainsi que de soutien aux victimes de violences de genre, font cruellement défaut.

Le système d’accueil des mineurs non accompagnés en Italie est terriblement déficient. L’arrivée d’enfants isolés a considérablement augmenté cette année et certains sont enfermés pendant cinq semaines dans ce qui s’apparente en fait à des centres de détention où le séjour n’est pas censé durer plus de 48 heures. Plus de 5 000 mineurs non accompagnés ont été portés disparus au cours du premier semestre 2016, soit 28 enfants par jour en moyenne.

Les procédures d’octroi d’asile et de regroupement familial en Grèce sont inéquitables, inefficaces et beaucoup trop lentes. Des réfugiés et des migrants racontent à Oxfam leur frustration et leur désarroi face à la procédure d’enregistrement et au système d’asile. Les demandeurs d’asile ne reçoivent aucune indication claire de la marche à suivre et peuvent attendre des mois dans des conditions précaires, inadaptées, voire même parfois inhumaines, avant de recevoir une réponse concernant leur statut légal.

Les réfugiés et les migrants ne voient pas d’alternative aux routes clandestines. Beaucoup confient aux humanitaires que les passeurs leur apparaissent comme le seul moyen de poursuivre leur route. Les partenaires d’Oxfam dans l’Ancienne République yougoslave de Macédoine rapportent un nombre croissant de personnes qui passent la frontière, ayant perdu tout espoir dans le système d’asile. Actuellement, plus de 5 000 personnes cherchant un autre moyen d’entrer en Europe se trouvent en Serbie. Les femmes et les enfants sont particulièrement exposés aux dangers et aux abus sur les chemins de la clandestinité.

En plus de fermer ses frontières et d’externaliser leur contrôle aux régions voisines, l’UE recentre sa politique étrangère et de développement sur le principal objectif d’endiguer les migrations, d’arrêter les migrants avant qu’ils n’atteignent l’Europe et de les renvoyer à leur point de départ.

Liesbeth Goossens:

« L’Europe doit renforcer les voies d’accès sûres et légales à son territoire et assurer un système d’asile équitable, transparent et efficace. Elle doit également veiller à ce que l’aide au développement serve à réduire la pauvreté et les inégalités, et non à bloquer les migrations »


Notes aux rédactions :

·     Consultez le dossier de presse (en anglais) : « Causing suffering and problems - Europe’s approach to migration » en pièce jointe.

·     Une étude des Nations unies estime que 70 % des migrants arrivant en Europe par la mer ont été victimes de traite des êtres humains ou d’exploitation (en anglais).

·     Dans une déclaration commune en amont du sommet européen d’octobre (en anglais), Oxfam et dix autres ONG mettent en garde contre un détournement des programmes de développement européens vers la gestion des migrations.

·     Dans sa note d’information « Children alone: pulled from the sea, fallen by the wayside » publiée en septembre 2016, Oxfam rend compte de la situation des enfants réfugiés et migrants non accompagnés en Italie et dénonce les failles du système d’accueil au niveau national et européen.

·     En juin dernier, plus de 130 ONG ont vivement condamné les nouvelles politiques européennes visant à contenir les migrations en soumettant la coopération au développement à de nouvelles conditions (en anglais).

·     Le rapport d’Oxfam et d’ActionAid intitulé « Europe, don’t let us down: Voices of refugees and migrants in Greece » réunit les témoignages de centaines de réfugiés et de migrants arrivés en Grèce afin de mettre en lumière les raisons pour lesquelles ces personnes ont fui leur pays, ainsi que leurs besoins et leurs projets.

·     La note d’information « EU ‘hotspots’ spread fear and doubt », publiée par Oxfam en avril dernier, remet en question le fondement légal de ces structures en Italie et conclut que les États membres de l’UE n’ont pas trouvé de solution de gestion des migrations qui vise avant tout à sauver des vies humaines.

·     En novembre 2015, des organisations partenaires d’Oxfam ont réuni des preuves d’abus subis par les réfugiés entre les mains des forces de police bulgares (en anglais).

·          En savoir plus sur la réponse d’Oxfam à la crise des réfugiés et des migrants

Contactez-nous

Presse francophone
Esther Favre-Félix
0485/57.78.01
efa@oxfamsol.be

Presse néerlandophone
Leen Speetjens
0484/10.17.87
lsp@oxfamsol.be

Suivez-nous

Globo
Abonnez-vous au magazine trimestriel d’Oxfam-Solidarité. Envoyez-nous un mail à globo@oxfamsol.be.

Twitter
Suivez-nous sur Twitter.