Migrations : l’UE doit changer de cap

20/10/2016

La “forteresse Europe” a pour seul effet d'accroitre inutilement les souffrances des personnes déplacées et vulnérables. A l'occasion du sommet européen qui se tient actuellement à Bruxelles, Oxfam appelle les États membres à changer radicalement leur approche. La forteresse Europe doit laisser place à une approche humaine reposant sur le droit international et les droits humains.

Pour interpeller les dirigeants européens qui se retrouvent jeudi et vendredi 20 et 21 Octobre afin d'aborder la politique concernant les migrations, Oxfam a organisé une action devant les institutions européennes : 50 gilets de sauvetage y ont été exposés, venant de l’île grecque de Chios. Ces gilets de sauvetage ont été portés par des personnes qui ont atteint l’Europe depuis la Turquie, et qui les ont abandonnés en arrivant.

Ces gilets symbolisent l’échec de la politique européenne ; une politique qui a contribué à la crise humanitaire actuelle dans le sud de l’Europe et qui pousse les gens à envisager des solutions de plus en plus dangereuses pour gagner l’Europe.

La forteresse Europe ne marche pas

« Nous voyons les conséquences de la « forteresse Europe » dans notre travail humanitaire en Italie, en Grèce, en Serbie et en Macédoine.” explique Liesbeth Goossens, chargée de plaidoyer humanitaire pour Oxfam-Solidarité.

« Des enfants sont enfermés dans des centres de détention, en violation de leurs droits fondamentaux. Des familles craignent pour leur sécurité dans des camps surpeuplés. Sans accès à l’éducation, aux soins de santé, à de la nourriture et à un abri décent. Des familles sont séparées et éparpillées dans plusieurs pays et ont rarement accès à une assistance légale de base. »

L’Europe ne parvient pas à aider les migrants dans le besoin.

En plus de fermer ses frontières et d’externaliser leur contrôle aux régions voisines, l’UE recentre sa politique étrangère et de développement sur le principal objectif d’endiguer les migrations, d’arrêter les migrants avant qu’ils n’atteignent l’Europe et de les renvoyer à leur point de départ. 

« L’Europe doit fournir les voies d’accès sûres et légales à son territoire et assurer un système d’asile équitable, transparent et efficace. Elle doit également veiller à ce que l’aide au développement serve à réduire la pauvreté et les inégalités, et non à bloquer les migrations » selon Liesbeth Goossens.

Thème: