N'exportons pas nos problèmes

photo de la campagne lait

Les acteurs de la filière laitière locale d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO1 + Mauritanie) font face à des importations croissantes de poudre de lait européenne, vendue moins chère que le lait local sur les marchés. Un nouveau mélange de poudre de lait écrémé et d’huile de palme, vendu à un prix encore plus bas, prend une part grandissante dans ces importations. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la plupart des éleveurs européens ne profitent pas de cette croissance exportatrice. Les politiques agricoles et commerciales de l’Union européenne (UE) favorisent cette évolution, en encourageant la surproduction de lait et l’exportation de surplus subventionnés.

Date de publication: 
03/04/2019
Download (1.47 Mo)