Crise à Gaza

Le conflit à Gaza a des conséquences humanitaires désastreuses pour les civils Palestiniens et Israéliens. Après deux mois de bombardements cet été, les vies de milliers de personnes ont été détruites à Gaza. L’étendue des destructions est telle qu’il faudra des années pour tout reconstruire ; une tâche rendue encore plus difficile par le blocus israélien qui dure depuis sept ans. Oxfam continue d’exiger un cessez-le-feu permanent, la fin du blocus israélien et une paix durable. Il est grand temps de s’attaquer pour de bon aux racines de cette situation.

Que fait Oxfam au sujet de la crise à Gaza

Après 50 jours de bombardements cet été, Gaza s’est retrouvée face à la plus grave crise humanitaire qu’elle ait connue depuis des décennies. Après deux mois de bombardements, les vies de milliers de personnes ont été détruites. Malgré le cessez-le-feu du 26 aout, les besoins humanitaires restent énormes : hôpitaux, écoles et habitations en ruines, moyens de subsistance anéantis, puits et canalisations détruits...

Entre le 7 juillet et le 26 août, plus de 2.100 Palestiniens ont trouvé la mort, dont 495 enfants. 3.300 enfants palestiniens ont été blessés et on estime qu’au moins 1.000 d’entre eux en porteront à vie les séquelles psychologiques. Plus d’un quart de la population de Gaza, a dû fuir de chez elle, pour trouver refuge dans des abris d’urgence ou chez des familles qui les accueillent. On estime que les habitations de 100.000 personnes ont été détruites.

Notre réponse d'urgence face à la crise

Oxfam et ses partenaires locaux ont déjà pu apporter de l’eau potable à plus de 295.000 personnes. Nous avons installé par ailleurs des générateurs d’urgence pour rétablir l’eau courante dans plusieurs quartiers de la ville de Gaza (ce qui bénéficie à 40.000 personnes) et nous avons déjà distribué des kits d’hygiène à 26.000 personnes.

En parallèle, nous avons mis en place un système de coupons alimentaires, qui permet d’acheter des produits alimentaires de base tout en soutenant le commerce local qui subsiste malgré la crise. Au total, nous avons ainsi pu apporter une aide alimentaire à 323.294 personnes (bons ou colis).

Enfin, nous soutenons, via des médicaments et du carburant, 3 cliniques mobiles, 3 centres de santé ainsi que l’hôpital d’Al Awda, le seul qui dispose d’un service de maternité dans le nord de Gaza. Cet hôpital est géré par notre partenaire UHWC. Un partenariat rendu possible par un financement de la coopération Belge au développement. L'hôpital Al Awda a fourni des soins de santé d’urgence à 50.000 personnes depuis le début des violences.

Améliorer les conditions de vie et les moyens de subsistance

En dehors de ces actions d’urgence répondant à la crise humanitaire causée par 50 jours conflits cet été, Oxfam travaille, en collaboration avec des organisations partenaires israéliennes et palestiniennes, à améliorer les conditions de vie des Palestiniens pauvres et marginalisés qui vivent dans la bande de Gaza.

Oxfam-Solidarité travaille spécifiquement avec nos partenaires UHWC et PMRS dans le domaine de l’accès aux soins de santé et de la préparation aux urgences médicales. Oxfam soutient en particulier les projets humanitaires d’UHWC concernant le renforcement des services de santé d’urgence à l’hôpital Al-Awda, au nord de la Bande de Gaza. Oxfam collabore également avec PMRS afin d’améliorer l’accès et la qualité des soins de santé, notamment via ses 5 cliniques fixes et cliniques mobiles. Un partenariat rendu possible par un financement de la coopération Belge au développement.

Dans le domaine de la souveraineté alimentaire Oxfam-Solidarité collabore avec UWAC, sur différentes activités comme la réhabilitation des serres destinées à la production agricole ou encore la réhabilitation du matériel destiné aux pêcheurs gazaouis. Un partenariat également rendu possible par un financement de la coopération Belge au développement.

Trouver une solution politique durable

Oxfam condamne la violence exercée à l’encontre des civils quelle que soit la partie en cause. Nous appelons la communauté internationale à faire davantage pour parvenir à un cessez-le-feu durable qui mette fin au blocus et s’attaque aux racines du conflit.

1,7 million de personnes vivent à Gaza. Le blocus paralyse l’économie, empêche les gens de circuler librement et complique considérablement l’accès aux services de base comme l’eau potable, les services de santé et les équipements sanitaires.

Communiqués de presse